Rechercher
RENCONTRE AVEC LAPID LE LUNDI

Erdogan informe des responsables juifs américains qu’il souhaite se rendre en Israël

Le président turc s’est entretenu avec des représentants de la communauté à New York avant l'AG de l'ONU ; il a qualifié l'antisémitisme de "crime contre l'humanité"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adressant au président russe Vladimir Poutine lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, en Ouzbékistan, le 16 septembre 2022. (Crédit : Alexandr Demyanchuk/Sputnik/Kremlin Pool Photo/AP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adressant au président russe Vladimir Poutine lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, en Ouzbékistan, le 16 septembre 2022. (Crédit : Alexandr Demyanchuk/Sputnik/Kremlin Pool Photo/AP)

JTA – Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré à un groupe de dirigeants juifs lundi, à New York, qu’il prévoyait de se rendre en Israël, un autre signe de son intention de resserrer les liens.

Erdogan a également déclaré à une salle pleine de dirigeants d’organisations juives américaines que l’antisémitisme n’est rien d’autre qu’un « crime contre l’humanité », a déclaré un participant à la réunion à la Jewish Telegraphic Agency.

La réunion, organisée sous les auspices de l’ambassade de Turquie et de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, a eu lieu à New York, où l’Assemblée générale des Nations unies réunit les dirigeants du monde entier cette semaine.

Erdogan n’a pas précisé la date de sa future visite.

Le mois dernier, la Turquie et Israël ont rétabli des liens diplomatiques complets, mis à mal en 2010, lorsqu’un raid de commando israélien mené sur la flottille Mavi Marmara, dont l’objectif était de briser le blocus de Gaza, a fait 10 morts parmi les activistes turcs qui avaient attaqué les soldats israéliens montés plus tôt à bord du navire.

Le président Isaac Herzog s’est rendu en Turquie en mars, et le ministère des Affaires étrangères a annoncé lundi la nomination de sa nouvelle ambassadrice en Turquie, Irit Lillian. Il n’y a pas eu d’envoyé dans le pays depuis 2018, année où la Turquie avait rappelé son ambassadeur et réclamé le départ de l’ambassadeur d’Israël pour protester contre la réponse apportée par l’État juif aux émeutes sur la frontière avec Gaza, qui avaient fait des dizaines de morts chez les émeutiers palestiniens.

Le président Isaac Herzog, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan au complexe présidentiel d’Ankara, le 9 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Yair Lapid rencontrera Erdogan en marge de l’Assemblée générale, marquant ainsi la première fois que les dirigeants des deux pays se rencontrent depuis 2008.

Erdogan cherche à resserrer les liens avec l’Occident alors que la Russie poursuit sa guerre contre l’Ukraine. Il veut également s’assurer que la Turquie participe au développement de l’exploration énergétique en Méditerranée orientale, qui était jusqu’à présent menée par Israël et par la Grèce.

Israël cherche à s’appuyer sur les Accords d’Abraham de 2020, qui ont normalisé ses relations avec quatre pays arabes et espère que d’autres pays arabes et à majorité musulmane se joindront aux accords.

En outre, étant l’un des pays à maintenir des liens directs avec le groupe terroriste du Hamas qui contrôle la bande de Gaza, la Turquie sert régulièrement d’intermédiaire pour Israël.

Dimanche, le compte Twitter officiel du gouvernement turc a publié une vidéo d’Erdogan se promenant dans Central Park, dans laquelle il est vu heureux de s’entretenir avec la rabbi du Queens, Rachel Goldenberg.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...