Isabelle Kersimon en désaccord avec le Collectif contre l’islamophobe en France
Rechercher

Isabelle Kersimon en désaccord avec le Collectif contre l’islamophobe en France

Selon la journaliste, les chiffres relevés par le CCIF ne sont pas "fiables"

Logo CCIF (Crédit : Facebook/CCIF (Collectif Contre l'Islamophobie en France))
Logo CCIF (Crédit : Facebook/CCIF (Collectif Contre l'Islamophobie en France))

Isabelle Kersimon, journaliste et auteur de Islamophobie: la contre enquête, est revenue sur les déclarations du Collectif contre l’islamophobe en France (CCIF).

A la suite des chiffres délivrés par Bernard Cazeneuve rapportant que les actes anti-musulmans ont triplé en 2015 s’élevant au nombre de 400, le CCIF a déclaré que ce chiffre était en dessous de la réalité.

Pour Isabelle Kersimon le rôle du CCIF « est d’alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans,» a-t-elle expliqué au site du Figaro.

Après une enquête réalisée par la journaliste, cette dernière explique que les listes des actes antimusulmans établies par le CCIF ne seraient pas fiables. Les mêmes actes sont répertoriés plusieurs fois créant des doublons. De plus, la définition donnée aux actes antimusulmans est très large. Une question posée sur le voile à l’ANPE et le renvoi d’un prédicateur antisémite sont, par exemple, considérés comme des actes antimusulmans selon la liste établie par le CCIF.

Les relevés du CCIF qui étaient à l’époque disponibles sur leur site, ne le sont plus aujourd’hui. Selon Isabelle Kersimon, le site du CCIF consiste à « délivrer de fausses informations, amplifier des phénomènes, accumuler des faits invérifiables, » témoigne-t-elle au Figaro.

La journaliste a mené ses propres enquêtes concernant plusieurs actes dénoncés par le CCIF, qui se sont relevés être des impostures. Elle constate néanmoins que les actes antimusulmans ont augmenté notamment après les tueries de janvier 2015, ce qui fut moins le cas en novembre 2015.

Concernant les chiffres liés à l’antisémitisme, Bernard Cazeneuve a déclaré que « pour la totalité de l’année 2015, nous constatons une diminution de 5 % des actes antisémites, qui restent cependant à un niveau élevé, avec 806 actes constatés ».

Isabelle Kersimon tient à souligner que ces 806 actes à caractères antisémites concernent moins de 1 % du total de la population française et que parmi ces actes il y a eu quatre morts lors des attentats de l’Hyper Cacher.

Les lieux de culte et cimetières chrétiens sont également touchés par cette recrudescence de violence. 810 atteintes ont été relevés auprès des lieux de cultes chrétiens en 2015. Pour Isabelle Kersimon, les chrétiens ne doivent pas s’adonner à une concurrence victimaire.

En conclusion, la journaliste explique au Figaro que « La crispation autour du fait religieux est indéniable en France et le manque crucial d’éducation est, pour moi, sans aucun doute à l’origine de nombre d’actes de vandalisme, voire de profanations. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...