L’armée aurait détruit le lance-roquette qui a servi à tirer la roquette
Rechercher

L’armée aurait détruit le lance-roquette qui a servi à tirer la roquette

C'est la cinquième attaque du genre en moins d'un mois ; les sirènes ont retenti dans les communautés de Zikim, Karmia, Netiv Ha'asara et Yad Mordechai

Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Au moins une roquette a été tirée depuis Gaza sur le sud d’Israël mardi soir. Il s’agit de la cinquième attaque du genre en moins d’un mois.

Il n’y aurait ni blessés ni dommages.

Les sirènes ont retenti dans les communautés de Zikim, Karmia, Netiv Ha’asara et Yad Mordechai, situées en bordure nord de la bande de Gaza, a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

En guise de représailles frappé, l’armée de l’air israélienne a frappé mardi soir un lance-roquettes – qui a été utilisé pour lancer la roquette qui a atterri vers le kibboutz Yad Mordechai -dans le nord de la bande de Gaza. Le lance-roquette aurait été détruit dans l’attaque.

Les résidents de la région ont déclaré avoir entendu un grand ‘boum’, selon les rapports des médias.

L’attaque est la dernière d’une série de roquettes tirées contre Israël au cours du dernier mois, la plupart du temps attribuée à un petit groupe salafiste en conflit avec les dirigeants du Hamas à Gaza.

 

Les tirs surviennent un jour après que le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies a publié un rapport accusant Israël et les groupes terroristes palestiniens de possibles crimes de guerre au cours des violents combats l’été dernier.

Les groupes terroristes palestiniens ont été accusés d’avoir tiré à l’aveugle des roquettes sur Israël pendant la guerre de l’été, qui a vu des milliers de missiles et des attaques au mortier menés contre les villes israéliennes.

Des rapports non officiels publiés au cours des dernières semaines ont indiqué qu’Israël et le Hamas négociaient une trêve de long terme en échange de l’assouplissement des restrictions sur l’enclave palestinienne.

Les tensions ont également été soulevées avec la grève de la faim du prisonnier palestinien Khader Adnan, dont la Croix-Rouge a déclaré mardi qu’il était en danger de mort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...