Washington : ‘les deux parties seront contraintes à trouver un compromis’ pour un accord de paix au Moyen-Orient
Rechercher

Washington : ‘les deux parties seront contraintes à trouver un compromis’ pour un accord de paix au Moyen-Orient

Le porte-parole du département d'Etat a déclaré que Trump a fait de l'accord israélo-palestinien 'l'une de ses plus hautes priorités'

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Heather Nauert (Capture d'écran)
Heather Nauert (Capture d'écran)

WASHINGTON — Une haute-responsable du département d’Etat a indiqué mardi que les Israéliens et les Palestiniens « seront obligés de trouver des compromis » pour réaliser l’objectif du président américain Donald Trump de négocier un accord de paix entre les deux parties.

Dans son premier point-presse en tant que porte-parole du département, Heather Nauert n’a pas répondu à une question sur la déclaration faite par le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres qui déplorait 50 années « d’occupation israélienne » de la Cisjordanie, préférant noter que Trump et le secrétaire d’Etat Rex Tillerson sont déterminés à trouver un accord malgré les défis inévitables qui surgiront.

« La paix au Moyen-Orient est quelque chose qui est très important pour cette administration », a dit Nauert aux journalistes. « Le président et le secrétaire ont dit tous deux qu’ils reconnaissaient que ce ne sera pas facile et que les deux pays devront trouver un compromis ».

Tillerson, pour sa part, a récemment indiqué aux journalistes que Trump avait déployé « beaucoup d’énergie » auprès du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au cours de son voyage dans la région le mois dernier, au cours duquel il a tenté de donner un nouvel élan aux négociations.

« Il a mis beaucoup de pression sur eux en leur disant qu’il était temps de reprendre place à la table des négociations », a ajouté Tillerson.

Depuis qu’il a pris ses fonctions, Trump a souligné à de multiples reprises son intention de réussir là où d’autres présidents avaient échoué en faisant aboutir un accord de statut final entre Israéliens et Palestiniens.

Nauert a répété cette détermination mercredi. « Le président a fait de ce sujet l’une de ses plus hautes priorités et nous oeuvrons à travailler avec ces deux entités pour tenter de les faire se rencontrer pour réfléchir au sujet d’un accord de paix au Moyen-Orient et de le finaliser », a-t-elle dit.

En effet, Trump a d’ores et déjà accueilli Netanyahu et Abbas à la Maison Blanche et a chargé son gendre Jared Kushner et l’ancien avocat spécialisé dans l’immobilier Jason Greenblatt de préparer le terrain à d’éventuels pourparlers.

Greenblatt, l’envoyé spécial de Trump pour les négociations internationales, a accompli des « tournées d’écoute » des protagonistes à travers toute la région. Durant ces déplacements, il a écouté les acteurs multiples du conflit, notamment les autres leaders arabes.

Au cours du premier voyage à l’étranger de Trump, le mois dernier, qui a compris des étapes en Arabie saoudite, en Israël et en Cisjordanie, le président américain a prononcé un discours au musée d’Israël demandant aux deux parties de mettre de côté les « douleurs et les désaccords du passé » pour avancer vers la paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...