Yaalon critique le chef de la coalition qui méprise les chefs de sécurité “gauchistes”
Rechercher

Yaalon critique le chef de la coalition qui méprise les chefs de sécurité “gauchistes”

Pour l’ancien ministre de la Défense, le député du Likud David Bitan permet “une tentative politique dangereuse de détruire l’establishment sécuritaire”

Moshe Yaalon à la Knesset, le 28 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Moshe Yaalon à la Knesset, le 28 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon a critiqué dimanche le chef de la coalition et député du Likud David Bitan pour ses remarques « dangereuses et incitatrices » condamnant les responsables de la sécurité israéliens qui sont « devenus gauchistes » avec le temps.

Sur Twitter, Yaalon a critiqué Bitan pour alimenter « les tentatives politiques dangereuses et généralisées de détruire l’establishment sécuritaire et d’inciter [à la haine] contre sa direction. »

« C’est honteux et inquiétant, nous paierons pour cela un prix élevé », a-t-il ajouté.

Samedi, à Beer Sheva, Bitan avait parlé de la direction de Yaalon comme « problématique », disant au public que « quelque chose vous arrive avec les années à ces postes… au fil des années, les directeurs du Shin Bet et du Mossad deviennent gauchistes. »

David Bitan à la Knesset, le 26 octobre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
David Bitan à la Knesset, le 26 octobre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Bitan a déclaré que le défunt Meir Dagan, qui a dirigé le Mossad entre 2002 et 2011 et est devenu un critique féroce du Premier ministre Benjamin Netanyahu après avoir quitté son poste, « était un droitiste extrême quand il est entré au Mossad, et il en est sorti le contraire. »

Il faisait aussi probablement référence aux anciens directeurs du Shin Bet Yuval Diskin, Ami Ayalon et Carmi Gillon, ainsi qu’aux anciens chefs du Shin Bet Shabtai Shavit, Danny Yatom et Efraim Halevy, tous détracteurs de Netanyahu et de ses politiques concernant le conflit israélo-palestinien.

Dans un documentaire de 2012 intitulé « Les gardiens », les six anciens directeurs vivants du Shin Bet avaient exprimé clairement leur pensée, qu’un accord avec les Palestiniens était un impératif sécuritaire pour Israël.

Le chef de l’opposition Isaac Herzog avait suivi le mouvement, et déclaré que les récentes remarques des députés du Likud contre le Mossad, le Shin Bet, les tribunaux, la police et l’armée montraient que le parti « déclarait la guerre à l’Etat ».

« Bitan a dit des choses dangereuses ce matin. Vous pouvez en rire, vous pouvez penser que sa langue a fourché, mais je pense qu’il comprend parfaitement bien ce qu’il a dit. Bitan a osé se lâcher sur les chefs de la sécurité, en sous-entendant que leurs positions sur des affaires de vie ou de mort sont affectées par la politique et a par conséquent effectivement dit au peuple : ‘je ne leur fais pas confiance ; vous n’avez pas besoin de leur faire confiance’ », a-t-il écrit sur Facebook.

Pendant son discours, Bitan avait aussi attaqué Yaalon, déclarant : « qui devons-nous croire, Yaalon il y a deux mois qui disait que le Premier ministre était bon, ou le Yaalon d’aujourd’hui ? »

Yaalon a quitté la Knesset en mai après avoir été évincé au profit d’Avigdor Liberman, et a depuis sévèrement critiqué Netanyahu.

Bitan a ajouté que Yaalon était un ministre de la Défense problématique puisqu’il « était un chef d’Etat-major ‘survolté’. Nous n’avons pas besoin d’un ministre de la Défense qui sert l’armée au lieu du système politique. Il y a un problème avec les chefs d’Etat-major qui deviennent ministres de la Défense, ils pensent que c’est un poste à vie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...