Le nouveau président du Malawi veut ouvrir un bureau diplomatique à Jérusalem
Rechercher

Le nouveau président du Malawi veut ouvrir un bureau diplomatique à Jérusalem

Après la Serbie et le Kosovo, Lazarus Chakwera annonce des réformes qui pourraient inclure la première mission d'une nation africaine dans la capitale israélienne

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président nouvellement élu du Malawi, Lazarus Chakwera, salue ses partisans après avoir prêté serment à Lilongwe, au Malawi, le 28 juin 2020. Chakwera est le sixième président du Malawi après avoir remporté l'élection historique de la semaine dernière. C'est la première fois qu'un vote annulé par un tribunal en Afrique aboutit à la défaite d'un dirigeant sortant. (AP Photo/Thoko Chikondi)
Le président nouvellement élu du Malawi, Lazarus Chakwera, salue ses partisans après avoir prêté serment à Lilongwe, au Malawi, le 28 juin 2020. Chakwera est le sixième président du Malawi après avoir remporté l'élection historique de la semaine dernière. C'est la première fois qu'un vote annulé par un tribunal en Afrique aboutit à la défaite d'un dirigeant sortant. (AP Photo/Thoko Chikondi)

Le nouveau président du Malawi, Lazarus Chakwera, a annoncé samedi son intention d’ouvrir un bureau diplomatique à Jérusalem.

Sa promesse fait suite aux déclarations faites vendredi par les dirigeants respectifs de la Serbie et du Kosovo.

Chakwera, un évangélique qui a été investi comme président de la nation sud-africaine le 6 juillet, a annoncé une série de réformes qui incluraient la modernisation du ministère des Affaires étrangères du pays et de son réseau d’ambassades dans le monde.

« Les réformes comprendront également un réexamen de notre présence diplomatique, notamment notre volonté d’avoir de nouvelles missions diplomatiques à Lagos, au Nigeria, et à Jérusalem, en Israël. Je vous ferai part de plus de détails à ce sujet dans un avenir proche », a-t-il déclaré.

Chakwera, 65 ans, est titulaire d’un doctorat en théologie et soutient depuis longtemps l’État juif, qu’il a visité pour la dernière fois l’année dernière.

Jusqu’à présent, le Malawi – un pays majoritairement chrétien de 21 millions d’habitants – n’a pas d’ambassade en Israël. L’ambassadeur non-résident d’Israël au Malawi, Oded Joseph, est basé à Nairobi, au Kenya.

Si Chakwera tient sa promesse, le Malawi serait le premier pays africain à établir un bureau diplomatique à Jérusalem.

En février, le président ougandais Yoweri Museveni a déclaré au Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il étudierait la possibilité d’ouvrir une ambassade à Jérusalem. Apparaissant aux côtés de Museveni lors d’une conférence de presse à Entebbe, Netanyahu a suggéré qu’Israël ouvrirait une ambassade à Kampala si l’Ouganda devait ouvrir une ambassade à Jérusalem.

« Nous étudions cela », a répondu Museveni.

Netanyahu a dit qu’il espérait qu’ils puissent aller de l’avant avec les ambassades « dans un futur proche ».

Jusqu’à présent, seuls les États-Unis et le Guatemala disposent d’ambassades à part entière à Jérusalem. Un certain nombre de pays ont ouvert des missions commerciales, de défense ou culturelles dans la ville, notamment le Brésil, l’Australie, la Hongrie et le Honduras.

Vendredi, la Serbie et le Kosovo ont annoncé de manière inattendue leur intention d’établir également des ambassades dans la capitale, dans le cadre d’un accord bilatéral de normalisation économique négocié par l’administration américaine.

Le président américain Donald Trump observe le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti (à droite) et le président serbe Aleksandar Vucic (à gauche) signer un accord sur l’ouverture de relations économiques, dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 4 septembre 2020. (Photo de Brendan Smialowski / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...