Rechercher

‘L’arnaqueur de Tinder’ rompt le silence et affirme qu’il n’est pas un « monstre »

L’escroc israélien Shimon Hayut dit qu'il n'était "qu'un célibataire qui voulait rencontrer des filles sur Tinder" ; sa petite amie qualifie le documentaire de Netflix de "fake"

L'escroc israélien Shimon Hayut et le mannequin israélien Kate Konlin parlent avec Inside Edition, le 21 février 2022. (Capture d'écran/YouTube via Inside Edition)
L'escroc israélien Shimon Hayut et le mannequin israélien Kate Konlin parlent avec Inside Edition, le 21 février 2022. (Capture d'écran/YouTube via Inside Edition)

L’escroc israélien au centre du documentaire à succès de Netflix « L’arnaqueur de Tinder » s’est exprimé lundi pour la première fois sur son rôle présumé dans le documentaire, affirmant qu’il n’était « qu’un célibataire qui voulait rencontrer des filles sur Tinder ».

Le documentaire de près de deux heures réalisé par Felicity Morris raconte l’histoire de plusieurs femmes dont les cœurs et les portefeuilles ont été déchirés par Shimon Hayut. L’escroc se présentait comme Simon Leviev, le fils du magnat du diamant russe israélien Lev Leviev.

Alors qu’il avait refusé toute interview pour le documentaire, Hayut a brisé son silence dans une interview exclusive avec Inside Edition, après que ses actions ont fait les gros titres dans le monde entier.

« J’ai été surpris de voir combien de filles me voulaient et combien de filles ont proposé de voyager pour me rencontrer sans même me connaître », a-t-il déclaré. « Je ne suis pas ce monstre créé de toutes pièces par tout le monde », a-t-il ajouté.

« Je suis un homme d’affaires réglo », a-t-il ajouté, niant tout acte répréhensible et affirmant que les femmes interrogées dans le documentaire Netflix « n’ont pas été arnaquées et n’ont pas été menacées. » Il a nié s’être jamais présenté comme le fils du magnat israélien du diamant russe Lev Leviev.

Interrogé sur la façon dont il a pu financer son style de vie opulent, il a répondu qu’il avait acheté des bitcoins en 2011. « Inutile de préciser combien ça vaut maintenant. »

« Tinder Swindler », documentaire sur l’escroc israélien Shimon Hayut, se place en tête sur Netflix. (Avec l’aimable autorisation de Netflix)

 

Hayut a déclaré ne pas avoir de regrets.

 » Est-ce que je me sens mal pour quelque chose que je n’ai pas fait ? Non, je me sens mal pour ce qui m’est arrivé. Je veux laver mon nom, je veux dire au monde que ce n’est pas vrai », a-t-il déclaré.

Le mannequin israélien Kate Konlin, qui sort actuellement avec le tristement célèbre personnage, a pris la défense de Hayut.

Elle a déclaré à Inside Edition que Hayut ne lui a jamais emprunté d’argent et a qualifié le documentaire et les accusations qu’il contient de « fake ».

Hayut a déclaré que les gens ne devraient pas le juger si sévèrement.

« Je ne suis pas une fraude et je ne suis pas un fake. Les gens ne me connaissent pas donc ils ne peuvent pas me juger. Je suis le plus grand gentleman du monde », a-t-il soutenu.

Shimon Hayut avec l’une de ses victimes. (Capture d’écran)

Shimon Hayut a purgé deux ans et demi dans une prison finlandaise après avoir été reconnu coupable d’avoir escroqué trois femmes. Il a également été condamné à 15 mois dans une prison israélienne après avoir été reconnu coupable de quatre accusations de fraude, mais a été libéré au bout de cinq mois.

Après la sortie du documentaire le 2 février, les trois victimes présumées de Hayut qui ont partagé leur histoire dans le documentaire Netflix – Cecilie Fjellhøy, Pernilla Sjoholm et Ayleen Charlotte – ont lancé une campagne de financement participatif, dans l’espoir de récolter suffisamment d’argent pour effacer leurs dettes.

Parallèlement à cette campagne, le documentaire original a atterri en tête du classement hebdomadaire mondial des visionnages du géant du streaming, devenant ainsi le premier documentaire publié par Netflix à prendre la tête de ce prestigieux classement.

Tinder, la plateforme de rencontres qui a permis l’activité de Hayut, a banni l’escroc de l’application.

Tobias Siegal et Jessica Steinberg ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...