Unesco : report de l’examen de la candidature des sites de la Grande guerre
Rechercher

Unesco : report de l’examen de la candidature des sites de la Grande guerre

Le centre Simon Wiesenthal craint "que dans les cimetières qui ont aussi servi de champs de bataille pendant la Seconde guerre mondiale, des meurtriers nazis puissent être honorés"

Le siège de l'UNESCO, avenue Suffren, à Paris. (Crédit : Wikimedia Commons)
Le siège de l'UNESCO, avenue Suffren, à Paris. (Crédit : Wikimedia Commons)

L’examen de la candidature franco-belge pour l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco des sites funéraires et mémoriels de la Grande guerre a été repoussé à 2021, a-t-on appris dimanche auprès de l’association « Paysages et sites de mémoire de la Grande guerre ».

« L’examen est reporté à 2021. Ce report n’est pas dû à un problème de notre dossier, c’est une question de thématique, car la thématique mémorielle est nouvelle », a déclaré à l’AFP Marie-Madeleine Damien, secrétaire générale de l’association, jointe à Bahrein, où est actuellement réuni le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco.

« Cela ne remet pas en cause l’intérêt du dossier », a-t-elle insisté.

Cette demande de classement au patrimoine mondial de l’Unesco concerne 139 cimetières militaires, nécropoles et monuments commémoratifs en Belgique et en France, dont la Porte de Menin à Ypres en Belgique, le mémorial canadien de Vimy (nord de la France), la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette (nord de la France) ou encore les sites de la bataille de Verdun (nord-est de la France).

Le centre Simon Wiesenthal, organisation de lutte contre l’antisémitisme et le racisme, a souligné dimanche dans un communiqué avoir fait part – avant que cette décision de l’Unesco ne soit annoncée – de ses craintes aux membres du comité du patrimoine mondial.

« Nous craignions que dans les cimetières qui ont aussi servi de champs de bataille pendant la Seconde guerre mondiale, des meurtriers nazis puissent être honorés dans des cimetières communs avec des unités alliées, ou qu’il y ait des mémoriaux qui servent actuellement comme lieux de culte pour des néo-nazis ».

« Le centre Wiesenthal s’assurera qu’aucun criminel de guerre nazi ne figure jamais parmi ceux qui sont honorés », affirme encore le centre, basé aux Etats-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...