Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

2 600 personnes ont immigré en Israël depuis le 7 octobre

Crachats, brimades et flambée générale de l'antisémitisme : bon nombre avaient déjà prévu de faire leur alyah mais ont accéléré leurs plans ; beaucoup d'autres sont attendus

  • La famille Benichou a quitté Marseille, en France, plus tôt que prévu en raison de l'antisémitisme dont elle a été victime après les attentats du Hamas du 7 octobre 2023. (Crédit : Famille Benichou/JTA)
    La famille Benichou a quitté Marseille, en France, plus tôt que prévu en raison de l'antisémitisme dont elle a été victime après les attentats du Hamas du 7 octobre 2023. (Crédit : Famille Benichou/JTA)
  • Le ministre israélien de l’Immigration et de l’Intégration, Ofir Sofer, à l'aéroport Ben Gurion avec quelques-uns des 25 nouveaux immigrants arrivés de New York moins de deux semaines après l'entrée en guerre d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nefesh B'Nefesh)
    Le ministre israélien de l’Immigration et de l’Intégration, Ofir Sofer, à l'aéroport Ben Gurion avec quelques-uns des 25 nouveaux immigrants arrivés de New York moins de deux semaines après l'entrée en guerre d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nefesh B'Nefesh)
  • Le vol d'immigration de Daniel et Emiliano Bleiweiss a été annulé après l'incursion du Hamas le 7 octobre, mais ils l'ont reprogrammé et vivent maintenant en Israël. (Crédit : International Fellowship of Christians and Juifs)
    Le vol d'immigration de Daniel et Emiliano Bleiweiss a été annulé après l'incursion du Hamas le 7 octobre, mais ils l'ont reprogrammé et vivent maintenant en Israël. (Crédit : International Fellowship of Christians and Juifs)

JTA – Lorsque Yona et Michael Bénichou ont décidé au cours de l’été de quitter leur maison en France pour s’installer en Israël, ils s’étaient fixés comme date butoir un an tout au plus – à temps pour que leur fils aîné, David, âgé de 15 ans, commence ses études en vue des examens d’entrée en Israël.

Mais après l’invasion meurtrière d’Israël par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, ils ont accéléré leur projet d’immigration. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, selon Yona Bénichou, est survenue une semaine après l’attaque au cours de laquelle des terroristes ont tué 1 200 personnes – pour la plupart des civils – et pris plus de 240 otages à Gaza, lorsque les membres de sa famille, qui portent des symboles juifs identifiables, se sont faits cracher dessus par un groupe de supporters de rugby alors qu’ils marchaient dans la rue dans leur ville natale de Marseille.

« J’étais en état de choc total, je ne savais pas comment réagir. Beaucoup d’autres personnes ont vu ce qui s’est passé, mais personne n’a essayé de nous aider », a déclaré Yona à la Jewish Telegraphic Agency.

« Les antisémites ont toujours été là. Mais après le 7 octobre, nous avons eu l’impression qu’ils avaient une tribune pour faire ce qu’ils voulaient et que personne – et certainement pas les autorités françaises – ne pouvait les arrêter. »

La famille Benichou a quitté Marseille, en France, plus tôt que prévu en raison de l’antisémitisme dont elle a été victime après les attentats du Hamas du 7 octobre 2023. (Crédit : Famille Benichou/JTA)

Les Bénichou ont donc atterri en Israël le 31 octobre, dans un pays encore sous le choc de l’attaque dévastatrice du Hamas contre ses communautés du sud et aux premiers stades d’une guerre épuisante qui a bouleversé la société israélienne.

Ils font partie des plus de 2 600 personnes qui, selon les autorités israéliennes, ont choisi de s’installer en Israël au cours des deux derniers mois malgré la guerre.

Une alyah accélérée

Presque tous les olim hadashim – ou nouveaux immigrants – prévoyaient de faire leur alyah depuis un certain temps, mais certains, à l’instar des Bénichou, ont accéléré leur départ.

Aaron Gold et sa mère avant de s’envoler pour Israël depuis les États-Unis en novembre 2023. (Crédit : Gold/via JTA)

Aaron Gold, 26 ans, avait prévu de s’installer en Israël l’année prochaine et était en visite dans le pays lorsque la guerre a éclaté. Ses parents, alarmés par l’évacuation d’urgence des citoyens américains et par le fait que Gold ne vivait pas dans un appartement équipé d’un mamad – la pièce sécurisée -, ont fait pression sur leur fils pour qu’il rentre aux États-Unis. Il est retourné à Philadelphie le 18 octobre, mais a indiqué qu’il « méprisait » cette ville et est rentré en Israël en tant qu’oleh hadash le 16 novembre.

Gold, chef de produit chez Deloitte, a déclaré que faire son alyah avait « toujours été un de mes rêves » et qu’il pensait qu’attendre de voir comment la guerre se déroulerait ne ferait aucune différence.

« Le [groupe terroriste chiite libanais du] Hezbollah pourrait attaquer maintenant, dans six mois ou dans six ans », a-t-il noté. « On ne peut pas le prévoir. »

Selon le ministère israélien de l’Immigration et de l’Intégration, 2 662 personnes ont fait leur alyah depuis le 7 octobre, dont 1 635 en provenance de Russie, 218 des États-Unis, 128 d’Ukraine, 116 de France et 106 de Biélorussie.

Ces chiffres sont inférieurs à la moyenne de ces dernières années et nettement moins élevés qu’au cours de la même période en 2022, lorsque 16 400 nouveaux immigrants étaient arrivés, fuyant la guerre en Ukraine. Ces chiffres tombent également à la fin d’une année où la discorde politique en Israël avait déjà fait chuter l’immigration au-delà du taux habituel.

Un nombre plus important est attendu

Les olim hadashim prouvent qu’en ces temps difficiles, certains Juifs choisissent encore de venir s’installer en Israël. Les organisations qui les soutiennent disent s’attendre à un afflux d’immigrants prochainement, une fois que la guerre aura pris fin mais que les craintes d’une recrudescence de l’antisémitisme seront encore vives.

Les Bénichou se sont adressés à l’International Fellowship of Christians and Juifs, qui a aidé 317 personnes dans leur processus d’alyah depuis le 7 octobre. L’organisation a acheté des billets d’avion pour la famille et a fait don d’environ 2 000 dollars pour couvrir le coût du mobilier du nouvel appartement de la famille dans la ville de Beit Shemesh, au centre d’Israël.

Alina Tirnovienko, une nouvelle immigrante en Israël originaire d’Odessa, en Ukraine, travaillant dans la fabrique de matza d’Aviv, ici avec Yaël Eckstein, PDG de l’International Fellowship of Christians and Juifs, qui enverra de la matza aux Juifs ukrainiens pour Pessah 2023. (Crédit : IFCJ)

Selon la présidente du groupe, Yaël Eckstein, moins d’olim sont arrivés en Israël depuis le 7 octobre que les autres années, en raison d’une combinaison de vols annulés et de décisions de mettre les plans en attente jusqu’à ce que la situation en termes de sécurité se stabilise. Israël a rapidement riposté aux attaques du Hamas du 7 octobre en lançant une opération spécifique pour renverser le pouvoir du groupe terroriste palestinien à Gaza. Dans le même temps, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah ne cesse d’envoyer des roquettes et des drones armés au-dessus de la frontière nord, ce qui conduit à une série de représailles.

Mais Eckstein a indiqué qu’elle avait constaté une « augmentation du nombre de demandes d’informations sur le processus d’immigration en provenance de pays où les cas d’actes antisémites ont augmenté ».

Nefesh B’Nefesh a facilité l’alyah pour 384 personnes des États-Unis et du Canada depuis le début de la guerre, principalement pour des personnes qui avaient commencé le processus bien avant le 7 octobre, a indiqué à la JTA la vice-présidente des communications du groupe, Yaël Katsman.

Cependant, comme Eckstein, Katsman a souligné une « forte augmentation » des demandes depuis l’attaque, marquant une « augmentation sans précédent » de plus de 100 % des demandes d’alyah par rapport à la même période en 2022. Elle a attribué ce pic à un « engagement accru en faveur de la construction d’Israël » de la part des Juifs de la Diaspora au cours « d’événements historiques difficiles ».

De nombreuses personnes qui initient des demandes d’alyah, requises pour les nouveaux immigrants afin d’obtenir une série de prestations, n’aboutissent pas. Mais le président de l’Agence juive, qui facilite l’immigration, a récemment déclaré à une chaîne d’information israélienne qu’il s’attendait à un million d’olim hadashim juifs dans les années à venir – un nombre qui remodèlerait radicalement le pays, qui compte environ 10 millions d’habitants.

Le responsable des relations internationales de l’agence, Yigal Palmor, s’est montré plus circonspect dans ses commentaires à la JTA, mais a également souligné que les signes indiquaient une augmentation des nouveaux immigrants. Un millier de personnes ont déposé une demande en France en octobre et en novembre, selon les données de l’agence, ce qui représente une augmentation de 470 % par rapport aux deux mois précédents.

« Nous avons assisté à une augmentation spectaculaire des demandes d’alyah depuis le début du conflit, notamment en France et aux États-Unis », a affirmé Palmor.

« Nous verrons probablement les résultats dans les mois à venir, mais il est prématuré de prédire les chiffres. »

Le ministre israélien de l’Immigration et de l’Intégration, Ofir Sofer, à l’aéroport Ben Gurion avec quelques-uns des 25 nouveaux immigrants arrivés de New York moins de deux semaines après l’entrée en guerre d’Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nefesh B’Nefesh)

Le ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Ofir Sofer, a déclaré à la JTA que son ministère se préparait à une augmentation de l’immigration en raison de la guerre.

Depuis le 7 octobre, il y a eu « beaucoup d’intérêt [pour l’immigration] de la part des jeunes, des étudiants et des jeunes couples des pays occidentaux, y compris ceux des pays d’Europe occidentale où les gens ne montraient pas beaucoup d’intérêt pour l’immigration dans le passé », a indiqué Sofer.

Les deux principales raisons sont « la montée de l’antisémitisme dans le monde et la solidarité avec Israël ».

Gold a déclaré que l’antisémitisme aux États-Unis avait renforcé sa volonté de s’installer pour de bon en Israël.

« Vous réalisez en quelque sorte que vous avez peur d’aller travailler, non seulement de la violence physique, mais juste émotionnellement », a-t-il déclaré à la JTA à propos de son retour en octobre.

« J’étais avec des collègues qui m’ont dit que depuis leur bureau, ils pouvaient entendre des gens dire : ‘Relancez l’Intifada, mort aux Juifs’, et d’autres choses comme ça. »

L’endroit le plus sûr pour être Juif

Daniel Bleiweiss, 51 ans, a fait son alyah avec son fils Emiliano, 14 ans, cet automne depuis Buenos Aires, en Argentine. Il avait pris cette décision il y a plusieurs années, mais l’avait reportée en raison de la pandémie et des problèmes bureaucratiques liés à l’adoption d’Emiliano, un processus qui a duré des années et qui n’a été résolu qu’en 2019.

Des gens obtenant des informations sur le déménagement en Israël lors d’un salon de l’Agence Juive en France, en décembre 2023. (Crédit : Agence Juive pour Israël)

Bleiweiss, médecin, avait prévu d’arriver en Israël le 10 octobre avec son épouse Natalia et la fille adolescente de celle-ci, Lucia, issue d’un précédent mariage. La guerre a bouleversé leur plan initial et les vols ont été annulés. Finalement, la famille a décidé que Daniel et Emiliano déménageraient immédiatement, tandis que Natalia et Lucia les rejoindraient plus tard, lorsque les conditions seraient plus stables.

Bleiweiss a cité plusieurs raisons pour expliquer son désir de faire son alyah, notamment la crise économique en Argentine et l’insuffisance des ressources du pays sud-américain pour soutenir son fils, qui a des difficultés d’apprentissage et des problèmes sociaux. Mais comme les autres nouveaux immigrants avec lesquels la JTA s’est entretenue, la principale motivation a été la montée de l’antisémitisme associée à un fort désir de vivre dans la patrie juive, qu’il a décrite comme une « responsabilité historique ».

Bleiweiss a raconté un récent incident lors duquel son épouse avait essayé de s’enregistrer dans un hôtel où elle avait une réservation. L’employé voyant le visa israélien dans son passeport a refusé de l’autoriser à séjourner à l’hôtel, a déclaré Bleiweiss, ajoutant que son épouse avait décidé de ne pas porter plainte. Il a également ajouté que son fils avait été victime de brimades à l’école parce qu’il était Juif.

« C’est douloureux, mais cela renforce notre conviction qu’Israël est l’endroit le plus sûr pour être Juif en ce moment, et c’est peut-être le seul endroit où nous pouvons exprimer notre identité avec fierté et en paix », a-t-il souligné.

Le vol d’immigration de Daniel et Emiliano Bleiweiss a été annulé après l’incursion du Hamas le 7 octobre, mais ils l’ont reprogrammé et vivent maintenant en Israël. (Crédit : International Fellowship of Christians and Juifs)

Bleiweiss a affirmé qu’une autre raison pour laquelle il ne voulait pas retarder à nouveau son alyah était qu’il se sentait obligé d’être dans l’État Juif en ces temps de détresse.

« Si un ami est en difficulté, il ne faut pas attendre un meilleur moment pour aller le voir », a-t-il expliqué. « C’est à ce moment-là qu’il faut être présent. »

Pendant ce temps, à Beit Shemesh, la vie de la famille Bénichou est semée d’embûches. En raison de leur départ prématuré de France, ils n’ont pas eu le temps d’économiser de l’argent ni de vendre leurs biens.

« Nous n’aurions jamais cru que nous viendrions en seulement un mois. Nous sommes venus sans argent », a noté Yona.

« Il n’est pas facile de se reconstruire. »

Mais Yona et ses enfants n’ont aucun regret. Ils ont compris que cette année, ils ne recevraient pas de cadeaux tous les soirs de la fête [de Hanoukka], comme ils en avaient l’habitude les années précédentes.

« Mon fils de 8 ans m’a dit : ‘Maman, nous n’avons pas besoin de cadeaux pour Hanoukka cette année. Le plus grand cadeau, c’est d’être ici.’. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.