Droits de l’Homme: Washington reproche aux ONG un manque de soutien
Rechercher

Droits de l’Homme: Washington reproche aux ONG un manque de soutien

Les Etats-Unis ont annoncé mardi leur départ de cet organisme en dénonçant son "hypocrisie" et son parti pris contre Israël

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, pendant une réunion du Conseil de sécurité, à New York, le 29 août 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, pendant une réunion du Conseil de sécurité, à New York, le 29 août 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a accusé mercredi des groupes de défense des droits de l’Homme d’avoir joué un rôle « non constructif » en ne soutenant pas une réforme du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies voulue par Washington.

Au lendemain du retrait des Etats-Unis de cet organisme basé à Genève, Nikki Haley a envoyé une lettre à ces ONG en leur reprochant notamment de ne pas avoir soutenu Washington dans ses efforts pour retirer Israël de son programme de travail.

« Vous devriez savoir que vos efforts pour bloquer les négociations et contrecarrer une réforme ont été un facteur ayant contribué à la décision américaine de se retirer du Conseil », a-t-elle écrit dans sa missive, obtenue par l’AFP.

« Vous vous êtes mis du côté de la Russie et de la Chine, en vous opposant aux Etats-Unis sur une question clé des droits de l’Homme », insiste-t-elle.

Dix-huit groupes de défense des droits de l’Homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International, avaient fait part en mai dans une lettre aux Etats membres de l’ONU de leur inquiétude à l’égard d’un projet de résolution à l’Assemblée générale de l’ONU pouvant affaiblir le Conseil des droits de l’Homme.

Les Etats-Unis ont annoncé mardi leur départ de cet organisme en dénonçant son « hypocrisie » et son parti pris contre Israël. Le CDH a été créé en 2006 pour promouvoir et protéger les droits de l’homme à travers le monde mais ses rapports ont souvent contredit les priorités américaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...