Le Hamas confirme avoir rejeté une offre israélienne d’échange de prisonniers
Rechercher

Le Hamas confirme avoir rejeté une offre israélienne d’échange de prisonniers

Le groupe terroriste demande la libération de tous ses membres libérés par l’accord Shalit puis ré-arrêtés en 2014 avant d’avancer et dément l’implication égyptienne

Des membres des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, exposent des roquettes Qassam "maison" pendant une parade militaire anti-Israël, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza,le 21 août 2016. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des membres des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, exposent des roquettes Qassam "maison" pendant une parade militaire anti-Israël, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza,le 21 août 2016. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Des responsables du Hamas ont confirmé mercredi que le groupe terroriste était en négociation pour un possible échange de prisonniers avec Israël, amis ont déclaré que l’accord avait été rejeté car il ne répondait pas à leurs demandes de base.

Ces derniers jours, les médias israéliens ont rapporté la tenue de négociations avec le Hamas pour assurer la libération de trois Israéliens qui sont entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef, Avraham Mengistu et Hisham al-Sayed, ainsi que Juma Ibrahim Abu Anima, dont la présence dans la bande de Gaza n’a pas été confirmée.

Le Hamas détient aussi les corps des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, qui ont été tués au combat pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza.

Un responsable du Hamas a déclaré au Times of Israël que le groupe terroriste voulait qu’Israël libère 60 de ses membres arrêtés après avoir été libérés dans un précédent échange.

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)
Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)

« Ce n’est qu’après ça que nous pourrons avancer sur les négociations entre les parties », a déclaré la source.

Une source israélienne a confirmé que des négociations étaient en cours mais a ajouté que « nous n’en sommes pas encore là ».

Un porte-parole de la branche militaire du Hamas a déclaré que la proposition israélienne ne répondait pas au « niveau minimal de nos demandes », a annoncé Al-Jazeera.

Il s’agit de la première confirmation donnée par un haut responsable de la branche militaire du Hamas qu’un tel accord a été proposé, mais les parties en sont toujours aux premiers stades des négociations, selon le représentant.

Le responsable de la branche militaire a souligné que le Hamas n’était intéressé par « un échange total », et pas par un échange « partiel », comme ceux qu’Israël a déjà proposés et dans lequel un prisonnier est échangé contre un autre.

Abu Ubaida, le porte-parole de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Abu Ubaida, le porte-parole de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Israël a proposé, par un intermédiaire, de libérer Bilal Razaineh, membre du Hamas, en échange de Mengistu ou de Sayed, ce qui a été décrit comme un geste « humanitaire », en raison de la santé mentale des prisonniers impliqués.

Le Hamas demande qu’Israël libère tous les Palestiniens libérés en 2011 dans le cadre de l’accord Shalit puis arrêtés en 2014 suite à l’enlèvement de trois adolescents israéliens en Cisjordanie avant de commencer à négocier un nouvel échange de prisonniers.

Cette information est la plus récente d’une série de nouvelles annonçant que des médiateurs, l’Egypte et/ou le Qatar, sont impliqués dans la négociation d’un échange de prisonniers entre le Hamas et Israël. Des responsables du Hamas ont déjà confirmé ou démenti ces informations périodiquement.

La source haut placée au sein du Hamas a déclaré au Times of Israël que l’Egypte n’était pas fortement impliquée dans ces discussions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...