Rechercher

Après la victoire de leur bloc, Deri et Goldknopf conviennent de collaborer

Les présidents des partis haredi, qui pourraient jouer un grand rôle au sein du gouvernement, se coordonneront sur les questions d’identité juive

Le président de Shas, Aryeh Deri (à gauche), et celui de Yahadout HaTorah, Yitzchak Goldknopf, s'entretiennent à Jérusalem, le 4 novembre 2022. (Crédit : Yahadout HaTorah)
Le président de Shas, Aryeh Deri (à gauche), et celui de Yahadout HaTorah, Yitzchak Goldknopf, s'entretiennent à Jérusalem, le 4 novembre 2022. (Crédit : Yahadout HaTorah)

Les dirigeants ultra-orthodoxes Aryeh Deri et Yitzchak Goldknopf se sont entretenus, vendredi, pour évoquer l’éventualité d’une coopération politique, alors même qu’ils se préparent à entamer des négociations pour rejoindre la coalition de droite dirigée par Benjamin Netanyahu.

Selon un communiqué de Yahadout HaTorah, Goldknopf, président du parti représentant les Juifs orthodoxes ashkénazes, et Deri, chef du Shas, qui représente les Juifs orthodoxes séfarades, se sont entretenus au domicile de ce dernier, à Jérusalem, et sont convenus de coopérer dans l’intérêt des communautés vulnérables et de la préservation de l’identité juive en Israël.

Selon le site d’information Srugim, les deux hommes se sont réjouis du succès de leurs partis aux récentes élections. Le Shas a en effet remporté 11 sièges lors du scrutin du 1er novembre et Yahadout HaTorah, sept.

Les partis ultra-orthodoxes sont restés fidèles à l’ex-Premier ministre Netanyahu – qui fait un come-back époustouflant – et joueront probablement un rôle clef dans la coalition à venir.

Le bloc de Netanyahu – Likud, HaTzionout HaDatit, Shas et Yahadout HaTorah– disposera de 64 sièges à la Knesset, contre 51 pour les partis qui composent le gouvernement sortant, Hadash-Taal s’étant engagé à ne rejoindre aucun des deux camps.

L’ambassadeur américain Tom Nides a publié vendredi, sur Twitter, qu’il avait appelé Deri pour le féliciter de ses résultats, ajoutant qu’il était impatient de « travailler avec lui au maintien de nos relations indissolubles ».

L’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les partis ultra-orthodoxes ont été exclus de la coalition sortante, à laquelle ils reprochent de nuire à l’identité juive de l’État, en promulguant par exemple des réformes qui s’en sont pris aux subventions accordées aux communautés ultra-orthodoxes.

Le gouvernement sortant a réformé le processus de certification de la casheroute et imposé des conditions de travail en contrepartie de l’octroi de subventions pour la garde d’enfants.

Le gouvernement sortant a considérablement augmenté les taxes sur la vaisselle en plastique et les boissons gazeuses, dont la communauté ultra-orthodoxe fait une grande consommation, alimentant soupçons et accusations de cet ordre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...