Rechercher

Israël et Bahreïn signent un accord de coopération en matière de fintech

Israel Advanced Technology Industries, une organisation faîtière des entreprises de haute technologie opérant en Israël, s'associe à Bahrain Fintech Bay

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

De gauche à droite : Karin Mayer Rubinstein, présidente et directrice générale de l'IATI, Khaled Yousif Al-Jalahma, ambassadeur du Bahreïn en Israël, et Bader Sater, directeur général de Bahrain Fintech Bay, signent un accord de coopération dans le domaine de la fintech à Tel Aviv, le 2 août 2022. (Crédit : Alon Gilboa)
De gauche à droite : Karin Mayer Rubinstein, présidente et directrice générale de l'IATI, Khaled Yousif Al-Jalahma, ambassadeur du Bahreïn en Israël, et Bader Sater, directeur général de Bahrain Fintech Bay, signent un accord de coopération dans le domaine de la fintech à Tel Aviv, le 2 août 2022. (Crédit : Alon Gilboa)

L’Israel Advanced Technology Industries (IATI), une organisation faîtière des entreprises de haute technologie opérant en Israël, s’associe à un pôle de technologie financière ou fintech à Bahreïn pour développer des initiatives communes et soutenir l’industrie fintech dans les deux pays ainsi qu’au niveau régional.

Selon le nouvel accord de coopération, annoncé mardi, l’IATI et le Bahrain FinTech Bay, basé à Manama, travailleront ensemble pour faciliter les introductions et les communications entre les start-ups, les entreprises et les sociétés de capital-risque qui cherchent à investir et à se développer dans les deux pays.

Israël et le Bahreïn ont normalisé leurs relations en 2020 dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis, qui ont également établi des relations diplomatiques entre l’État juif et les Émirats arabes unis. L’accord a ouvert la voie à la normalisation avec le Maroc quelques mois plus tard.

Le Bahreïn et Israël s’efforcent de renforcer leurs liens bilatéraux. En février, Israël a signé un accord de coopération technologique et scientifique avec l’État de Bahreïn, bien que les détails soient rares, qui a été suivi d’un accord de coopération en matière de santé, d’innovations médicales et de recherche médicale.

Les deux pays auraient entretenu des relations secrètes en matière de sécurité et de défense au fil des ans.

Le nouvel accord sur les technologies financières a été signé mardi à Tel Aviv par de hauts responsables de l’industrie des technologies financières du Bahreïn et des dirigeants de l’écosystème israélien des technologies financières. Ils ont été rejoints à l’événement par l’ambassadeur du Bahreïn en Israël Khaled Yousif al-Jalahma, l’ancien chef du Mossad Yossi Cohen, qui dirige maintenant les opérations de SoftBank en Israël, et la PDG et présidente de l’IATI Karin Mayer Rubinstein.

La PDG et présidente de l’IATI, Karin Mayer Rubinstein, à droite, l’ambassadeur de Bahreïn en Israël, Khaled Yousif Al-Jalahma, au centre, et Yossi Cohen, ancien chef du Mossad et actuel chef des opérations de SoftBank en Israël, à Tel Aviv, le 2 août 2022. (Crédit : Avec l’aimable autorisation)

Rubinstein a déclaré que l’accord marquait « une étape importante pour les entreprises de la fintech israéliennes » et une « merveilleuse opportunité pour l’industrie israélienne de développer de nouvelles connexions et collaborations qui n’étaient pas possibles jusqu’à présent ».

« Bahrain FinTech Bay fait partie des principales organisations de la fintech du Moyen-Orient et, ensemble, je pense que nous serons en mesure de créer des collaborations de qualité et révolutionnaires entre les pays », a-t-elle ajouté dans un communiqué de presse.

Bahrain FinTech Bay se présente comme le « plus grand centre fintech » du Moyen-Orient et sert d’incubateur, d’accélérateur, de laboratoire d’innovation et d’espace de travail pour les start-ups et les entreprises qui cherchent à intégrer des technologies telles que l’intelligence artificielle, le cloud computing et le big data dans le secteur des services financiers.

Ce pays du Golfe est un important centre financier, autrefois le plus important de la région avant d’être dépassé par les Émirats arabes unis. Il abrite quelque 400 institutions financières agréées et environ 120 start-ups du secteur de la fintech, selon un rapport sur 2022 de Bahrain FinTech Bay.

Bader Sater, PDG de Bahrain FinTech Bay, a déclaré que le pays « a pris d’énormes mesures pour adopter et promouvoir les technologies innovantes et nous sommes heureux de lancer ce partenariat pour permettre la poursuite du développement de l’industrie fintech dans l’État de Bahreïn et pour concevoir de nouvelles opportunités pour l’industrie fintech bahreïnie et nos partenaires de l’AITI. »

« Cette étape excitante vers une collaboration transfrontalière avec l’industrie fintech israélienne ouvrira la voie à de futurs partenariats et renforcera les écosystèmes des deux pays », a déclaré Sater.

Israël compte plus de 500 entreprises de fintech, selon la base de données Start-Up Nation Finder. Le secteur israélien de la fintech a connu un boom important en 2021, avec des investissements dans les start-ups et entreprises de fintech ayant atteint 4,5 milliards de dollars au cours de l’année, selon un rapport publié en mars par la société d’investissement israélienne, Viola Group.

Dans un contexte de ralentissement du marché en 2022, les entreprises fintech israéliennes ont levé environ 1,5 milliard de dollars au cours du premier semestre de cette année, selon le dernier rapport IVC Israeli Tech Review pour le premier semestre 2022 établi par le centre de recherche IVC et LeumiTech, une branche bancaire de Leumi spécialisée dans les services bancaires pour les sociétés high-tech.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...