Le millionième vacciné d’Israël, félicité par Netanyahu, est un ex-prisonnier
Rechercher

Le millionième vacciné d’Israël, félicité par Netanyahu, est un ex-prisonnier

Muhammad Abd al-Wahhab Jabarin a poignardé un homme à mort il y a environ 42 ans ; les responsables locaux disent que le bureau du Premier ministre ne savait probablement pas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) avec Muhammad Abd al-Wahhab Jabarin, le millionième Israélien à s'être fait vacciner contre la COVID-19, et le personnel médical à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) avec Muhammad Abd al-Wahhab Jabarin, le millionième Israélien à s'être fait vacciner contre la COVID-19, et le personnel médical à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Haim Zach/GPO)

L’homme présenté comme le millionième Israélien à être vacciné contre le coronavirus, qui a reçu son inoculation la semaine dernière avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à ses côtés, a été identifié dimanche comme un ancien prisonnier condamné pour homicide involontaire. Il l’a nié, mais a reconnu avoir passé de nombreuses années en prison, avant d’être libéré en 1992.

Muhammad Abd al-Wahhab Jabarin, 66 ans, qui a reçu son injection vendredi alors que Netanyahu se rendait dans un centre de vaccination de la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm, a été reconnu coupable d’homicide involontaire il y a près de quarante ans après avoir poignardé un homme à mort en 1978, a rapporté pour la première fois la chaîne publique Kan. Il aurait purgé une peine de 14 ans de prison.

Plus tard dimanche, Jabarin a reconnu la longue peine de prison, mais a nié l’allégation d’homicide involontaire, et une affirmation antérieure selon laquelle il avait purgé une peine pour meurtre. « C’est un mensonge que j’ai fait de la prison pour meurtre. J’ai été emprisonné pour vol, et pour [des charges liées aux] armes », a-t-il déclaré à Kan.

Se tenant à côté de Jabarin, Netanyahu a qualifié le franchissement de cette étape de « grand moment d’excitation ».

« Nous battons tous les records. Nous avons acheminé des millions de vaccins dans l’État d’Israël », a-t-il déclaré. « Nous sommes en avance sur le monde entier… avec nos excellentes organisations de santé. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein au dispensaire qui a vacciné le millionième Israélien contre la COVID-19, à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Les responsables locaux à Umm al-Fahm ont dit à Kan qu’ils étaient choqués de voir Jabarin apparaître aux côtés du Premier ministre et ont supposé que son équipe médiatique n’avait aucune idée du passé de Jabarin.

En réponse à cette nouvelle, le bureau du Premier ministre a déclaré au Times of Israel qu’il « n’avait pas d’autres détails » sur l’identité du millionième bénéficiaire du vaccin, qui aurait été choisi au hasard sur les lieux.

L’agence de sécurité du Shin Bet n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires sur les dispositions de sécurité du centre de vaccination.

S’adressant à Radio 103 FM après la publication de Kan, Jabarin a confirmé son passé criminel et a déclaré qu’il n’avait découvert l’honneur d’être le millionième Israélien à recevoir le vaccin qu’en arrivant pour le recevoir.

« Le directeur du dispensaire m’a dit que vous allez être la millionième personne vaccinée. Je pensais qu’il me disait que j’avais gagné un million ! Et puis il m’a dit que Netanyahu viendrait tout de suite. Soudain, le Premier ministre me salue, c’était excitant », a déclaré Jabarin.

Il s’est néanmoins dit « offensé » par la publication de sa condamnation passée.

« La vérité est que j’ai été offensé. Pourquoi m’avoir fait du mal à cause de Netanyahu ? Je suis une personne honnête. C’était il y a plus de 30 ans », a-t-il déclaré. « Je n’ai pas organisé la rencontre ! »

Il l’a dit à Kan dimanche : « J’ai payé ma dette envers la société, et j’ai mis tout ça derrière moi. J’ai des enfants et des petits-enfants… On m’a demandé de venir me faire vacciner, et je suis venu pour me faire vacciner. Je suis un homme âgé, et je ne suis pas bien. Si les gens veulent s’attaquer à Netanyahu, ils ne devraient pas le faire par mon intermédiaire ».

Plusieurs députés arabes ont fustigé Netanyahu pour sa visite à Umm al-Fahm, et le député Ahmad Tibi de l’alliance de la Liste arabe unie de partis à majorité arabe a affirmé que Netanyahu avait éjecté le personnel du dispensaire avant sa visite.

Tibi a posté sur Twitter la photo d’un groupe se tenant dans une rue, dont certains semblaient être des travailleurs médicaux, et a écrit : « Le personnel médical, principalement des infirmières, a été évacué du dispensaire d’Umm al-Fahm deux heures avant l’arrivée du Premier ministre Netanyahu et a attendu à l’extérieur.

Ce présumé faux pas est dû aux critiques adressées à Netanyahu pour ses apparitions la semaine dernière dans deux villes arabes israéliennes et ses efforts pour atteindre les électeurs arabes israéliens avant les élections de mars, prétendant travailler sur un plan de lutte contre les crimes violents dans les communautés arabes israéliennes.

« Je rencontrerai demain le ministre Ohana [de la Sécurité publique] pour mettre en place un plan contre le crime et la violence dans la société arabe », avait déclaré samedi M. Netanyahu, tout en exposant son plan pour atteindre les électeurs arabes israéliens.

Les Arabes israéliens se plaignent depuis très longtemps d’une marée de crimes violents dans leurs communautés. En 2020, 96 homicides ont été commis dans la population arabe, ce qui représente une hausse de 50 % du taux d’homicides parmi les Arabes israéliens en seulement quatre ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...