Rechercher

15 000 manifestants à Tel Aviv pour la lutte contre le réchauffement climatique

À l’approche de la COP27, des milliers de manifestants dont des députés, exigent des réformes ; la marche se terminera "aux urnes", selon l'organisateur

Des manifestants prennent part à la marche annuelle sur le changement climatique à Tel Aviv, le 28 octobre 2022. (Crédit : Dov Greenblat/SPNI)
Des manifestants prennent part à la marche annuelle sur le changement climatique à Tel Aviv, le 28 octobre 2022. (Crédit : Dov Greenblat/SPNI)

Vendredi matin, des manifestants sont partis du Musée d’art de Tel-Aviv pour demander que des mesures soient prises pour lutter contre le réchauffement climatique avant la conférence COP27 qui se tiendra dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh à partir du 6 novembre.

Selon le quotidien Maariv, 15 000 personnes ont participé à la manifestation, qui se tient chaque année à l’approche de la conférence des Nations unies sur le climat. Parmi elles, une quarantaine d’organisations à but non lucratif, des syndicats étudiants, des mouvements de jeunesse ainsi que des parlementaires.

Yorai Lahav-Hertzanu, député à la Knesset pour le parti centriste Yesh Atid, a participé au rassemblement et a publié une photo sur Twitter aux côtés de sa collègue, la ministre de l’Économie Orna Barbivai.

Le député Meretz Mossi Raz a également publié une photo de l’événement aux côtés de son collègue le député Gaby Lasky, saluant la participation de « plusieurs milliers de personnes supplémentaires ».

Elad Hochman, PDG de Green Course, a déclaré à Maariv que « chaque année, notre importance et notre pouvoir augmentent. Cette année, quatre jours avant les élections et comme jamais auparavant, des milliers de personnes ont participé à la manifestation pour exiger que les partis placent les questions environnementales et climatiques au cœur de leur programme. »

Hochman a déclaré que si la marche a commencé vendredi matin, elle « se terminera aux urnes ».

Des manifestants prennent part à une marche annuelle sur le changement climatique à Tel Aviv, le 28 octobre 2022. (Crédit : Dov Greenblat/SPNI)

Iris Han, la directrice générale de la Société pour la protection de la nature en Israël (SPNI), a également appelé les électeurs à donner la priorité à l’action climatique lorsqu’ils iront voter pour les élections nationales de la semaine prochaine.

« Je marche pour la défense de la nature, notre première ligne de défense… contre la crise climatique. Nous marchons ensemble pour dire aux électeurs qu’un environnement sain n’est pas un luxe, que c’est indispensable et crucial pour notre santé, notre existence et notre avenir. »

Le SPNI a exhorté les manifestants à réclamer l’amélioration et la finalisation d’une loi sur le climat qui était passée en première lecture à la Knesset en mai après avoir été assouplie sous la pression du ministère des finances.

Seule une poignée de membres de la Knesset figurant sur les listes des partis pour les prochaines élections israéliennes ont manifesté un intérêt pour les questions environnementales, parmi eux l’ancienne ministre de l’Environnement Gila Gamliel (Likoud) – classée 30e sur la liste du parti – Lahav-Hertzanu (15e dans Yesh Atid) et sa collègue Yasmin Sacks Friedman, une militante des droits des animaux, en 20e position ; Sharren Haskel (11e) et Alon Tal de HaMahane HaMamlahti ; et Raz et Lasky de Meretz.

Mardi, le chef du parti Likud, Benjamin Netanyahu, a promis à la population ultra-orthodoxe que s’il était élu Premier ministre, il supprimerait les taxes sur le plastique jetable, qui avaient récemment été alourdies.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...