Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Le passage d’Erez, fermé depuis 7 jours, pourrait ne rouvrir qu’après Yom Kippour

Le passage piétonnier de Gaza, fermé pour Rosh HaShana le week-end dernier, ne rouvre pas en réponse aux émeutes quasi-quotidiennes à la frontière israélienne

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le passage fermé d'Erez, également connu sous le nom de passage de Beit Hanoun, entre Israël et le nord de la bande de Gaza, le 18 août 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)
Le passage fermé d'Erez, également connu sous le nom de passage de Beit Hanoun, entre Israël et le nord de la bande de Gaza, le 18 août 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Le seul point de passage piétonnier entre Israël et la Bande de Gaza est resté fermé ces sept derniers jours en réponse aux émeutes qui ont lieu à la frontière. Il ne devrait rouvrir qu’après Yom Kippour, soit mardi matin au plus tôt.

Le passage d’Erez – ainsi que les checkpoints de Cisjordanie – a été fermé aux Palestiniens le vendredi 15 septembre au matin, à l’approche de la fête de Rosh HaShana, le Nouvel An juif.

Ces fermetures sont une pratique courante lors des fêtes, dans le cadre d’une mesure préventive, selon l’armée, contre les attaques à ces moments-là, qui sont considérés comme des périodes de tensions accrues.

Avant et pendant Roch HaShana, des centaines de Palestiniens se sont révoltés à la frontière de Gaza, activant des engins explosifs, mettant le feu à des pneus, tentant de franchir la barrière de sécurité et ouvrant le feu sur les troupes par endroits .

L’armée israélienne a déclaré que les troupes ont déployé des moyens de dispersion de la foule et utilisé des tirs réels dans certains cas contre les émeutiers.

En réponse aux émeutes, Tsahal a frappé vendredi, en guise d’avertissement, un poste d’observation appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas, qui dirige Gaza, à proximité de la frontière.

Les émeutiers palestiniens affrontant les soldats israéliens à la frontière avec Gaza, à l’Est de Khan Younes, dans le sud de la Bande de Gaza, le 19 septembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Après la poursuite des émeutes pendant Rosh HaShana, le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT), chargé de la liaison entre l’armée et les Palestiniens, a annoncé dimanche soir que le point de passage d’Erez ne rouvrirait pas le lendemain matin, comme prévu initialement. Les points de passage en Cisjordanie ont rouvert lundi matin.

Les émeutes à la frontière de Gaza ont repris les jours suivants malgré les sanctions israéliennes.

Le COGAT a annoncé jeudi matin que le point de passage resterait fermé, à la suite d’une évaluation de la situation par les responsables de la sécurité et des instructions du ministre de la Défense Yoav Gallant et du chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi.

Le point de passage restera probablement fermé jusqu’à mardi matin au plus tôt, après Yom Kippour, qui commence ce dimanche soir. Tous les autres points de passage, y compris l’aéroport Ben Gurion, seront fermés pendant Yom Kippour.

Le passage d’Erez est toujours fermé le samedi, avec un accès limité le vendredi. Les habitants de Gaza ne peuvent pas sortir par ce point de passage le vendredi, mais peuvent rentrer dans la Bande de Gaza dans la matinée.

Les autorités israéliennes affirment que le point de passage restera fermé tant que les émeutes se poursuivront.

La fermeture affecte 17 000 Gazaouis qui ont un permis d’entrer en Israël pour y travailler. L’économie de la Bande de Gaza pâtit de l’interdiction faite aux travailleurs d’entrer en Israël.

Les critiques déplorent l’impact des restrictions sur les habitants lambdas de Gaza, dont environ 50 % sont au chômage, selon le Bureau central palestinien des statistiques. Les taux élevés de pauvreté font de l’emploi en Israël une option très attrayante pour ceux qui ont un permis.

À Gaza, les travailleurs palestiniens peuvent s’attendre à un salaire journalier moyen d’environ 60 shekels. Les personnes autorisées à entrer en Israël pour travailler peuvent obtenir jusqu’à 400 shekels par jour, selon un article publié l’année dernière par Zman Yisrael, le site jumeau en hébreu du Times of Israel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.