Le Portugal accorde la citoyenneté à 10 000 descendants de Juifs séfarades
Rechercher

Le Portugal accorde la citoyenneté à 10 000 descendants de Juifs séfarades

Après une loi en 2015 qui a ouvert la voie à l'octroi de la citoyenneté, les Israéliens sont les deuxièmes plus grands demandeurs de passeports portugais

Photo au Musée juif de Porto de Juifs brûlés sur le bûcher au Portugal lors de l'Inquisition à Porto, Portugal, le 28 janvier 2016. (Rachel Delia Benaim/The Times of Israel)
Photo au Musée juif de Porto de Juifs brûlés sur le bûcher au Portugal lors de l'Inquisition à Porto, Portugal, le 28 janvier 2016. (Rachel Delia Benaim/The Times of Israel)

JTA — Le Portugal a approuvé un tiers des quelque 33 000 demandes de citoyenneté permises par la loi de 2015 pour les descendants de Juifs séfarades, d’après des chiffres officiels.

Les demandes entrant dans le cadre de cette législation émanent principalement d’Israël, de Turquie, du Brésil et du Venezuela. Elles sont à l’origine d’une hausse de 10 % des demandes en 2018 – année qui a enregistré un total de 41 324 requêtes, a rapporté le magazine portugais Publico le mois dernier. Il s’agissait du chiffre le plus élevé sur au moins ces cinq dernières années.

Le magazine n’a pas précisé combien de demandes avaient été déboutées.

Le Portugal n’enregistrait pas plus d’une dizaine de nouveaux citoyens venus d’Israël chaque année avant 2015. En 2018, 4 289 Israéliens ont demandé la citoyenneté — le deuxième pays après le Brésil. Les demandes israéliennes ont même dépassé celles venant d’anciennes colonies portugaises comme le Cap Vert (4 259) et l’Angola (1 953).

La synagogue Kadoorie Mekor Haim de Porto au Portugal, le 2 septembre 2016. (Crédit : AFP/Miguel Riopa)

Les citoyens de Turquie, qui ont fait peu de demandes de citoyenneté ces dernières années, en ont déposé 1 141 l’année dernière. Les Vénézueliens en ont soumis quant à eux 562.

Le Service de naturalisation a indiqué à Publico que cette hausse résultait principalement de la loi sur les descendants de Juifs séfarades adoptée en 2015.

Le pays l’a adoptée peu avant l’Espagne, dont la législation en la matière est plus restrictive et prendra fin en octobre 2019. Des milliers de descendants de Séfarades ont obtenu la citoyenneté espagnole. La loi portugaise n’est pas limitée dans le temps. Les deux pays ibériques ont expliqué que la loi visait à réparer la persécution des Juifs par l’Église catholique aux 15 et 16e siècles, également connue sous le nom d’Inquisition.

De nombreux Israéliens ont cherché à obtenir la citoyenneté portugaise, car elle permet de voyager librement dans les 26 pays européens de la zone Schengen.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...