COVID-19 : Des Israéliens, financés par Roman Abramovich, en renfort en Italie
Rechercher

COVID-19 : Des Israéliens, financés par Roman Abramovich, en renfort en Italie

C'est la première fois qu'un centre de médecine de catastrophe se déploie dans un Etat occidental avancé après un appel lancé par le Piedmont

Une femme médecin israélienne, Orly Ashkenazi, dans le cadre d'une délégation d'aide envoyée à l'hôpital e Michele e Pietro Ferrero dans la région du Piedmont, en Italie.  (Crédit : Sharon Yaniv/Centre médical Sheba)
Une femme médecin israélienne, Orly Ashkenazi, dans le cadre d'une délégation d'aide envoyée à l'hôpital e Michele e Pietro Ferrero dans la région du Piedmont, en Italie. (Crédit : Sharon Yaniv/Centre médical Sheba)

Une équipe de médecins israéliens, qui a été financée par le propriétaire du club de football de Chelsea, Roman Abramovich, est partie aider un hôpital du nord de l’Italie, qui ploie actuellement sous la surcharge des malades du coronavirus.

« Il y a environ 300 patients à l’hôpital et 165 d’entre eux sont touchés par le coronavirus. C’est une échelle complètement différente de ce que je peux voir en Israël », a commenté Elhanan Bar-On, directeur du Centre israélien de médecine de catastrophe et de réponse humanitaire, qui est à la tête de la délégation.

Bar-On et ses collègues sont arrivés mercredi dernier dans le Piedmont après l’appel à l’aide lancé par les autorités locales au ministère de la Santé israélien.

Ils ont été intégrés dans les équipes médicales et ils participent aux soins apportés, heure par heure, aux patients atteints par la COVID-19 qui ont été pris en charge à l’hôpital Michele e Pietro Ferrero – et notamment aux malades les plus graves qui sont placés dans l’unité de soins intensifs.

Elhanan Bar-On, directeur du Centre israélien de médecine de catastrophe et de réponse humanitaire, aux abords de l’hôpital Michele e Pietro Ferrero dans le Piedmont, en Italie. (Crédit : Sharon Yaniv/Centre médical Sheba)

« Cet hôpital est le point central, dans la région du Piedmont, pour la prise en charge des malades atteints du coronavirus. Il y a deux semaines, il était complètement surchargé – et encore maintenant, il fonctionne encore au maximum de ses capacités », a déclaré Bar-On, dont le siège de l’organisation se trouve au centre médical Sheba.

Il a qualifié la situation dans cet hôpital italien « d’intensive, très intensive – mais pas frénétique » et il a indiqué que si certains Israéliens pouvaient mettre en doute le bien-fondé du déploiement de médecins du pays à l’étranger alors que le nombre de malades est en augmentation au sein de l’Etat juif, cette présence en Italie était pourtant compréhensible.

« Les gens disent qu’il y a beaucoup de patients, en Israël, qui ont besoin d’être soignés mais une partie du rôle que Sheba s’est donné, c’est d’avoir un impact sur l’aide médicale qui est fournie dans le monde », a expliqué Bar-On. « C’est facile de donner quand vos ressources sont illimitées mais c’est quand vous êtes sous la pression que le don devient réel ».

Le propriétaire du club de Chelsea Roman Abramovich au stade Stamford Bridge le 3 mai 2015. (Crédit : Photo by Clive Mason/Getty Images)

Cette mission ne coûtera rien au budget général du Centre israélien de médecine de catastrophe, car elle est couverte par des dons philanthropiques – et très largement par le milliardaire juif russe Abramovich.

Bar-On a assuré un soutien humanitaire après des catastrophes naturelles en Haïti, au Népal, en Turquie, en Inde et aux Philippines. « C’est la première fois que nous nous déployons dans un pays européen avancé », commente-t-il.

La délégation, qui restera en Italie jusqu’à la semaine prochaine, partage -en plus d’acquérir – des connaissances sur les traitements de la COVID-19 auprès des médecins italiens et contribue à la main-d’œuvre, a dit Bar-On. « Avec une nouvelle maladie telle que celle-ci, nous apprenons en permanence et être ici permet de nous apprendre mutuellement des choses et de gagner en expérience ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...