Les médias palestiniens ont annoncé dimanche que les forces israéliennes ont distribué des bonbons portant des messages politiques contre le Hamas dans les villes de toute la Cisjordanie.

Selon l’agence de presse Maan, les Palestiniens de Ramallah et Naplouse ont été surpris de découvrir le premier jour de Ramadan des sucettes avec une note en arabe « Joyeux Ramadan, un peu de douceur après que le Hamas a rendu la vie amère en Cisjordanie ». « L’utilisation erronée du mot arabe pour « amer » – marmarat, plutôt que jaalat mor – a amené les Palestiniens à la conclusion avec quasi-certitude que le message avait une origine israélienne plutôt que palestinienne.

« Après les avions et les chars, Israël utilise des bonbons dans sa guerre contre le Hamas », a titré Maan.

Safa, une agence de presse liée au Hamas, a indiqué que des boîtes d’allumettes avaient été distribuées il y a quatre jours par l’armée israélienne, avec un morceau de papier sur lequel était écrit : « Attention ! Le Hamas est en train de mettre la Cisjordanie à feu ».

Ce n’est pas la première fois l’armée israélienne utilise la guerre psychologique dans sa lutte contre le Hamas. Au cours de l’opération Plomb durci à Gaza en 2008-2009, l’unité de guerre psychologique de l’armée (connue sous son acronyme hébreu Malat) a lancé des centaines de brochures dénigrant les capacités de combat du Hamas et a pris le contrôle des médias du Hamas pour diffuser des messages israéliens.

« Votre mort est proche ; vous n’avez aucune chance contre les unités spéciales de l’armée israélienne et ses armes. Vos dirigeants ont fui et vous abandonné seuls sur le terrain », pouvait-on lire dans ces brochures en arabe.

Un officier de l’armée israélienne à la retraite qui a participé à la création d’un comité de la guerre psychologique en Cisjordanie au cours de la première Intifada en 1987 était sceptique quant à l’efficacité de ces messages simplistes imprimés sur les sucettes et les boîtes d’allumettes.

« Je pense que cela reflète la pensée occidentale dans une société orientale », a déclaré l’officier, qui a parlé au Times of Israel sous condition d’anonymat par fidélité à son ancien poste. « Nul doute que ça fait les grands titres des journaux. Peut-être que cela donne aux Israéliens l’impression d’une guerre psychologique efficace. Je préfère des méthodes différentes. »

Ces « méthodes différentes », dit-il, pourraient inclure des messages diffusés par des brochures et en ligne.

Parralèlement, Samih Hammoudah, un professeur de sciences politiques à l’université de Bir Zeit, a déclaré que les messages de sucettes israéliens risquent de se retourner contre leurs auteurs.

« C’est un non-sens ; cela n’apportera rien à Israël », a déclaré Hammoudah au Times of Israel

« Au contraire, il va provoquer une réaction de sympathie envers le Hamas. Les Palestiniens sont en colère contre la politique israélienne et seront du côté de ceux qui se dressent contre Israël. »