Egypte/Sinaï: 40 « jihadistes » tués, 7 militaires morts ou blessés en trois mois
Rechercher

Egypte/Sinaï: 40 « jihadistes » tués, 7 militaires morts ou blessés en trois mois

Ces opérations ont également "abouti à l'arrestation de 12 autres" combattants extrémistes présumés, ajoute le communiqué de l'armée

Illustration : Les forces de sécurité égyptiennes dans le Sinaï, juillet 2013. (Mohamed El-Sherbeny /AFP)
Illustration : Les forces de sécurité égyptiennes dans le Sinaï, juillet 2013. (Mohamed El-Sherbeny /AFP)

L’armée égyptienne a annoncé mardi avoir éliminé 40 jihadistes présumés et que sept militaires ont été tués ou blessés depuis septembre dans le nord du Sinaï (Est), en proie de longue date à une insurrection islamiste.

Dans un communiqué vidéo publié sur Facebook, l’armée a indiqué que ses forces aériennes avaient « réussi à éliminer 25 éléments ‘takfiri' » (…) dans la région stratégique du nord-est » –  désignant ainsi le Nord-Sinaï  – et que 15 autres jihadistes présumés ont été tués « au cours d’opérations spéciales », depuis septembre.

Les responsables des forces de sécurité égyptiennes utilisent le terme de « takfiri » pour désigner des militants islamistes extrémistes.

Par ailleurs, l’armée a ajouté que « deux officiers, deux sous-officiers et un soldat », soit sept de ses membres, ont « eu l’honneur de tomber en martyrs ou d’être blessés au cours des affrontements », sans précisions.

Ces opérations ont également « abouti à l’arrestation de 12 autres » combattants extrémistes présumés, poursuit le communiqué.

Depuis des années, les forces égyptiennes s’efforcent de mettre fin à l’insurrection dans le nord de la péninsule du Sinaï (est), menées principalement par la branche locale du groupe Etat islamique (EI), la « province du Sinaï ».

L’ancien président égyptien Mohamed Morsi, lors de son discours à l’assemblée générale de l’ONU. (Crédit : capture d’écran Youtube/RT)

Les attaques se sont multipliées après la destitution en 2013 par l’armée du président islamiste égyptien, Mohamed Morsi.

Et depuis février 2018, les autorités mènent une opération d’envergure nationale contre les militants islamistes, principalement axée sur le nord du Sinaï et le désert occidental.

Environ 970 militants présumés ont été tués dans le Sinaï ainsi que des dizaines de membres du personnel de sécurité, selon des statistiques officielles.

Mais aucun bilan de source indépendante n’est disponible, et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...