USA : Une boulangerie expose une peinture murale d’une terroriste palestinienne
Rechercher

USA : Une boulangerie expose une peinture murale d’une terroriste palestinienne

Les critiques de l’œuvre affirment que la peinture de Rasmea Odeh glorifie le terrorisme et est inappropriée dans une ville ravagée par la violence comme Oakland

Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)
Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)

Une trentaine de manifestants se sont rassemblés devant une boulangerie et un restaurant arabes d’Oakland (Californie), afin de protester contre une peinture murale grandeur nature représentant la terroriste palestinienne Rasmea Odeh exposée dans l’établissement.

La manifestation de dimanche s’opposait également à la lecture et séance de dédicaces de Sunaina Maira, professeur d’études américano-asiatique à l’université de Californie, à Davis, dont le nouveau livre appelle au boycott des institutions académiques israéliennes, a rapporté le journal East Bay Times.

La protestation entrait dans le cadre d’une série de manifestations s’opposant au tableau et organisées par un groupe nommé « Oakland United Against Hate », a rapporté le journal.

« A Oakland, une ville dévastée par la violence, ce genre de glorification du terrorisme et de la violence est tout simplement inapproprié. Ainsi, nous sommes ici pour exprimer notre mécontentement », a déclaré Faith Meltzer au East Bay Times. « Il s’agit de haine et de banalisation de la violence dans notre ville – et c’est pourquoi nous sommes ici. »

Une quinzaine de personnes appartenant à des groupes locaux de défense de justice sociale, y compris le Centre arabe de ressources et d’organisation, qui soutiennent le restaurant, ont suivi de près la manifestation. Il y a quelques mois, Reem Assil, propriétaire de la boutique, a déposé une ordonnance restrictive contre au moins un des manifestants.

Odeh a passé 10 ans dans une prison israélienne pour son rôle dans un attentat à la bombe en 1969 dans un supermarché de Jérusalem qui a tué deux étudiants de l’Université hébraïque, Leon Kanner et Eddie Joffe.

Israël a condamné Odeh à la prison à vie, mais elle a été libérée lors d’un échange de prisonniers avec le groupe terroriste du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) en 1980 et a immigré aux Etats-Unis depuis la Jordanie. Elle a affirmé que sa confession concernant l’attentat avait été le résultat de sévères tortures infligées par les forces de sécurité israéliennes.

Odeh a obtenu son visa d’immigrante américaine en 1994 et sa citoyenneté en 2004. Dans les deux procédures, elle n’a pas révélé son arrestation et ses condamnations pour l’attentat à la bombe. Elle a plaidé coupable de falsification concernant ses demandes d’immigration et a été déportée en Jordanie en septembre.

La boulangerie affirme sur sa page Facebook fournir « la chaleur de l’hospitalité arabe à travers la découverte d’arômes, de saveurs et de techniques de la boulangerie moderne des coins de rue arabes ».

Elle affirme aussi : « Notre vision est de nourrir une communauté forte et dynamique avec la riche expérience de la nourriture et de la culture arabes. »

Reem a affirmé au site Eater San Francisco en juin qu’elle « avait mis Rasmea là parce qu’elle est un emblème de résilience ».

« Elle me rappelle qu’en tant que femme arabe, je ne devrais jamais avoir peur de parler contre l’injustice, peu importe les conséquences », a-t-elle ajouté.

Elle a expliqué qu’elle pensait que les attaques contre son établissement entrait dans le cadre d’une campagne de violence générale contre les Arabes et les musulmans provoquée par le climat politique, et non par le conflit israélo-palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...