Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Confidences de Maayan Rockland, la mariée qu’Elan Ganeles venait réjouir

La jeune femme se réjouissait de retrouver son ami d'enfance, venu spécialement d'Amérique partager sa joie ; sa famille l'a protégée des nouvelles tragiques pendant la fête

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le mariage de Maayan Rockland et Ariel Lewis, Maale HaHamisha, 28 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
Le mariage de Maayan Rockland et Ariel Lewis, Maale HaHamisha, 28 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Maayan Rockland se préparait à rire et à danser lundi soir. Cette résidente de Jérusalem, qui a grandi à West Hartford, dans le Connecticut, était à quelques minutes de son mariage avec son fiancé, Ariel Lewis.

Mais avant de se diriger vers la houppah (dais nuptial), Rockland, ancienne combattante de Tsahal qui ne cache pas sa passion pour Israël, a pris un moment pour prier.

« J’ai prié pour que tous ceux qui venaient arrivent en toute sécurité et rentrent chez eux en toute sécurité », a-t-elle confié mercredi au Times of Israel. « Et sous la houppah, je priais pour qu’il n’y ait plus de familles endeuillées dans Am Yisrael », le peuple d’Israël.

La notion de joie et de tristesse simultanées est omniprésente dans le judaïsme et en terre d’Israël. Le livre de l’Ecclésiaste parle d' »un temps pour pleurer et un temps pour danser ». Même le site du mariage de Rockland, le kibboutz Maale HaHamisha, situé à l’ouest de Jérusalem, porte le nom de cinq ouvriers assassinés par des tireurs arabes en 1937 alors qu’ils étaient en train de paver une route.

La nuit précédant le mariage, Hallel et Yagel Yaniv, deux frères de l’implantation de Har Bracha, ont été abattus dans leur voiture par un tireur palestinien alors qu’ils étaient assis dans la circulation dans la ville de Huwara.

L’attaque récente – et les tragédies de l’histoire juive – ont imprégné la cérémonie, même si les amis et la famille ont chanté et dansé. Le rabbin Doron Perez a demandé à la foule de se souvenir des frères avant de réciter les bénédictions sous la houppah.

Les parents et les proches de Hallel, 21 ans et Yagel Yaniv, 19 ans, pendant leurs funérailles au cimetière du mont Herzl de Jérusalem, le 27 février 2023. (Crédit :Yonatan Sindel/FLASH90)

Alors qu’il présentait la cérémonie, le jeune frère de la mariée, Akiva, a cherché dans la foule son meilleur ami, qui était venu des États-Unis pour assister au mariage. Il a supposé qu’Elan Ganeles, qui avait grandi avec la famille Rockland à West Hartford, avait un pneu crevé ou un autre pépin.

« Il aurait dû être le premier sur place », a déclaré Akiva. « Alors quand je ne l’ai pas vu présent pendant la houppah, je me suis un peu inquiété ».

La cérémonie s’est poursuivie, mais, dans la tradition des mariages juifs, elle a atteint une note solennelle sur la fin. Le rabbin Perez a placé des cendres sur le front du marié, symbolisant les temples détruits à Jérusalem. Le verre que Lewis a brisé avec son pied, avant que la foule ne se précipite pour féliciter les jeunes mariés, avait la même symbolique.

Alors que le mariage se poursuivait avec un festin et que les invités se préparaient à accueillir le nouveau couple sur la piste de danse, une nouvelle tragique est parvenue dans la salle : Elan Ganeles, 26 ans, a été abattu par des tireurs palestiniens alors qu’il se rendait au mariage de Maayan en voiture, dans la vallée du Jourdain.

Elan Ganeles, au centre, lors d’une randonnée avec des amis. (Autorisation)

La nouvelle de l’attaque est parvenue à l’oncle de Maayan alors que les mariés étaient dehors en train de prendre des photos. Il a réuni la famille et leur a dit qu’ils devaient la laisser profiter pleinement des prochaines heures.

« Vous devez faire semblant que tout va bien », leur a-t-il dit. « Vous ne pouvez pas laisser Maayan savoir ce qui s’est passé. Elle le découvrira après. Elle ne doit pas le savoir. »

La mère de Maayan a quitté la piste de danse à plusieurs reprises pour s’asseoir. « Je pensais qu’elle avait mal à la tête ou qu’elle était simplement submergée par l’excitation de la soirée », raconte Rockland.

La famille élargie a fait en sorte que la mère de Maayan puisse continuer à participer aux festivités.

« Je n’ai rien soupçonné », a déclaré la mariée. « Et ils ont été si forts pour nous. »

Des personnes assistant aux funérailles d’Elan Ganeles, tué dans une attaque terroriste près de la mer Morte, à Raanana, le 1er mars 2023. (Crédit : Flash90)

La famille de la mariée l’a encouragée à éviter son téléphone jusqu’au lendemain matin, l’incitant à être dans le moment présent et à répondre aux centaines de messages de félicitations plus tard.

Mais Rockland voulait confirmer les plans de la famille pour le lendemain. Lorsqu’elle a allumé son téléphone, elle a vu un message sur la tragédie dans un groupe WhatsApp de chez elle.

« Je me sens juste anéantie et brisée », a-t-elle déclaré. « Elan était comme un frère pour moi, et c’est incompréhensible, littéralement incroyable. Mon cerveau ne peut pas comprendre qu’il était sur le point d’apporter de la joie à moi et à ma famille, à mon mariage, et qu’il n’y est pas arrivé. »

Ganeles a été enterré dans un cimetière de Raanana mercredi, en présence d’un millier de personnes.

La dernière fois que Rockland l’a vu, c’était en décembre, lorsqu’elle s’est rendue aux États-Unis pour voir sa famille. Elle est restée quelques jours dans l’appartement de son frère à New York, qu’il partageait avec Ganeles.

« Je me souviens lui avoir demandé : « Tu viens à mon mariage ? », dit-elle. « Et il a dit bien sûr… Notre dernière conversation en personne a porté sur sa venue à mon mariage. »

Elan Ganeles (deuxième à partir de la gauche) au mariage d’Akiva Garfield.(Autorisation)

En repensant à sa relation avec Ganeles, Maayan a déclaré qu’il faisait « vraiment partie de la famille Rockland ».

« Il se souciait sincèrement de chaque personne qui l’entourait », dit-elle du jeune homme qui s’était rendu en Israël pour assister à son mariage. « Prendre le temps d’apprendre à les connaître, de leur parler, de se souvenir de choses sur leur vie et de faire un suivi avec eux ».

La mère de Rockland lui a dit mercredi que ce n’était pas une coïncidence si les vies de Maayan et d’Elan seront à jamais entrelacées dans le bonheur et la peine.

« Je ne peux pas me comparer à Elan », a insisté Rockland. « Elan est incroyable, il est un tel modèle pour moi. Mais ce qu’on partageait profondément, c’était notre amour pour Israël. »

« On nous ordonne de nous souvenir, et nous nous souviendrons d’Elan », a-t-elle dit. « Nous ne l’oublierons jamais, et nous n’oublierons jamais non plus les personnes qui lui ont fait ça. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.