Le ministre des Affaires étrangères allemand va finalement rencontrer Netanyahu
Rechercher

Le ministre des Affaires étrangères allemand va finalement rencontrer Netanyahu

En avril dernier, le Premier ministre avait reproché à Sigmar Gabriel sa rencontre avec "Breaking the Silence" et annulé leur entretien

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Ces deux photos montrent Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, et Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien (GALI TIBBON, ABIR SULTAN / EPA POOL / AFP)
Ces deux photos montrent Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, et Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien (GALI TIBBON, ABIR SULTAN / EPA POOL / AFP)

Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, devrait se rendre en Israël ce mois-ci, après l’annulation de sa visite par le bureau du Premier ministre en avril dernier suite à sa rencontre avec l’organisation Breaking the Silence.

Cette fois-ci, Gabriel devrait rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait déclaré qu’il n’accueillerait aucun leader mondial qui rencontre également l’organisation.

Gabriel, un social-démocrate, devrait prendre la parole à la 11e conférence annuelle de l’Institut d’études sur la sécurité nationale, qui se tiendra du 29 au 31 janvier à Tel Aviv. Il devrait rencontrer Netanyahu le 31 janvier.

« La réunion est une initiative allemande. Les paramètres de la visite ont été convenus à l’avance entre les deux ministères des Affaires étrangères », a déclaré ce dimanche un diplomate israélien au Times of Israël.

Le voyage de Gabriel en Israël a d’abord été révélé par la Dixième chaîne. On ne sait pas encore s’il se rendra également à Ramallah afin de rencontrer des responsables de l’Autorité palestinienne.

Le 25 avril, Netanyahu s’est opposé à Berlin quand, au dernier moment, il a annulé une réunion prévue avec Gabriel, qui prévoyait également de rencontrer l’organisation « Breaking the Silence ».

Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, à droite, et l’ambassadeur d’Allemagne en Israël, Clemens von Goetze, déposent une couronne au Mémorial de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem, le 24 avril 2017 (AFP / GALI TIBBON)

Largement dénigré par les politiciens israéliens de droite et même du centre et de la gauche, « Breaking the Silence » publie des témoignages anonymes d’anciens combattants israéliens qui dénoncent de présumées violations des droits de l’homme dans les territoires palestiniens.

« La politique du Premier ministre Netanyahu consiste à ne pas rencontrer des visiteurs étrangers qui, lors de voyages diplomatiques en Israël, rencontrent également des groupes qui traitent de criminels de guerre les soldats des forces israéliennes », avait expliqué le bureau de Netanyahu.

« Les diplomates sont les bienvenus s’ils souhaitent rencontrer des représentants de la société civile, mais le Premier ministre Netanyahu ne rencontrera pas ceux qui prêtent une légitimité aux organisations qui réclament la criminalisation des soldats israéliens », avait-il ajouté.

La chancelière Angela Merkel avait alors déclaré que la décision de Netanyahu de boycotter son ministre des Affaires étrangères était « regrettable ». Les rencontres avec les organisations non gouvernementales sont fréquentes lors de voyages à l’étranger et ne devraient pas provoquer de désaccords entre alliés, avait ajouté son porte-parole.

Il y a quelques semaines, Gabriel a été critiqué par des groupes pro-israéliens pour avoir réitéré une déclaration faite des années plus tôt comparant l’Etat juif à un Etat d’apartheid.

Lors d’une réunion à la mi-décembre avec des représentants musulmans, Gabriel a mentionné qu’il s’était rendu à Hébron en 2012 et que ce qu’il avait vu là-bas « lui rappelait l’apartheid ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...