Rechercher

Des milices pro-Iran jurent de riposter suite à une attaque présumée en Syrie

La "Salle des opérations des alliés de la Syrie" fait état de plusieurs morts et blessés dans une attaque nocturne près de Palmyre attribuée à Israël et aux États-Unis

Illustration : cette photo publiée par l'agence de presse officielle syrienne SANA montre des tirs anti-aériens dans le ciel après des frappes aériennes menées par les États-Unis visant différentes parties de la capitale syrienne Damas en représailles à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le pays, tôt le samedi 14 avril 2018. Les défenses aériennes syriennes ont répondu aux frappes conjointes des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. (Crédit : SANA via AP)
Illustration : cette photo publiée par l'agence de presse officielle syrienne SANA montre des tirs anti-aériens dans le ciel après des frappes aériennes menées par les États-Unis visant différentes parties de la capitale syrienne Damas en représailles à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le pays, tôt le samedi 14 avril 2018. Les défenses aériennes syriennes ont répondu aux frappes conjointes des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. (Crédit : SANA via AP)

Des milices pro-iraniennes en Syrie ont juré une réponse « très dure » à une frappe israélo-américaine présumée contre leurs installations près de la ville de Palmyre, dans le centre de la Syrie, mercredi soir, qui, selon elles, a tué et blessé plusieurs de leurs membres.

Dans une déclaration, les groupes – qui se désignent collectivement sous le nom de « Salle des opérations des alliés de la Syrie » – ont indiqué que l’attaque avait été menée via la Jordanie et la zone d’al-Tanf en Syrie, qui est contrôlée par l’armée américaine et ses alliés.

Un soldat syrien a été tué et trois autres ont été blessés dans l’attaque, selon l’agence de presse officielle syrienne SANA.

Selon la Salle des opérations des alliés de la Syrie, plusieurs miliciens ont également été tués et blessés dans l’attaque, sans toutefois divulguer un décompte précis. L’Observatoire syrien des droits de l’homme, un groupe lié à l’opposition dont le financement n’est pas clair, a déclaré que trois membres de la milice pro-iranienne ont été tués dans l’attaque et quatre autres ont été blessés. L’Observatoire, basé en Grande-Bretagne, a parfois été accusé de gonfler le nombre de victimes.

« Le commandement de la Salle des opérations a pris la décision de répondre à cette attaque en représailles pour les vies des martyrs et le sang des blessés, et la réponse sera très dure », ont déclaré les groupes dans leur communiqué.

Ni Israël ni les États-Unis n’ont reconnu avoir mené cette attaque. Israël, en règle générale, ne commente pas les frappes spécifiques qu’il effectue en Syrie, mais reconnaît généralement qu’il mène des opérations contre les groupes liés à l’Iran dans le pays afin d’empêcher le transfert d’armes avancées et de prévenir les attaques contre Israël depuis la Syrie.

Selon SANA, les frappes aériennes ont été menées vers 23 h 30 et ont touché une « tour de communication et certaines zones autour d’elle » près de la ville de Palmyre.

Jeudi matin, l’autorité aéroportuaire israélienne a annoncé que l’espace aérien autour du plateau du Golan serait fermé pendant au moins les 24 prochaines heures. Il s’agit d’une mesure préventive de routine suite à des rapports de frappes israéliennes en Syrie.

La Salle des opérations des alliés de la Syrie a maintenu qu’elle se trouvait en Syrie uniquement pour aider le dictateur Bachar Assad et combattre le groupe terroriste État islamique, et a accusé Israël et les États-Unis d’essayer de « nous entraîner dans des combats secondaires ».

L’Iran, proche allié d’Assad, maintient à la fois sa propre présence militaire en Syrie et soutient un certain nombre de milices majoritairement chiites dans le pays. Ces groupes militants combattent aux côtés des troupes d’Assad contre l’opposition du pays, mais Israël soutient qu’ils sont également utilisés pour mener des attaques contre Israël et pour faciliter le transfert d’armes et d’autres matériels dans toute la région.

La frappe signalée près de Palmyre mercredi soir est la deuxième attaque israélienne présumée en Syrie ces derniers jours, après que six soldats syriens ont été blessés dans une frappe aérienne visant la base aérienne T-4, également à l’extérieur de Palmyre, vendredi soir dernier.

Au fil des ans, Israël a lancé des centaines de frappes contre des cibles militaires liées à l’Iran en Syrie, mais reconnaît rarement ces opérations ou en discute.

Israël craint un retranchement iranien à sa frontière nord et a frappé à plusieurs reprises des installations liées à l’Iran et des convois d’armes destinés au groupe terroriste Hezbollah libanais.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...