Erdogan à Abbas : les tensions ne sont “pas bonnes” pour les Israéliens et les Palestiniens
Rechercher

Erdogan à Abbas : les tensions ne sont “pas bonnes” pour les Israéliens et les Palestiniens

Le dirigeant turc a reçu le président de l‘AP, et lui a affirmé que son gouvernement “soutient les efforts pour accélérer le processus de paix”

Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara, le 28 août 2017. (Crédit : Adem Altan/AFP)
Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara, le 28 août 2017. (Crédit : Adem Altan/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rencontré lundi le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ankara, et affirmé que chercher une solution au conflit israélo-palestinien sera bénéfique pour les deux parties.

« Trouver une solution et amener la paix, n’est pas seulement en faveur des Palestiniens, mais également en faveur d’Israël », a-t-il dit durant une conférence de presse conjointe avec Abbas, selon les médias turcs. « Comme nous l’avons vu durant les évènements, l’escalade de tension n’est bonne pour aucune des parties. »

Abbas et Erdogan auraient évoqué les « actes d’agression » israéliens durant les récentes tensions qui ont entouré le mont du Temple, après l’attaque terroriste sur le lieu saint de Jérusalem.

Erdogan a décrit la solution à deux états comme « la responsabilité historique de la communauté internationale envers le peuple palestinien », et a assuré que son gouvernement « soutient toujours les efforts pour accélérer le processus de paix. »

Le Dôme du Rocher, à gauche, sur le complexe appelé al-Haram al-Sharif par les musulmans et mont du Temple par les juifs, et le mur Occidental, site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, en octobre 2007. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Le Dôme du Rocher, à gauche, sur le complexe appelé al-Haram al-Sharif par les musulmans et mont du Temple par les juifs, et le mur Occidental, site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, en octobre 2007. (Crédit : Jack Guez/AFP)

« Nous ne voulons pas que la ville sainte de Jérusalem, que nous avons dominé pendant quatre siècles, fasse la Une avec du sang, des larmes et du conflit », a déclaré le chef d’état turc.

Selon l’agence de presse officielle de l’AP, Wafa, les deux dirigeants ont également abordé la question de la fin du schisme entre l’Autorité palestinienne et le Hamas, groupe terroriste qui contrôle la bande de Gaza.

La semaine dernière, Erdogan et le roi Abdallah II de Jordanie ont appelé à de nouvelles négociations de paix « sérieuses et efficaces » entre Israël et les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...