Rechercher

El Al rétablit les salaires des pilotes au niveau d’avant COVID

Les pilotes acceptent de se préparer à la reprise des vols long-courriers dans le courant de l'année ; certains pilotes se sont fait porter pâles, entraînant l'annulation de vols

Illustration : Des avions d'El Al sont garés à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 10 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Illustration : Des avions d'El Al sont garés à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 10 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

El Al a signé dimanche un accord avec les pilotes pour rétablir leurs salaires aux taux d’avant le programme COVID d’ici le début de l’année prochaine, mettant ainsi fin à un conflit social de plusieurs mois qui a entraîné des perturbations des vols au quotidien.

Une autre revendication des pilotes – être représentés par un syndicat professionnel indépendant, distinct du syndicat qui représente l’ensemble du personnel d’El Al – n’a pas été retenue dans l’accord.

Les parties en litige se sont félicitées de l’accord, qui sera valable jusqu’en 2025. Arnon Bar-David, président de la fédération syndicale Histadrout, s’est dit confiant « que l’accord permettra à El Al de renouer avec la croissance », après des années difficiles de restrictions des voyages liées à la pandémie.

Des pilotes s’étaient fait porter pâles, ce qui a déclenché des annulations de vols, et ce quotidiennement pendant la haute saison, alors qu’ils réclamaient une augmentation de leur salaire conformément à un précédent accord signé en 2017.

El Al avait demandé au tribunal du travail de Tel Aviv de contraindre les pilotes à reprendre le travail. Le tribunal s’y est refusé, invitant les deux parties à reprendre les négociations et maintenir le programme de vols habituel.

Outre l’augmentation de salaire, l’accord prévoit que les pilotes s’engagent à suivre un cours de formation pour piloter les Boeing 777 de la compagnie, qui sont immobilisés depuis 2020, afin d’assurer les vols long-courriers prévus plus tard cet été.

Si les avions ne reprennent pas du service, El Al sera contrainte d’annuler plusieurs liaisons, et de verser des millions de dollars de compensation à ses clients.

La compagnie nationale israélienne va également engager des pilotes supplémentaires, en donnant la préférence à ceux qui ont été licenciés avant la pandémie.

La PDG d’El Al, Dina Ben-Tal Ganancia, a félicité les dirigeants syndicaux et les pilotes d’être parvenus à un accord et s’est engagée à relever les défis auxquels la compagnie aérienne est confrontée.

« Bien que le taux d’annulation des vols El Al soit relativement faible par rapport aux compagnies internationales, nous nous efforcerons toujours de réduire au maximum l’ampleur des annulations », a-t-elle ajouté.

Ran Alkabetz, président du comité des pilotes d’El Al, a remercié Ganancia d’avoir « choisi de mettre fin au conflit à l’amiable », et a félicité la PDG d’avoir pris les décisions nécessaires pour assurer la croissance de la compagnie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...