Le ministre juif australien répond fermement au grand mufti après sa réponse à Paris
Rechercher

Le ministre juif australien répond fermement au grand mufti après sa réponse à Paris

Josh Frydenberg dit à Ibrahim Abu Mohammed "qu’il a échoué dans son leadership" quand il a exprimé sa douleur, pas sa condamnation, après les attaques de Paris

Josh Frydenberg, député australien prête serment au nouveau gouvernement Turnbull à Canberra, en Australie, le 21 septembre, 2015. (Crédit : Stefan Postles / Getty Images / Pool via AP)
Josh Frydenberg, député australien prête serment au nouveau gouvernement Turnbull à Canberra, en Australie, le 21 septembre, 2015. (Crédit : Stefan Postles / Getty Images / Pool via AP)

SYDNEY- Le législateur juif australien Josh Frydenberg affirme que le grand mufti du pays a « échoué dans son leadership » en ne condamnant pas les attaques terroristes de Paris.

Ibrahim Abu Mohammed, le grand mufti, a initialement exprimé sa tristesse pour la mort d’au moins 130 personnes à la suite des attaques, mais n’a pas condamné spécifiquement les terroristes.

Les rapports des médias sur la déclaration initiale ont critiqué son incapacité à condamner les attaques.

Le mufti a publié plus tard une clarification, que Frydenberg, le ministre des Ressources, de l’Énergie et de l’Australie du Nord, a décrit dimanche comme un « camouflage ».

En parlant sur le plateau de Sky News des questions d’actualité, le législateur juif a aussi affirmé que la déclaration originale était « un échec » dans le leadership.

« Je pense que le grand mufti a abandonné son leadership avec sa déclaration, » a dit Frydenberg, du Parti libéral, sur le plateau.

« Il a cherché à le dissimuler par la suite, mais c’était un échec et il a une responsabilité, non seulement à la communauté musulmane, mais de la communauté en général, parce que toute notre sécurité est en danger. »

Frydenberg a reconnu qu’il y a une grande part de refus dans le débat public plus large de se confronter à l’existence d’un problème d’extrémisme dans l’islam.

« Je dirais que c’est un problème au sein de l’islam et le problème de l’islam consiste en ce que ceci est une minorité d’extrémistes et vous pourriez soutenir que c’est même une petite minorité d’extrémistes, mais c’est une minorité significative d’extrémistes et il constitue un défi à notre mode de vie en Australie, » a-t-il dit.

Frydenberg a noté que des gardes armés sont maintenant placés à son ancienne école juive de Melbourne dans sa propre circonscription.

« Est-ce que ceci est acceptable en Australie aujourd’hui ? » a-t-il demandé. « Ce n’est pas à moi (de répondre) »
Frydenberg a arrêté rapidement l’appel à la démission du grand mufti.

« Je pense qu’il doit montrer un plus grand leadership que ce qu’il a fait jusqu’à présent et quant à son avenir, c’est une question pour la communauté musulmane parce que je sais que la grande majorité de la communauté musulmane australienne comprend la signification de cette menace extrémiste et ils veulent aussi en voir la fin comme je le souhaite, » a-t-il dit.

Le législateur fédéral juif Michael Danby a dit à JTA, « Il y a les gens là-bas qui utilisent l’islam comme une justification politique pour de mauvaises actions. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...