L’ancien chef de l’ADL honorerait le fondateur de la Fox, « encore aujourd’hui »
Rechercher

L’ancien chef de l’ADL honorerait le fondateur de la Fox, « encore aujourd’hui »

L'actuel chef de l'Anti-Defamation League a critiqué la chaîne mais Abie Foxman a défendu Rupert Murdoch et affirmé que le média n'était pas antisémite

Abraham Foxman, directeur national de l'Anti-Defamation League (Crédit photo : David Karp/via JTA)
Abraham Foxman, directeur national de l'Anti-Defamation League (Crédit photo : David Karp/via JTA)

JTA — Quelques jours après que son successeur à l’Anti-Defamation League a déclaré qu’il ne rendrait pas hommage à Rupert Murdoch, Abraham Foxman a déclaré qu’il maintenait le prix qu’il avait décerné au propriétaire de Fox News il y a dix ans.

En 2010, sous la direction de Foxman, l’ADL a décerné à Murdoch son International Leadership Award en reconnaissance de son « soutien indéfectible à Israël et de son engagement à promouvoir le respect et à dénoncer l’antisémitisme ».

Au cours des années qui ont suivi, les détracteurs de Fox ont reproché à la chaîne, et notamment à son célèbre animateur de talk-show Tucker Carlson, de donner une tribune aux idées d’extrême droite.

La semaine dernière, l’actuel chef de l’ADL, Jonathan Greenblatt, a demandé à Fox de renvoyer Carlson parce que ce dernier avait approuvé la théorie suprématiste blanche selon laquelle il existait un effort coordonné pour « remplacer » la population des États-Unis par des immigrants du « tiers monde ». (Carlson a déclaré qu’il ne parlait pas d’une question de race.)

Greenblatt a déclaré qu’il ne rendrait pas hommage à Murdoch si le magnat australien des médias était en lice pour un prix aujourd’hui.

Foxman a eu un point de vue différent. « Je suis fier de lui avoir remis ce prix à l’époque et je le lui remettrais encore aujourd’hui », a-t-il déclaré mardi à la Jewish Telegraphic Agency.

Foxman a refusé de commenter les remarques de Carlson. Mais il a dit qu’il considérait que Fox, en tant que chaîne, n’était pas antisémite.

Rupert Murdoch, magnat des médias américains, fondateur de Fox NEWS, à New York, le 4 mai 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

« C’est beaucoup de choses, mais ce n’est pas un média antisémite et certainement pas un média anti-israélien », a-t-il déclaré.

« Le problème n’était pas de donner un prix à Fox. Ce n’était pas le problème. La question était de donner un prix à Rupert Murdoch », a-t-il ajouté.

Au cours de son mandat de près de trois décennies à la tête de l’ADL, dont il s’est retiré en 2015, Foxman a peut-être été l’arbitre public le plus éminent sur la question de l’antisémitisme. En tant que directeur de l’organisation, il considérait que la lutte contre l’antisémitisme à travers le spectre politique et le soutien à Israël faisaient partie intégrante de la même mission.

Sous la direction de Greenblatt, l’ADL a conservé cette double mission de lutte contre l’antisémitisme et de défense d’Israël. Si l’organisation a condamné l’antisémitisme à droite et à gauche, Greenblatt s’est montré particulièrement franc quant au danger que représentent les suprémacistes blancs aux États-Unis et a critiqué l’incapacité de l’ancien président américain Donald Trump à les condamner systématiquement.

Survivant de la Shoah, Foxman s’est prononcé publiquement contre Donald Trump, le candidat favori de la Fox, en vue de l’élection de 2020. Il a déclaré que le soutien de Murdoch au candidat républicain ne l’a pas non plus amené à repenser la décision d’honorer Murdoch.

« Il y a un certain nombre de personnes tout au long de mes années à la tête de l’ADL que j’ai eu l’occasion, la chance, le privilège d’honorer », a-t-il déclaré. « Certaines d’entre elles soutiennent Donald Trump. Je pense que Donald Trump était un danger pour les Juifs américains. Cela ne réduit pas à néant toutes ces personnes qui, même aujourd’hui, le soutiennent encore. »

Il a déclaré qu’indépendamment de ses désaccords politiques avec Fox, il appréciait toujours l’opposition personnelle de Murdoch à l’antisémitisme et son soutien à Israël.

« Il doit être reconnu pour ce qu’il est et était sur les questions relatives au peuple juif et à Israël », a déclaré Foxman. « Cela n’a pas changé. Je peux ne pas aimer ce qu’écrit son journal. Je peux ne pas aimer ce que sa chaîne de télévision projette. Mais il a quand même gagné ce que je crois qu’il a gagné il y a 10 ans. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...