USA : Le BDS cède la place à un activisme anti-Israël plus perturbateur
Rechercher

USA : Le BDS cède la place à un activisme anti-Israël plus perturbateur

Israel on Campus Coalition note une hausse des manifestations anti-Israël soigneusement orchestrées tandis que l'engouement pour le BDS continue son chemin

Le documentaire "Crossing the Line 2" est consacré à l'augmentation des actes antisémites sur les campus nord-américains. (Crédit : capture d'écran/autorisation)
Le documentaire "Crossing the Line 2" est consacré à l'augmentation des actes antisémites sur les campus nord-américains. (Crédit : capture d'écran/autorisation)

WASHINGTON – L’activisme anti-israélien sur les campus universitaires américains s’éloigne des efforts pour encourager le boycott de l’Etat d’Israël pour exposer de manière spectaculaire le sentiment anti-israélien, comme par exemple, en perturbant les évènements, comme l’explique un compte-rendu publié mardi.

Cependant, le rapport annuel d’Israel on Campus Coalition (ICC), a passé en revue l’année académique 2015/2016 et a pu observer que le soutien au BDS (boycott, désinvestissement et sanction), prend toujours de l’ampleur auprès des détracteurs d’Israël, dont les rôles évoluent, – passant de simples partisans du mouvement à des initiateurs de mesures anti-Israël.

Ce rapport coïncide avec la rentrée scolaire pour un grand nombre de collèges et d’universités aux États-Unis. Cette période est perçue comme une phase décisive pour le recrutement des membres des groupes pro et anti-Israël.

L’ICC voit d’un mauvais œil l’évolution de l’activisme en faveur du BDS au profit des perturbations lors d’évènements pro-israéliens.

« Nous faisons face à un sérieux problème. Nous faisons face à des détracteurs, nous faisons face à des activistes anti-Israël qui sont très complexes et dont les stratégies évoluent quasiment en temps réel », a averti Jacob Baime, le directeur exécutif de l’ICC.

L’ICC est au premier plan des activités pro-Israël et travaille avec des groupes d’étudiants sur les campus, ainsi qu’avec des organisations juives nationales pour se mobiliser contre des initiatives anti-Israël. Il recense également des comptes-rendus annuels qui servent de baromètre pour les actions pro et anti-Israël et sur le sentiment général dans le campus.

Ce rapport est perçu comme un guide pour lutter contre les efforts mis en œuvre par les anti-israéliens, et oriente les activistes pro-Israël pour qu’ils puissent s’adapter aux nouvelles stratégies.

« Après avoir passé des années à concentrer nos efforts et nos ressources sur la lutte contre les mesures BDS, les partisans d’Israël doivent maintenant s’adapter afin de répondre à un éventail plus large des efforts anti-israéliens », indique le rapport.

« La récente flambée des perturbations lors d’événements pousse les militants pro-israéliens à renforcer leur voix et à participer à la sensibilisation auprès de la communauté plus large du campus ».

« Une convergence des tendances modifie le paysage du campus à travers le pays en créant une nouvelle réalité – et de nouveaux défis – pour le mouvement pro-Israël », a-t-il ajouté.

L’ICC a souligné que le groupe prééminent plaidant pour le BDS sur des campus américains – Students for Justice in Palestine (SJP) – semblait changer de tactique dans la dernière année. « Partout dans le pays, de nombreux étudiants du SJP ont contesté la valeur et l’efficacité des efforts du BDS, en considérant que la ‘solidarité palestinienne’ était l’objectif principal du mouvement », a précisé le rapport.

Au lieu de proposer des résolutions et des référendums, ces militants ont souligné l’utilité des manifestations, des ‘die-ins’ [événements où les manifestants s’allongent parterre et font semblant d’être morts], et d’autres formes d’activisme perturbateur, a-t-il ajouté. Les conférenciers, professeurs et les invités ont été chahutés pendant les activités du campus considérés comme pro-israélien, et dans d’autres cas, les militants ont organisé des sorties en masse des conférences.

L’ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni (Union sioniste), a été raillée par un activiste du SJP qui l’a accusé de sentir mauvais – un ancien stéréotype antisémite – et le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a été forcé d’écourter un discours à l’université d’État de San Francisco lorsque des militants ont fait irruption dans la salle de conférence en criant : « intifada, intifada ! ».

L’ICC a noté que, dans certains cas, des vidéos truquées de ces actions étaient « largement diffusées… transformant les perturbations en des outils de propagande internationales ».

Le rapport a précisé que la diffusion de ces films était « une nouvelle tactique visant à renforcer le sentiment anti-Israël à travers le pays » et que les films ont parfois été trafiqués « pour dépeindre les étudiants anti-Israël comme des victimes des conférenciers et des professeurs agressifs ».

En novembre 2015, les étudiants anti-israéliens ont présenté une vidéo trafiquée pour accuser un professeur de l’université du Texas à Austin, Ami Pedahtsur, d’avoir attaqué les manifestants qui, en réalité, ont initié une confrontation physique au cours d’une conférence qu’il donnait sur les origines de l’armée israélienne, selon le rapport.

Dans le même temps, les données du rapport semblent insuffler un optimisme prudent aux partisans pro-Israël : les campagnes BDS sur les campus ont diminué de 25 % : elles sont passées de 44 % en 2014-15 à 33 %, l’année dernière, ce qui en fait la première année depuis 2012 qu’il y a un net recul des initiatives BDS.

Dans le même temps, l’activité pro-israélienne a augmenté de 3,5 %, dépassant les événements anti-Israël de 2 événements contre 1. De 5 323 événements liés à Israël sur les campus américains, selon le décompte de l’ICC au cours de la dernière année scolaire, 1 437 étaient définis comme étant anti-Israël tandis que 3 886 étaient considérés comme des activités pro-israéliennes.

Avec une meilleure coordination et élaboration de stratégies parmi les groupes pro-israéliens opérant sur le campus, les événements montrant un soutien visible pour Israël sur les campus, y compris les manifestations et rassemblements, ont augmenté de plus de 150 %, a expliqué l’ICC.

« C’est un problème très grave qui est en train de changer rapidement, et je pense que c’est un message important que nous en tant que communauté pro-Israël sommes de plus en plus agile et adaptable de la même façon [que les groupes anti-Israël] », a déclaré Baime. « Je pense que c’est quelque chose que nous devons célébrer et je pense que cela signifie quelque chose de doubler ».

L’activité anti-Israël dans son ensemble a diminué sur le campus de 12 % – un taux qui baisse plus lentement que le déclin des initiatives BDS. Il y a aussi une diminution de 28 % dans le nombre de campus qui organisent une Semaine d’apartheid d’Israël (qui sont passés de 83 campus à 60). Il y a également une réduction de près de 50 % dans la construction de la maquette « des murs de l’apartheid » qui étaient la caractéristique des activités anti-israéliennes sur les campus dans la décennie précédente.

Alors que le mouvement anti-israélien semblait s’étioler d’une certaine façon, dans d’autres aspects, il semble augmenter son influence, a indiqué le rapport de l’ICC. Le nombre total de campus où il y a eu des activités anti-israéliennes sont passées de 181 à 185 en 2015-16.

En outre, la CPI a suggéré que le déclin des activités anti-Israël en 2015-16 était simplement un retour aux niveaux d’activité qui existaient avant l’opération Bordure protectrice de l’été 2014.

L’ICC a également noté des changements géographiques dans les foyers du mouvement anti-israélien, avec une activité en déclin sur la côte ouest et une augmentation dans le Midwest. Alors que la côte ouest était à l’avant-garde de cette mobilisation anti-Israël, Chicago a émergé comme étant une nouvelle plaque tournante pour les groupes anti-israéliens et l’activisme en général.

Au cours d’une audience du Congrès en avril 2016, la Fondation pour la défense de la démocratie de Jonathan Schanzer a décrit certains des réseaux de Chicago qui opèrent en marge du mouvement du campus anti-Israël. Les Musulmans américains pour la Palestine (AMP), l’une des organisations mentionnées par Schanzer sert de conduit pour le financement du SJP et elle fournit un soutien professionnel au réseau de campus, a indiqué le rapport.

Les données de l’ICC suggèrent que l’activité BDS en Californie a diminué de plus de 64 % au cours de l’année écoulée alors que l’activisme sur les campus dans le Midwest a augmenté de 27 %, couplé à une hausse des conférences anti-israéliens et des semaines à thème et d’autres événements.

Selon l’ICC, les groupes juifs anti-Israël – ont emmené le groupe pro-BDS Jewish Voice for Peace – ont suivi la tendance de l’année précédente sur le campus. « La présence de JVP sur le campus a été essentielle pour le SJP, en l’aidant à légitimer la rhétorique anti-sioniste et à se défendre efficacement contre les accusations d’antisémitisme », a noté le rapport.

Pendant la dernière année scolaire, le JVP a engagé pour la première fois un directeur des affaires du campus à temps plein, a nommé un coordinateur pour un conseil consultatif pour une nouvelle faculté académique et a tenu son premier sommet national des étudiants, qui a été suivi par 25 représentants des étudiants.

L’activisme Jewish Voice for Peace sur le campus a également subi une ré-organisation. Dans les années précédentes, l’ICC a déclaré : « les élèves du JVP ont joué un rôle marginal dans les campagnes BDS » et n’ont « offert seulement qu’un soutien passif aux branches du SJP », mais l’année dernière, l’organisation « a émergé en tant que partenaire égal du SJP », ce qui comprend la co-création de mesures pro-BDS.

Ce changement, ont fait valoir les analystes de l’ICC, est critique. « L’ascension du JVP a légitimé les efforts du SJP en montrant le soutien juif à l’égard du sentiment anti-sioniste », a affirmé le rapport. « La crédibilité perçue d’une organisation anti-israélienne juive, combinée à son approbation du SJP, a permis à ses détracteurs de réfuter les allégations d’antisémitisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...