Rechercher

COVID-19: Les cas graves semblent baisser sur fond de reflux de la vague Omicron

C'est la première fois que le chiffre baisse depuis le début de l'année - le nombre de cas quotidiens et de décès diminue également ; les ministres vont discuter du Passe vert

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le personnel médical du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem traite des patients dans le service de l'hôpital consacré au coronavirus, le 14 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)
Le personnel médical du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem traite des patients dans le service de l'hôpital consacré au coronavirus, le 14 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)

Selon les données du ministère de la Santé, le nombre de malades de la COVID-19 dans un état grave a baissé pour atteindre les 1 084, mardi matin – il y en a donc quinze de moins que lundi soir, en contradiction avec la hausse constante de ce chiffre qui avait été constatée depuis le début du mois de janvier.

Les chiffres du ministère font aussi état du nombre le plus bas de décès en un jour à avoir été enregistré depuis deux semaines.

Les chiffres récents pointent un essoufflement de la cinquième vague, même si le gouvernement continue de recommander aux Israéliens de se soumettre aux règles de santé publique énoncées et de faire preuve de vigilance.

Les données du ministère indiquent qu’il y a actuellement 425 008 cas actifs de coronavirus dans le pays après 67 580 nouveaux cas enregistrés lundi. 2 788 personnes sont hospitalisées. 306 sont actuellement dans un état critique – ce qui représente une baisse par rapport à la veille, où elles étaient 333.

Photo d’illustration : Un jeune homme vient d’être dépisté positif à la COVID-19, montrant son test. (Crédit : iStock via Getty Images)

Avec la mort de 18 malades de plus, lundi, le bilan des décès s’élève dorénavant à 8 804.

Ces chiffres ont été révélés alors que le cabinet Corona – qui réunit des ministres choisis en charge de définir les politiques COVID – devrait se rencontrer mardi à 14 heures pour voter l’abandon du Passe vert. Ces directives n’offrent l’accès à certains endroits et à certaines activités qu’aux Israéliens en mesure d’apporter une preuve de vaccination ou de présenter un résultat de test négatif.

Une nette majorité de ministres devrait voter en faveur de l’abandon des contraintes du Passe, ont confié des sources proches du gouvernement à la Douzième chaîne.

Néanmoins, Orit Farkash-Hacohen, ministre des Sciences et des Technologies, a déclaré à la chaîne que son parti Kakhol lavan, dirigé par le ministre de la Défense Benny Gantz, préférait attendre encore deux semaines avant d’abandonner les règles plutôt que d’y renoncer dès aujourd’hui.

Orit Farkash-Hacohen. (Crédit : Yanai Yechiel)

« Nous ne devons pas transmettre le message que la vaccination n’est pas importante », a-t-elle souligné. « Mais nous allons écouter les experts avant de prendre une décision ».

Le gouvernement a fait de la vaccination des Israéliens un élément-clé dans sa stratégie de lutte contre le virus, et tous les citoyens âgés de cinq ans et plus peuvent être vaccinés.

Les chiffres du ministère de la Santé montrent que sur une population forte de 9,5 millions de personnes, 6 691 151 ont reçu au moins une dose de vaccin et 6 093 060 en ont bénéficié de deux. 4 442 029 personnes ont reçu une troisième dose de rappel et 642 137 ont bénéficié d’une quatrième dose qui a été mise à la disposition des plus âgés et des catégories de la population les plus vulnérables face à la COVID-19.

Dimanche, le gouvernement avait voté en faveur de la prolongation d’une semaine du système du Passe vert qui devait expirer mardi dernier.

Plusieurs ministres prônent l’abandon des régulations, avec parmi eux le ministre de la Justice Gideon Saar et le ministre des Finances Avigdor Liberman qui, s’il a soutenu dimanche la prolongation, a promis que ce serait la dernière fois.

Lundi, le ministère de la Santé avait semblé signaler 78 décès dans la journée, après avoir élevé le bilan des morts de 8 725 – dans un bilan fait dans la matinée – à 8 802 dans la soirée. Toutefois, le rapport émis mardi montre que 18 personnes ont succombé à une forme grave du coronavirus dans la journée. La raison de cette révision des chiffres reste indéterminée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...