Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Hanegbi: Israël ne mettra pas fin à la guerre pour conclure un accord sur les otages – média

Le conseiller à la sécurité nationale a rappelé que le Hamas exigent un cessez-le-feu permanent là où Israël n'est prêt qu'à un arrêt des combats provisoire

Des manifestants demandent la libération des otages israéliens de Gaza devant la base de Hakirya, à Tel Aviv, le 27 mai 2024. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Des manifestants demandent la libération des otages israéliens de Gaza devant la base de Hakirya, à Tel Aviv, le 27 mai 2024. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, aurait déclaré jeudi que le gouvernement ne mettrait pas fin à la guerre contre le Hamas en échange de la libération des otages encore aux mains du groupe terroriste.

C’est probablement la première fois qu’un haut responsable israélien se livre à un tel aveu, particulièrement lors d’une réunion houleuse au cours de laquelle Hanegbi aurait eu des mots durs et même insulté les proches de certains otages. Il est revenu sur l’impasse des négociations sur les otages, le Hamas exigeant un cessez-le-feu permanent là où Israël n’est prêt qu’à un arrêt des combats provisoire.

Selon la transcription de cette rencontre à laquelle la Douzième chaine a eu accès, Hanegbi a indiqué que le gouvernement serait sans doute en mesure de conclure ce qui constitue la première phase de l’accord examiné en ce moment, à savoir la libération des femmes, des personnes âgées et des blessés, qui représentent vraisemblablement 33 otages sur les 121 encore à Gaza.

Dans les deuxième et troisième phases de l’accord, le Hamas libèrerait les derniers otages – c’est-à-dire les hommes et les soldats – puis les corps des otages tués en captivité, dont l’armée israélienne estime le nombre à 37. Selon les médiateurs, ces deux dernières phases devraient s’accompagner de l’accord d’Israël pour envisager la fin définitive des combats – ce qu’Israël ne fera pas, sauf à avoir obtenu la défaite du Hamas.

Les propos tenus par Hanegbi laissent penser que le gouvernement israélien estime que le Hamas refusera de libérer la totalité des otages sans cessez-le-feu définitif.

L’organisation terroriste a durci ses prétentions, jeudi, en annonçant avoir informé les médiateurs qu’il ne reprendrait les négociations sur les otages que si Israël cessait toute opération dans la bande de Gaza. Elle a d’ailleurs déclaré par voie de communiqué être prête à conclure « un accord complet » avec Israël, assorti de la libération de tous les otages en échange de prisonniers palestiniens de sécurité, sous réserve qu’Israël « arrête sa guerre et son agression envers le peuple de Gaza ».

Le chef du Conseil national de sécurité, Tzachi Hanegbi, s’exprime sur la Douzième chaîne, le 24 février 2024. (Crédit : Capture d’écran, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Lors de cette rencontre avec les proches d’otages, Hanegbi a affirmé qu’Israël assurerait la mise en œuvre de la première phase de cet accord dans les prochains mois. « Cela ne prendra pas des mois et des années », aurait-il dit, selon la transcription à laquelle a eu accès la Douzième chaîne.

Toutefois, aurait-il ajouté, « je ne crois pas que ce gouvernement réussira à conclure l’accord dans son ensemble. Ce gouvernement ne prendra pas la décision de stopper la guerre en échange de la libération des otages ».

« Il nous faut continuer à nous battre pour qu’il n’y ait pas un autre 7 octobre en octobre 2027 », aurait dit Hanegbi.

« Si les otages ne sont pas libérés dans les semaines ou les mois à peine, nous n’avons pas d’autre plan », a-t-il admis. « Nous continuerons à nous battre à Gaza et dans le nord, puis nous réexaminerons la situation. »

L’un des participants aurait réagi en disant : « Eh bien, alors nous sommes perdus. » Ce à quoi Hanegbi aurait répondu : « En effet. »

Des soldats de Tsahal interviennent dans le centre de Gaza, sur une photo autorisée du 20 mai 2024. (Armée israélienne)

Une autre participante aurait évoqué de récentes informations faisant état de fonds publics alloués à la rénovation de la piscine de la résidence privée de Netanyahu, disant que de telles dépenses étaient inappropriées en temps de guerre.

Hanegbi aurait vivement réagi à cette remarque. « Il peut se faire construire 10 piscines avec son argent si ça lui chante. C’est odieux de dire une chose pareille », aurait-il rétorqué, ajoutant que ce n’était pas le bon endroit pour parler de cela et accusant la femme en question d’être pleine de haine.

Elle aurait alors répondu : « J’ai parfaitement le droit de ressentir de la douleur et de la haine parce que je suis restée dans la pièce sécurisée [de ma maison] pendant 15 heures [pendant l’attaque du Hamas]. J’ai réussi à échapper aux terroristes en marchant sur des cadavres. Pas vous. »

Ce à quoi Hanegbi aurait répondu : « D’accord, faites. Maudissez-moi. »

Selon la Douzième chaîne, la femme aurait alors quitté les lieux, en larmes. Une autre participante l’aurait suivie, ce que Hanegbi a commenté en disant : « Toi aussi, tu vas faire une scène et claquer la porte ? »

La Douzième chaîne a précisé avoir recoupé le contenu de la transcription avec des membres de cinq familles, ajoutant que Hanegbi n’avait pas nié les propos qui lui sont attribués.

Des proches d’Israéliens retenus en otage par des terroristes du Hamas à Gaza manifestent lors d’une session de la Knesset, le 27 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Hanegbi a déclaré à la Douzième chaîne avoir « rencontré les familles de tous les otages qui le souhaitaient depuis le début de la guerre. Sans enregistrer les conversations ni en diffuser le contenu. C’est ainsi que l’on maintient le dialogue entre l’échelon politique et les familles qui souffrent. »

« Je ne ferai pas différemment, même après la réunion d’aujourd’hui. Israël doit obtenir la libération de tous les otages et il y parviendra », a-t-il ajouté.

Gil Dickmann, dont la cousine Carmel Gat est retenu en otage par le Hamas à Gaza, a déclaré que le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, avait dit hier aux proches d’otages que le gouvernement ne conclurait d’accord que si cela leur profitait politiquement.

« Il a dit qu’il pourrait y avoir retour des otages si les sondages indiquaient que, politiquement, cela aurait un impact », a déclaré Dickmann à l’antenne de la radio militaire.

Démolition du tunnel de Jabaliya et rencontre Netanyahu-Gallant

Au moment où le gouvernement israélien est sous pression pour parvenir à un accord, le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a publié mardi une deuxième vidéo de propagande avec l’otage Alexander (Sasha) Trufanov, 30 ans, après une autre, en début de semaine.

Jeudi toujours, l’armée israélienne a revendiqué la démolition d’un réseau de tunnels du Hamas à Jabaliya, dans le nord de Gaza, duquel les corps de sept otages ont été extraits ce mois-ci.

Les corps de Ron Benjamin, Itzhak Gelerenter, Amit Buskila et Shani Louk ont en effet été retrouvés le 17 mai dernier, et ceux d’Orión Hernández Radoux, Hanan Yablonka et Michel Nisenbaum, le 23 mai. Selon l’armée israélienne, ils ont tous été assassinés par des terroristes du Hamas le 7 octobre, leurs corps ayant été enlevés et retenus depuis à Gaza.

Le tunnel a été démoli à l’aide de véhicules du génie, de mines et d’autres « technologies » par l’unité d’élite du génie de combat Yahalom après s’être assurée qu’il ne risquait pas d’y avoir d’otages dans le secteur, a précisé Tsahal.

Par ailleurs, Netanyahu s’est entretenu en personne avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, et ce pour la première fois depuis deux semaines, lorsque Gallant a publiquement demandé à Netanyahu de prendre les « décisions difficiles » sur la Gaza d’après-guerre, a indiqué Ynet.

Les deux hommes se sont rencontrés au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, avant la réunion du cabinet de guerre puis du cabinet de sécurité. Selon les médias israéliens, le cabinet de guerre devait parler de la gouvernance de Gaza dans la période d’après-guerre.

Sous couvert d’anonymat, des proches de Netanyahu ont déclaré au site d’information Walla que le Premier ministre devait prendre des sanctions envers Gallant suite à ses prises de position publiques, à savoir la demande d’exclure toute forme de contrôle civil ou militaire israélien sur la bande de Gaza et de faire en sorte que les Palestiniens sans liens avec le Hamas dirigent l’enclave une fois les combats terminés.

Peu de temps avant cette réunion, le parti Kakhol lavan du ministre Benny Gantz a soumis un projet de loi visant à dissoudre la Knesset, avant le départ annoncé de son parti de la coalition d’urgence qu’il avait rejointe au début de la guerre contre le Hamas.

Netanyahu, Gantz et Gallant sont les trois seuls membres votants du cabinet de guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.