Accès limité aux cafés, aux lieux culturels et autres aux non-vaccinés ?
Rechercher

Accès limité aux cafés, aux lieux culturels et autres aux non-vaccinés ?

Les responsables avancent dans leur projet de rouvrir de nombreuses activités uniquement aux personnes vaccinées ou ayant récemment obtenu un résultat négatif

Une Israélienne se fait vacciner contre la COVID-19 à Jérusalem, le 10 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Une Israélienne se fait vacciner contre la COVID-19 à Jérusalem, le 10 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministère de la Santé finalise son projet visant à inciter davantage d’Israéliens à se faire vacciner. Alors que les activités de loisirs vont pouvoir reprendre dans un proche avenir, leur accès sera rendu difficile à ceux n’ayant pas été vaccinés.

La Douzième chaine a rapporté mercredi que les responsables cherchaient à limiter l’accès aux gymnases, aux hôtels, aux restaurants et aux événements culturels et sportifs à ceux qui refusent de se faire vacciner, tandis que les personnes vaccinées pourront y entrer librement.

Comme il est problématique d’un point de vue juridique d’interdire complètement l’accès à ceux qui ne veulent pas recevoir les injections, il restera possible à ceux ayant des résultats négatifs au virus obtenus au cours des 48 dernières heures d’entrer.

Mais les responsables de la santé veulent rendre l’accès au test plus difficile – encourageant ainsi davantage de personnes à se faire vacciner – notamment en facturant les tests, en limitant leur nombre et en réduisant les lieux de test.

Au cours des trois derniers jours, seuls 65 000 Israéliens environ ont été vaccinés quotidiennement avec la première injection, alors que la vaccination est désormais disponible pour tous les Israéliens âgés de 16 ans et plus.

De hauts responsables du ministère de la Santé ayant conservé leur anonymat ont déclaré à la chaine qu’ils travaillaient sur une liste précise d’activités auxquelles les non-vaccinés auraient du mal à accéder.

« S’ils sont tenus de payer quelques dizaines de shekels [pour un test COVID] tous les deux jours pour pouvoir entrer sur leur lieu de travail, dans leur salle de sport ou un restaurant, cela les encouragera à se faire vacciner », a déclaré un responsable.

L’Association des manufacturiers israéliens a demandé aux responsables gouvernementaux de pouvoir mettre en congé sans solde les salariés qui refuseraient la vaccination, a également rapporté la Douzième chaîne. L’association aurait demandé l’autorisation d’exiger aux non-vaccinés qu’ils présentent un test négatif toutes les 72 heures.

Dans le même temps, la ville de Raanana a indiqué aux employés municipaux que, s’ils refusaient de se faire vacciner, ils devraient venir travailler en combinaison de protection intégrale à partir de la semaine prochaine. On ne sait pas si la ville a le pouvoir d’imposer une telle tenue.

Le maire, Haim Broide, a déclaré à la Treizième chaine que la ville empêcherait les salariés non-vaccinés d’entrer en contact avec ceux vaccinés.

Plus tôt mercredi, le ministre de la Santé Yuli Edelstein a déclaré qu’il envisageait de proposer une loi qui permettrait aux employeurs d’empêcher les salariés non-vaccinés contre le coronavirus d’accéder à leur lieu de travail, et a averti que la règle s’appliquerait également au personnel du système éducatif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...