Rechercher

Lapid affirme que l’UE et Israël partagent « les valeurs libérales et démocratiques »

Lors de la première rencontre du Conseil d'association Israël-UE depuis une décennie, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a souligné ses inquiétudes "franches"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Yair Lapid participe à une rencontre du Conseil d'association UE-Israël via visioconférence depuis Jérusalem, le 3 octobre 2022. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)
Le Premier ministre Yair Lapid participe à une rencontre du Conseil d'association UE-Israël via visioconférence depuis Jérusalem, le 3 octobre 2022. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Dans une déclaration faite au début d’une réunion du Conseil d’association Union européenne-Israël, lundi après-midi, le Premier ministre Yair Lapid a souligné « les valeurs libérales et démocratiques » partagées par les deux parties.

« Nous sommes tous unis dans notre désir d’empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire », a-t-il dit. Il a aussi évoqué le soutien partagé à l’intégrité territoriale de l’Ukraine ainsi que la nécessité de « défendre la liberté d’expression, la liberté de religion et la liberté de la presse dans le monde entier ».

Le projet de déclaration israélien sur la réunion, qui a circulé du côté de l’Union européenne, a souligné le statut d’Israël en tant qu’État juif et démocratique avec Jérusalem comme capitale indivisible et éternelle, selon le bureau de Lapid.

Dans ses propos, Lapid a invité l’UE à intégrer le forum du Neguev, le cadre de coopération régionale qui a été lancé, cet été, à Sde Boker.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, à droite, serre la main du ministre des Renseignements Elazar Stern avant une réunion du Conseil d’association UE-Israël au Conseil européen de Bruxelles, le 3 octobre 2022. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

S’exprimant par visioconférence, Lapid a souligné le soutien apporté par l’État juif à l’Autorité palestinienne et son soutien apporté à la solution à deux États. « Nous travaillons avec les Palestiniens et nous aidons leur économie à se développer », a-t-il expliqué, avant d’ajouter que « les Palestiniens doivent mettre un terme au terrorisme et aux incitations ».

« Israël veut une paix qui entraînera la sécurité, pas une paix qui déstabilisera le Moyen-Orient », a-t-il continué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...