Rechercher

Des centaines de personnes manifestent à Tel Aviv pour soutenir les Ukrainiens

Une manifestation plus modeste a eu lieu devant le domicile de la ministre de l'Intérieur pour exiger qu'Israël accepte davantage de réfugiés fuyant l'invasion russe

Des manifestants protestant contre l'invasion russe en Ukraine. La pancarte indique : "Les Juifs n'expulsent pas les réfugiés", à Tel Aviv, le 12 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des manifestants protestant contre l'invasion russe en Ukraine. La pancarte indique : "Les Juifs n'expulsent pas les réfugiés", à Tel Aviv, le 12 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des dizaines de manifestants ont manifesté devant le domicile de la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked à Tel Aviv, samedi, pour demander à ce que davantage de réfugiés ukrainiens soient acceptés en Israël.

Des centaines d’autres ont protesté contre la guerre et en faveur d’un soutien accru d’Israël à l’Ukraine et aux réfugiés lors d’une manifestation organisée au même moment dans le centre de Tel Aviv.

Les manifestants qui se trouvaient au domicile de Shaked brandissaient des pancartes aux couleurs de l’Ukraine sur lesquelles on pouvait lire : « Bienvenue aux réfugiés » et « Un Juif n’expulse pas un réfugié ».

Ils scandaient « Honte » et « Shaked, réveille-toi », et ont qualifié la ministre de menteuse.

Au même moment, près de 400 personnes manifestaient au carrefour Azrieli, dans le centre de Tel Aviv, avec des pancartes disant « Arrêtez Poutine » et « Arrêtez la guerre ».

« Un million de réfugiés ont perdu leur maison et la vie qu’ils menaient. Des enfants, des femmes et des adultes », ont déclaré les organisateurs. « Leurs maisons ont été bombardées, leurs rêves détruits. Nous ne pouvons pas leur fermer nos portes au nez, surtout pas nous. »

Les organisateurs des deux manifestations ont déclaré qu’ils représentaient un groupe nouvellement créé, appelé le Forum pour l’intégration de réfugiés ukrainiens.

La politique d’Israël à l’égard des réfugiés ukrainiens non juifs a suscité des remous et des débats depuis le début de l’invasion russe à la fin du mois dernier.

Shaked a déclaré que le pays autoriserait quelque 20 000 Ukrainiens résidant illégalement dans le pays ou munis de visas de tourisme avant l’invasion à y rester, tout en accordant des permis à 5 000 autres réfugiés non juifs fuyant la guerre. Tous les Ukrainiens juifs sont autorisés à entrer dans le pays et reçoivent la citoyenneté en vertu de la Loi du retour.

Shaked a déclaré samedi soir que le plafond de 5 000 réfugiés était presque atteint.

Les critiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, ont qualifié cette politique de terriblement insuffisante.

Lors de la réunion du cabinet prévue lundi, les députés de gauche devraient faire pression pour élever le plafond du nombre de réfugiés ukrainiens non juifs autorisés à rester en Israël.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked s’exprime lors d’une conférence à Jérusalem, le 21 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le parti Meretz a déclaré que ses ministres exigeront qu’Israël « octroie un refuge à tous les réfugiés.  »

« Sans quotas, sans différenciation de religion, de race ou de sexe », a déclaré le parti. « C’est notre devoir fondamental en tant qu’Israéliens et en tant qu’êtres humains ».

Le ministre des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, exigera au cours de la réunion qu’une commission ministérielle soit formée pour décider de la politique d’Israël en matière de réfugiés, rapporte Walla news.

« Israël n’a pas de politique d’immigration définie et claire. La crise des réfugiés en provenance d’Ukraine nécessite une décision gouvernementale qui soit approuvée par tous les différents éléments du gouvernement », a déclaré Shai.

Shaked a déclaré samedi que le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid était « partenaire » dans la décision de plafonner le nombre d’Ukrainiens non-juifs autorisés à rester en Israël.

Des manifestants protestant contre l’invasion russe en Ukraine, à Tel Aviv, le 12 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Dans une interview accordée à la Treizième chaîne, Shaked a déclaré que la formulation de la politique d’immigration relevait de son « autorité bien définie ».

Pressée davantage sur le rôle de Lapid, Shaked a déclaré qu’ils ont formulé ensemble la politique qu’elle a annoncée mardi.

« Nous avons élaboré cette proposition ensemble », a-t-elle déclaré.

Samedi, l’ambassade d’Ukraine en Israël a déclaré qu’elle soutenait un recours devant la Haute Cour de justice contre les limitations imposées par Israël aux réfugiés ukrainiens.

L’appel fait valoir que le plafond imposé par le gouvernement aux entrées de réfugiés viole les accords internationaux entre les nations ainsi que les conventions internationales auxquelles Israël a souscrit, et n’a pas été imposé avec l’autorité appropriée.

Environ 200 réfugiés ukrainiens ont été refoulés à leur arrivée à l’aéroport international Ben Gurion d’Israël, a rapporté la Douzième Chaîne vendredi.

Capture d’écran de la Douzième chaîne israélienne, diffusée le 10 mars 2022, de réfugiés ukrainiens entassés, attendant pendant des heures à l’aéroport Ben Gurion. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne)

Les images diffusées par la chaîne montrent un grand nombre de personnes à l’intérieur de l’un des terminaux de l’aéroport, avec de jeunes enfants dormant sur le sol et sur un carrousel à bagages, ainsi qu’une femme âgée, en train d’être secourue après s’être apparemment évanouie.

« Ces images ne sont pas passées au-dessus de ma tête », a déclaré Shaked, ajoutant qu’elle avait parlé avec « les autorités compétentes pour qu’elles s’occupent de cette question ».

L’Autorité de la Population et de l’Immigration a déclaré que le grand nombre de personnes et leur traitement étaient dus à plusieurs vols amenant des réfugiés ayant atterri à l’aéroport en même temps, provoquant une congestion bureaucratique.

Les autorités ont depuis déplacé les personnes dont l’entrée n’a pas encore été autorisée vers des hôtels.

Une demandeuse d’asile nommée Lana Balavan a déclaré à la Treizième chaîne depuis sa chambre d’hôtel :  » La façon dont nous avons été traités à l’aéroport Ben Gurion était vraiment terrible ».

« Les superviseurs étaient en colère, ils criaient tout le temps », a-t-elle dit. « Depuis hier, je suis dans un hôtel, mais je tiens à dire que ce n’est pas comme un hôtel, c’est comme une prison. Je ne peux pas quitter la chambre. Ce n’est pas autorisé », a-t-elle dit.

Une autre réfugiée, Ludmilla, a déclaré à la chaîne depuis sa chambre d’hôtel : « La façon dont ils nous ont reçus n’était vraiment pas sympa ».

« L’inspectrice a dit des choses qui n’étaient pas gentilles. Elle a crié, élevé la voix. Elle m’a fait pleurer », a-t-elle déclaré.

La Treizième chaîne a indiqué que des dizaines d’Ukrainiens étaient hébergés à l’hôtel Dan Panorama de Tel Aviv.

Plus de 2,5 millions d’Ukrainiens ont fui la guerre, la majorité se rendant en Pologne voisine. Des millions d’autres se sont déplacés à l’intérieur du pays.

L’Ukraine n’a cessé de faire pression sur Israël pour obtenir davantage de soutien pendant le conflit.

Israël a fourni de l’aide humanitaire à l’Ukraine, dont 100 tonnes d’équipement médical et d’équipement pour le froid qui ont été expédiées de l’aéroport Ben Gurion la semaine dernière. Cependant, Israël marche sur une corde raide en essayant de maintenir de bonnes relations avec l’Ukraine et la Russie. Cette dernière maintient une présence militaire en Syrie et négocie le retour de l’Iran à un accord nucléaire.

Le Premier ministre Naftali Bennett a servi de médiateur entre l’Ukraine et la Russie, et samedi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a proposé un sommet à Jérusalem avec le dirigeant russe Vladimir Poutine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...