1 080 députés de 25 pays d’Europe demandent « d’empêcher » l’annexion israélienne
Rechercher

1 080 députés de 25 pays d’Europe demandent « d’empêcher » l’annexion israélienne

"Nous demandons aux dirigeants européens d'agir résolument en réponse à ce défi", ont-ils écrit; Près d'un quart des signataires sont des parlementaires du Royaume-Uni

Des manifestants réunis sur la place Rabin, à Tel Aviv, contre le plan israélien d'annexion de la Cisjordanie. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des manifestants réunis sur la place Rabin, à Tel Aviv, contre le plan israélien d'annexion de la Cisjordanie. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Plus de 1 000 élus de Parlements de 25 pays d’Europe ont appelé mercredi les dirigeants européens, dans une lettre ouverte, à « agir résolument » pour « empêcher » le projet israélien controversé d’annexion de pans de la Cisjordanie.

« Nous demandons aux dirigeants européens d’agir résolument en réponse à ce défi », écrivent les 1 080 signataires, principalement issus de formations de gauche et centristes. « L’Europe doit prendre l’initiative de réunir les acteurs internationaux pour empêcher cette annexion. »

Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit annoncer à partir du 1er juillet sa stratégie pour mettre en place le plan américain pour le Proche-Orient. Ce dernier prévoit l’annexion par Israël des implantations juives et de la vallée du Jourdain, une vaste plaine agricole, en Cisjordanie, et la création d’un Etat palestinien sur un territoire réduit.

Dans leur lettre ouverte, les élus de Parlements nationaux et européen expliquent être « profondément préoccupés » par le « précédent » qu’une annexion créerait dans les relations internationales et par « l’impact qu’aura cette annexion sur la vie des Israéliens et Palestiniens ».

Selon eux, cette « mesure portera un coup fatal aux perspectives de paix israélo-palestinienne et remettra en cause les normes les plus fondamentales qui guident les relations internationales, dont la Charte des Nations unies ».

Près d’un quart des signataires sont des parlementaires du Royaume-Uni, où l’opposition travailliste tente de se remettre de plusieurs années de controverse autour d’un antisémitisme dans ses rangs.

L’Union européenne cherche à persuader Israël de faire machine arrière et envisage des sanctions si Benjamin Netanyahu met en œuvre le plan d’annexion. Toutefois, ces mesures envisagées nécessiteraient l’accord des 27 États membres.

Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lui aussi « exhorté Israël à renoncer à ses plans d’annexion » en Cisjordanie qui constituerait « une violation des plus graves du droit international », dans un nouveau rapport au Conseil de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...