Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Cisjordanie : 2 résidents d’un avant-poste arrêtés pour le meurtre d’un Palestinien

5 autres personnes ont aussi été arrêtées après les violences à Burqa ; l'un des suspects travaillait auparavant pour un député d'extrême-droite du parti Otzma Yehudit

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Qusai Jamal Matan. (Crédit : Autorisation)
Qusai Jamal Matan. (Crédit : Autorisation)

Deux résidents d’un avant-poste israélien ont été arrêtés et cinq autres ont été placés en détention pour leur implication présumée dans le meurtre d’un jeune Palestinien en Cisjordanie, a déclaré la police samedi.

Le principal suspect qui aurait ouvert le feu a été hospitalisé après avoir été blessé lors d’affrontements.

Le deuxième individu arrêté travaillait auparavant comme assistant d’un député du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit. Tous deux résident dans l’avant-poste illégal de Migron, en Cisjordanie.

« À l’heure actuelle, deux Israéliens ont été arrêtés pour être interrogés et cinq ont été placés en détention », a déclaré une porte-parole de la police dans un communiqué samedi matin.

Vendredi soir, Qusai Jamal Matan, 19 ans, a été tué d’une balle dans le cou dans la ville cisjordanienne de Burqa, près de Ramallah, selon des responsables palestiniens de la Santé et des sources de la défense israélienne. Il a été enterré samedi.

Selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne (AP), Wafa, les affrontements ont éclaté après l’attaque du village par des résidents d’implantations, ce qui a conduit les habitants à les affronter.

Des personnes en deuil portant le corps du Palestinien Qusai Jamal Matan, âgé de 19 ans, lors de ses funérailles dans la ville de Burqa, en Cisjordanie, le 5 août 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Tsahal a déclaré que, selon des témoins, des affrontements avaient éclaté à proximité de Burqa après que des résidents israéliens d’un avant-poste voisin eurent rassemblé des moutons dans la région. Des Palestiniens de la ville se sont alors approchés des résidents israéliens pour les éloigner de leurs terres, ce qui a donné lieu à une confrontation verbale.

À un moment donné, les deux parties ont commencé à se lancer des pierres, a déclaré Tsahal, ajoutant que les Palestiniens avaient également lancé des pétards.

« Au cours de la confrontation, des civils israéliens ont tiré en direction des Palestiniens. Suite à cette confrontation, un Palestinien a été tué, quatre autres ont été blessés et un véhicule palestinien a été retrouvé brûlé », a déclaré l’armée dans un communiqué samedi.

Un résident israélien a été blessé par des pierres qui lui ont été lancées dans la ville. Il a été transporté par des secouristes à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem pour y être soigné, a indiqué la police.

Il a ensuite été arrêté parce qu’il était soupçonné d’avoir ouvert le feu et d’avoir tué Matan, mais il est resté hospitalisé pour un traumatisme crânien.

Les troupes de Tsahal, les officiers de police et les membres de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet sont arrivés sur les lieux seulement après l’incident mortel et ont ouvert une enquête.

Craignant de nouvelles violences, l’armée a déclaré samedi que le secteur en question était une zone militaire fermée et y ont stationné un certain nombre de soldats.

Le Bureau du Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP) Mohammad Shtayyeh a exigé que les auteurs de l’attaque « n’échappent pas au châtiment ».

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a déclaré dans un communiqué que la Cisjordanie était en train de devenir un champ de bataille entre les terroristes juifs et arabes.

« Les Jeunes des collines sont en train de transformer la Judée et la Samarie en un champ de bataille entre la terreur des terroristes juifs et la terreur des terroristes arabes », a-t-il tweeté. « Cela met en danger les implantations, qui sont majoritairement composées de citoyens respectueux des lois, et nos soldats. Le soutien qu’ils reçoivent de la part de la coalition la plus extrémiste de l’histoire de l’État [équivaut à] une attaque diplomatique. »

« Netanyahu devrait condamner sévèrement la violence qui porte atteinte à la sécurité nationale, à Tsahal et aux implantations », a déclaré Lapid.

Des résidents d’implantations israéliens se déchaînant dans un village palestinien près de Ramallah, le 4 août 2023. (Crédit : Capture d’écran Twitter)

Hussein al-Cheikh, ministre des Affaires civiles de l’AP et secrétaire-général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a demandé qu’Otzma Yehudit soit désigné comme « parti terroriste ».

« Nous appelons la communauté internationale et les institutions internationales à considérer le parti du terroriste Itamar Ben Gvir comme un parti terroriste en raison de son histoire personnelle et partisane d’incitation au meurtre de Palestiniens », a tweeté al-Cheikh samedi.

L’attaque de vendredi est survenue après que plusieurs autres Palestiniens ont été tués dans des circonstances contestées impliquant des résidents d’implantations. En juin, un Palestinien a été tué par balle lors d’un déchaînement de violence de la part de résidents d’implantations à Turmus Ayya, après une attaque meurtrière, et en février, un Palestinien a été tué lors d’une émeute de résidents d’implantations à Huwara, après une fusillade terroriste.

Toujours en février, le Shin Bet s’est joint à la police pour enquêter sur le meurtre d’un Palestinien près de Qarawat Bani Hassan, en Cisjordanie, qui aurait été commis par des résidents d’implantations israéliens.

Les violences commises par les résidents d’implantations se sont multipliées ces derniers mois, les Nations unies faisant état vendredi de près de 600 attaques contre des Palestiniens et leurs biens au cours des six derniers mois.

Les émeutes ont été condamnées par un certain nombre d’hommes politiques, y compris certains membres de la coalition de droite radicale, mais il n’y a pas eu de condamnation claire de la part des dirigeants des implantations.

Le gouvernement s’est engagé à demander des comptes à ceux qui sont à l’origine des émeutes des résidents d’implantations. Deux suspects ont été inculpés dans l’émeute de Turmus Ayya en juin. Cinq Israéliens ont été placés en détention administrative pour leur implication.

Des centaines de personnes ont été filmées en train de participer aux attaques.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.