Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

53 sites candidats au patrimoine mondial, Venise et Kiev peut-être déclarés en péril

Des mosquées médiévales, un tronçon des routes de la Soie, des forêts... plus de cinquante sites sauront d'ici au 25 septembre s'ils ont intégré le patrimoine mondial de l'Unesco

Le ghetto juif de Venise, le 8 août 2008. (Crédit: Chen Leopold/Flash90)
Le ghetto juif de Venise, le 8 août 2008. (Crédit: Chen Leopold/Flash90)

Des mosquées médiévales, un tronçon des routes de la Soie, des forêts… plus de cinquante sites sauront d’ici au 25 septembre s’ils ont intégré le patrimoine mondial de l’Unesco lors d’une réunion à Ryad, durant laquelle ceux de Venise et de Kiev seront peut-être déclarés en péril.

De la Lettonie à la Thaïlande en passant par Madagascar, les prétendants apprendront du Comité du patrimoine mondial, dont la 45e session élargie a démarré dimanche en Arabie saoudite, si la valeur exceptionnelle de leurs biens culturels ou naturels a été reconnue.

Parmi les 53 prétendants – un nombre important car la réunion de 2022, prévue en Russie, ne s’était pas tenue du fait de son invasion de l’Ukraine -, beaucoup sont méconnus… ou moins célèbres en tout cas que l’Alhambra en Espagne, la Grande muraille de Chine ou le parc Yellowstone aux Etats-Unis, ces joyaux du patrimoine mondial.

Il y a par exemple Koh Ker, éphémère capitale khmère du Xe siècle, située à 80 km d’Angkor, au nord du Cambodge. En partie cachée par une forêt dense, elle est composée de nombreux temples et sanctuaires aujourd’hui partiellement recouverts de végétation.

La Tunisie plaide de son côté pour que Djerba, île aujourd’hui plutôt associée au tourisme de masse et au pèlerinage dans sa synagogue de la Ghriba chaque mois de mai, entre au patrimoine mondial en tant que « paysage culturel, témoignage d’occupation d’un territoire insulaire ».

Sur cette photo du mercredi 28 octobre 2015, un Juif à La Ghriba, la plus ancienne synagogue d’Afrique, sur l’île de Djerba, dans le sud de la Tunisie. (Crédit : AP / Mosa’ab Elshamy)

La Turquie fait de même pour des mosquées médiévales « dotées de colonnes et d’une structure supérieure en bois ».

La France aspire, elle, à la reconnaissance universelle pour la Maison carrée de Nîmes, un temple romain deux fois millénaire et parfaitement conservé.

Maison Carrée de Nîmes en 2011. (Crédit : Danichou, domaine public via Wikimedia Commons)

Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan ont monté une candidature commune pour le corridor de Zeravchan-Karakoum, un tronçon long de près de 900 km des routes de la Soie, qui irriguèrent l’Asie du IIe siècle avant notre ère au XVIe siècle.

Plusieurs pays ont également demandé l’extension de certains sites naturels déjà inscrits. Comme le Vietnam, pour la légendaire baie d’Ha Long, ou l’Azebaïdjan et l’Iran pour leurs vastes « forêts hyrcaniennes », à l’impressionnante biodiversité.

Sérénissime et surtourisme

Les inscriptions au patrimoine mondial apportent « une reconnaissance » aux pays concernés car elles attestent que leurs sites « sont importants et ont contribué aussi au développement de notre humanité », affirme à l’AFP Lazare Eloundou, directeur du patrimoine mondial à l’Unesco.

Elles peuvent apporter un développement économique via le tourisme, une opportunité pour les communautés locales, « garantes et gardiennes de ces sites depuis des générations », poursuit-il.

Cette année, un nouvelle tendance apparaît aussi dans les candidatures. Trois dossiers concernent des lieux de mémoire, quand ceux-ci sont jusqu’ici faiblement représentés au sein du patrimoine mondial.

Le Rwanda propose que quatre mémoriaux commémorant le génocide des Tutsi l’intègrent, tout comme l’Ecole supérieure de mécanique de l’armée (Esma) pour l’Argentine, un centre de torture sous la dictature (1976-1983) devenu musée. France et Belgique ont une démarche similaire pour des lieux liés à la Première guerre mondiale.

Aujourd’hui, 1 157 sites appartiennent au Patrimoine mondial, dont 900 culturels, 218 naturels et 39 mixtes.

Cinquante-cinq d’entre eux sont considérés « en péril » et six autres pourraient les rejoindre. Le couperet pourrait ainsi tomber pour Venise, car la Sérénissime est menacée par « la montée des eaux » et le « surtourisme », observe Lazare Eloundou.

La forteresse de Diyarbakir, légèrement endommagée par le séisme ayant dévasté cet hiver le Sud turc, est, elle, inquiétée du fait de « questions de développement », poursuit-il.

Des secouristes et des bénévoles mènent des opérations de recherche et de sauvetage dans les décombres d’un bâtiment effondré, à Diyarbakir, le 6 février 2023, après le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé le sud-est du pays. (Crédit : ILYAS AKENGIN / AFP)

L’Unesco veut également inscrire les sites de Kiev et Lviv au patrimoine mondial en péril à cause de l’invasion russe car ils sont « menacés de destruction ». « Il y a eu des attaques dans les zones tampons de ces sites et on ne sait pas ce qui va se passer par le futur », regrette-t-il.

Tous les dossiers ont été étudiés au préalable par des experts, qui ont soumis leurs recommandations, tant pour le placement au patrimoine en péril que pour l’intégration des nouveaux sites.

A titre d’exemple, ils sont favorables à l’inscription de Koh Ker (Cambodge), mais suggèrent de « renvoyer l’examen » du dossier de Djerba. Les Etats-membres du Comité du patrimoine mondial pourront suivre, ou non, leurs recommandations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.