Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, a exhorté un des principaux musées espagnols à restituer un tableau que les nazis avaient volé à un collectionneur d’art juif.

Lauder, dans un communiqué publié vendredi, a appelé le musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, qui est détenu par l’État espagnol, à mettre un terme à sa lutte juridique pour maintenir le chef-d’oeuvre impressionniste « Rue Saint-Honoré, l’après-midi, effet de pluie », que les nazis ont volé à Lilly Cassirer, une Juive allemande qui a fui son pays natal en 1939.

La peinture avait été achetée au peintre Camille Pissarro par Julius, le beau-père de Lilly Cassirer. Son dernier petit-fils, Claude, a entamé des poursuites pour la restitution en 2005 auprès de la Cour de district des Etats-Unis pour le District central de Californie.

Le musée ne conteste pas que la peinture ait été volée, mais conteste la procédure sur des points techniques, y compris les questions de compétence internationale ainsi que sur la limitation de temps qui serait liée aux demandes de restitution.

« Le gouvernement espagnol et le musée ont soumis le regretté Claude Cassirer, et maintenant ses héritiers, à une décennie de litiges en grande partie sur les questions juridiques et techniques. Nous demandons à l’Espagne de s’acquitter rapidement de leur obligation morale vis-à-vis de cette famille », a écrit Lauder.

Lauder a également noté que « depuis 1988, l’Espagne a fait partie des signataires, par différentes déclarations, et avec des dizaines d’autres pays, pour s’engager à retourner des œuvres d’art pillées ou régler rapidement les familles des victimes ».

En 2000, le petit-fils Claude Lilly a découvert que la peinture a été exposée dans le musée, qui abrite la collection de feu le baron Hans-Heinrich Thyssen-Bornemisza, le neveu de Fritz Thyssen, un des plus grands industriels allemands sous le Troisième Reich.

Après avoir renouvelé ses efforts pour que la peinture soit restituée, Claude a déposé plainte en 2005 contre l’Espagne et contre le musée. Depuis sa mort, ses deux enfants, ainsi que la Fédération juive du Comté de San Diego, ont continué la lutte pour la restauration du patrimoine familial.