Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

À Meron, un homme aurait mordu le frère d’une victime du drame de 2021

Le porte-parole du ministre du Patrimoine a été blessé au bras lors d'une altercation avant le pèlerinage annuel au sanctuaire ; la police a relâché l'agresseur présumé

Des Juifs haredim participant aux célébrations de Lag BaOmer, au mont Meron, le 8 mai 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des Juifs haredim participant aux célébrations de Lag BaOmer, au mont Meron, le 8 mai 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Lors d’un violent incident survenu lundi sur le site sacré du mont Meron, la police a mis en garde, mais n’a pas arrêté, un homme qui aurait mordu un fidèle dont le frère est mort dans la tragédie de 2021, lors du pèlerinage annuel au sanctuaire.

Israël Diskind, porte-parole du ministre du Patrimoine Amichaï Eliyahu, a été blessé à l’avant-bras suite à une morsure lors d’une altercation avant le pèlerinage de cette année, qui a commencé lundi soir.

Cet événement annuel attire des dizaines de milliers de Juifs, pour la plupart haredim, qui viennent célébrer la fête de Lag BaOmer près de la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochaï, un sage du IIe siècle.

Selon certains témoins, un certain nombre de Juifs haredim radicaux ont cru à tort que Diskind était un policier en civil.

Les efforts déployés pour contrôler l’affluence sur le site depuis la catastrophe de 2021 ont suscité des tensions entre les fidèles et les autorités. 45 personnes avaient perdu la vie dans un mouvement de foule causée par la surpopulation lors de la catastrophe civile la plus meurtrière de l’histoire d’Israël.

Plus de 200 000 personnes devaient participer aux festivités de Lag BaOmer lundi soir.

La police a relâché l’auteur présumé de la morsure pour « s’assurer que les choses restent calmes », a écrit un journaliste de la chaîne publique israélienne Kan sur Twitter, citant un officier de police.

Une vidéo mise en ligne par Moked, un site d’information haredi, montre un jeune homme qui serait l’auteur de la morsure en train de crier alors que des policiers l’entourent.

Zvi Sukkot, un député du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit, a déclaré que les propos de l’agent de police sur l’incident « défient l’entendement » et a exhorté la police à arrêter l’auteur de l’agression.

Diskind, dont le frère Simcha Bunim est mort à 23 ans, « a consacré les deux dernières années à se porter volontaire pour obtenir justice pour les familles des victimes de la catastrophe », a écrit Sukkot. « J’espère sincèrement que la police mettra la main dès que possible sur la personne qui l’a mordu le jour de l’anniversaire de la mort de son frère, et que cette personne répondra de ses actes avec toute la rigueur de la loi. »

Cette morsure fait suite à deux autres incidents violents survenus sur le site ces derniers jours.

Samedi, un groupe de jeunes visiteurs juifs a été filmé en train de battre brutalement un agent de sécurité druze, qui a déclaré que l’attaque avait commencé après que les assaillants l’ont entendu parler arabe.

Deux hommes ont été arrêtés et la police a déclaré que d’autres arrestations étaient attendues au fur et à mesure de l’avancement de l’enquête.

Lundi, des visiteurs haredim du sanctuaire de Meron se sont heurtés à la police et aux agents de sécurité, certains jetant des pierres et des bouteilles sur les officiers, qui ont été contraints de quitter leur poste, selon le site d’information Haaretz.

Les émeutiers s’opposaient à la présence policière et aux restrictions en matière de sécurité mises en place l’année dernière ayant tiré les leçons de la catastrophe.

Les assaillants ont été entendus en train de crier « Nazis » aux agents de sécurité, exigeant qu’ils quittent le site.

Les célébrations de 2022 ont été considérablement réduites et plusieurs mesures de sécurité ont été mises en œuvre pour éviter que la catastrophe ne se reproduise.

Les organisateurs ont également eu du mal à trouver des compagnies d’assurance pour couvrir les événements de cette année. L’année dernière, le gouvernement avait partiellement couvert l’événement en cas de dommages physiques potentiels pour les participants.

L’enquête et les querelles politiques concernant la catastrophe ont constitué un problème de longue date pour le gouvernement dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu au cours de l’année qui a suivi la tragédie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.