5 Palestiniens arrêtés pour avoir fabriqué des bombes avec des feux d’artifice
Rechercher

5 Palestiniens arrêtés pour avoir fabriqué des bombes avec des feux d’artifice

Les hommes sont soupçonnés d’avoir fabriqué des explosifs et de les avoir utilisés contre des soldats dans le nord de la Cisjordanie

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Paquets de feux d'artifices saisis par l'armée israélienne, qui auraient permis de fabriquer des bombes artisanales, dans le camp de réfugiés de Nur a-Shams, près de Tulkarem, en Cisjordanie, en mai 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Paquets de feux d'artifices saisis par l'armée israélienne, qui auraient permis de fabriquer des bombes artisanales, dans le camp de réfugiés de Nur a-Shams, près de Tulkarem, en Cisjordanie, en mai 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

L’armée israélienne a démantelé une cellule palestinienne dont les membres sont soupçonnés d’avoir fabriqué des bombes artisanales et de les avoir utilisées dans plusieurs attaques dans le nord de la Cisjordanie, a indiqué mardi un officier.

Le mois dernier, l’armée a arrêté un groupe de quatre Palestiniens qui avaient fabriqué et utilisé des bombes artisanales pour attaquer des troupes israéliennes dans la région de Tulkarem.

Pendant leurs interrogatoires, les quatre suspects ont révélé les origines de leurs explosifs artisanaux : un vendeur de feux d’artifice illégaux.

Selon l’officier israélien, qui parlait sous condition d’anonymat, les témoignages du suspect ont mené les services de sécurité à un cinquième Palestinien de la région de Tulkarem qui vendait de grandes quantités de feux d’artifice, en sachant qu’ils étaient utilisés pour des attaques terroristes, « pas pour quelque chose d’innocent. »

L’armée a perquisitionné le bâtiment où le vendeur de feux d’artifice qui vendait ces produits jeudi, et a trouvé 10 boîtes de ces explosifs, a indiqué l’officier.

La possession de feux d’artifice est illégale en Cisjordanie. L’armée enquête à présent pour savoir comment le vendeur a obtenu sa marchandise.

Une bombe artisanale. Illustration. (Crédit : police israélienne)
Une bombe artisanale. Illustration. (Crédit : police israélienne)

Selon l’officier, les quatre suspects ont utilisé les explosifs des feux d’artifice pour fabriquer des bombes artisanales « classiques ».

« Ils ont fait des bombes avec une très, très grande quantité d’explosifs de feux d’artifice, fourrées dans des tuyaux et les fermant sur les deux côtés avec des capsules vissées », a déclaré l’officier.

Les quatre Palestiniens sont soupçonnés d’avoir utilisé ces bombes artisanales dans les semaines précédant leur arrestation contre des positions militaires du nord de la Cisjordanie, mais pas contre des civils, a indiqué l’officier.

Aucun soldat n’a été grièvement blessé dans ces attaques. Ce genre de bombe artisanale a cependant déjà causé de graves blessures et même des morts dans le passé.

L’année dernière, un officier israélien avait été grièvement blessé dans une attaque à la bombe artisanale commise par un groupe de cinq Palestiniens.

Les quatre suspects de la région de Tulkarem ne sont pas des membres entraînés d’un groupe terroriste, même s’ils avaient des connexions avec un groupe, a indiqué l’officier.

« Mais je ne peux pas dire lequel puisque l’enquête est toujours en cours », a-t-il ajouté.

Pendant leurs interrogatoires, les suspects ont déclaré avoir mené leurs attaques pour des raisons nationalistes, mais aussi à cause d’un sentiment général de frustration face à la situation en Cisjordanie, a dit l’officier.

Les suspects, tous âgés de 17 à 24 ans, habitent à Tulkarem et dans le camp de réfugiés de Nur a-Shamas, a-t-il précisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...