Rechercher

Bennett : la mémoire de la Shoah fait partie de l’ADN du peuple juif

La présidente du Bundestag a allumé une bougie lors d'une cérémonie commémorative à la Knesset, évoquant une « culpabilité historique »

Le Premier ministre Naftali Bennett et son épouse, Gilat, allument des bougies pour la cérémonie 'À chaque personne, un nom' à la Knesset, le 28 avril 2022. (Crédit : Koby Gideon/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett et son épouse, Gilat, allument des bougies pour la cérémonie 'À chaque personne, un nom' à la Knesset, le 28 avril 2022. (Crédit : Koby Gideon/GPO)

Pour les Juifs, la mémoire de la Shoah est est inscrite dans les gènes, transmise de génération en génération, a déclaré jeudi le Premier ministre, Naftali Bennett, lors d’une cérémonie commémorative à la Knesset dans le cadre des événements de Yom HaShoah en Israël.

« La mémoire de la Shoah n’est pas seulement une mémoire, mais une couche, une partie de l’ADN transmise de génération en génération », a précisé Bennett.

La présidente du Parlement allemand, ainsi que le Premier ministre, le président Isaac Herzog et d’autres responsables israéliens, ont allumé une bougie commémorative dans le cadre de la cérémonie à la Knesset.

« Je m’incline avec humilité et honte face aux victimes de la Shoah », a déclaré la présidente du Bundestag, Barbel Bas, en allemand, avant la cérémonie officielle organisée à la Knesset « À chaque personne correspond un nom », au cours de laquelle les noms des victimes du génocide nazi ont été lus à haute voix.

« Il nous est interdit d’oublier et nous n’oublierons pas », a-t-elle déclaré. « De notre culpabilité historique découle un engagement. Il nous appartient de lutter résolument contre l’antisémitisme sous toutes ses formes, et il nous incombe de préserver la mémoire [des victimes] et de transmettre leur mémoire aux jeunes générations. »

Le député du Likud Ofir Akunis a déclaré lors de la cérémonie qu’il ne pardonnerait pas aux Allemands.

« D’autres peuvent pardonner aux Allemands », a-t-il déclaré en hébreu, après s’être brièvement adressé à Bas en anglais, notant que 97 % de la communauté juive de Thessalonique, d’où sa famille est originaire, a été tuée dans la Shoah.

« Je n’oublie ni ne pardonne, et je ne pardonnerai jamais cet acte de mal absolu. »

Le président de la Knesset, Mickey Levy, a qualifié la présence de Bas aux cérémonies du Parlement israélien pour la Journée de commémoration de la Shoah, qui a commencé mercredi soir, de « témoignage important du lien spécial qui unit les pays, de la responsabilité historique que l’Allemagne assume pour les crimes de guerre et de son engagement envers la sécurité d’Israël ».

Bas a allumé la bougie commémorative devant la Knesset en mémoire d’Irma Natan, résidente juive de Duisbourg et chef de la commission du bien-être de la communauté juive, tuée dans la Shoah. Bas est également originaire de Duisbourg, dans l’ouest de l’Allemagne.

Le président Isaac Herzog lors de la cérémonie de dépôt de gerbes aux martyrs et héros de la Shoah à Yad Vashem, le 28 avril 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Herzog et son épouse, Michal, se sont également joints à la cérémonie après avoir déposé une gerbe de fleurs au Mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, plus tôt jeudi. Herzog a lu à haute voix le nom de plusieurs membres de sa famille assassinés pendant la Shoah, ainsi que « les 10 000 Juifs du ghetto de Lomza, en Pologne, assassinés et massacrés, exilés à Auschwitz en janvier 1943, comme des agneaux menés à l’abattoir ».

Bennett et son épouse, Gilat, ont également déposé une couronne lors de la cérémonie annuelle au Mémorial avant de se joindre à la cérémonie organisée à la Knesset.

Au cours de la cérémonie, le Premier ministre a évoqué l’histoire du grand-père de son épouse.

« Il n’a jamais pu se pardonner de ne pas avoir protégé sa mère et ses deux frères, tués par les Polonais », a confié Bennett. Israël et la Pologne ont eu des liens tendus ces dernières années, en particulier sur le sujet de la législation polonaise tendant à interdire les demandes de restitution liées à la Shoah ou la législation de Varsovie cherchant à interdire les propos attribuant toute responsabilité pour la Shoah à la Pologne.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a participé jeudi à une cérémonie commémorative au musée Massuah dans le kibboutz Tel Yitzhak.

« Dans les discours de ce Yom HaShoah, nous évoquons parfois les menaces à la sécurité d’Israël, dirigées par l’Iran – qui cherche à acquérir des armes nucléaires et à constituer une menace mortelle pour nous », a déclaré Gantz. Par conséquent, l’État d’Israël doit avoir une puissance militaire et un pouvoir moral. Nous devons être forts et savoir nous défendre par nous-mêmes. C’est une leçon importante apprise par le peuple juif depuis des générations. Nous devons aussi avoir une morale pour avoir une raison de vivre. »

La présidente du Bundestag, Barbel Bas, allume une bougie à la Knesset le 28 avril 2022, dans le cadre des activités marquant la Journée commémorative de la Shoah en Israël. (Crédit : Noam Moskovitz/Knesset)

« Protéger la moralité humaine et les valeurs humaines sont quelques-unes des principales leçons de la Shoah », a-t-il ajouté. « Ceux-ci … découlent de notre capacité à faire société, avec force et cohésion, et non comme un peuple dispersé dans la diaspora. »

Bas est la première représentante des autorités allemandes à prendre part aux événements de Yom HaShoah au parlement israélien.

La présidente du Bundestag s’est rendue à Yad Vashem, mercredi, aux côtés de Levy et a rencontré l’ex Grand rabbin israélien Meir Lau, qui a raconté comment il a survécu à la Shoah.

La Journée de commémoration de la Shoah en Israël et dans le monde entier marque 24 heures de commémoration dédiées aux victimes du génocide nazi. Le jour commémoratif annuel est l’un des jours les plus solennels du calendrier national d’Israël. Une grande partie du pays s’est immobilisée pendant deux minutes pour une sirène commémorative à 10 heures jeudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...