Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Le président allemand souligne à Erdogan qu’Israël a le droit d’exister

Frank-Walter Steinmeier s'est entretenu à Berlin avec son homologue turc qui a récemment paru remettre en cause la légitimité de l'État hébreu

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président turc Recep Tayyip Erdogan donnant une conférence de presse conjointe avant leurs entretiens, à la Chancellerie, à Berlin, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tobias Schwarz/AFP)
Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président turc Recep Tayyip Erdogan donnant une conférence de presse conjointe avant leurs entretiens, à la Chancellerie, à Berlin, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tobias Schwarz/AFP)

Le chef de l’État allemand Frank-Walter Steinmeier a souligné vendredi « le droit à l’existence » d’Israël lors de son entretien à Berlin avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan qui a récemment paru remettre en cause la légitimité de l’État hébreu.

Étant donné les récentes déclarations en provenance de Turquie, le président « a clairement exposé la position allemande », a indiqué sa porte-parole sur son compte X.

Il « a souligné le droit à l’existence d’Israël ainsi que son droit à se défendre » après l’attaque meurtrière le 7 octobre du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a fait 1 200 morts, en grande majorité des civils, selon les autorités israéliennes.

Erdogan doit se rendre à présent à la chancellerie pour une rencontre avec Olaf Scholz, suivie d’un dîner à l’issue duquel il doit repartir directement vers la Turquie.

Il s’agit de sa première visite en Allemagne depuis 2020.

Dans un pays qui a élevé l’existence de l’État hébreu au rang de « raison d’État » compte tenu de sa responsabilité dans la Shoah, recevoir un dirigeant qui, il y a une semaine, a paru remettre en question la légitimité d’Israël relève de l’exercice d’équilibriste.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s’exprimant lors du 80e anniversaire du ghetto de Varsovie, en Pologne, le 19 avril 2023. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Erdogan s’était posé en médiateur dans les premiers jours du conflit déclenché par l’attaque meurtrière du Hamas en Israël. Mais il a ensuite pris fait et cause pour le groupe terroriste au fil des bombardements massifs lancés en riposte par l’armée israélienne contre la bande de Gaza, qui auraient tué plus de 11 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui sont retombées à l’intérieur de la bande de Gaza.

« Les attaques d’Israël doivent cesser » a-t-il affirmé à Berlin lors de son échange avec Steinmeier, appelant à un « cessez-le-feu » immédiat, selon la présidence turque.

« État terroriste » 

Deux jours avant sa venue à Berlin, il a qualifié Israël « d’État terroriste », devant les députés turcs. Auparavant, il avait jugé que la légitimité de l’État d’Israël était « remise en question en raison de son propre fascisme », des propos qui ont choqué en Allemagne. Olaf Scholz les a qualifiés « d’absurdes ».

Des voix, notamment d’associations juives ou de l’opposition, se sont élevées pour exiger le report ou l’annulation de sa venue, prévue depuis plusieurs mois. Le chancelier l’avait invité après sa réélection en mai. Malgré les pressions, le gouvernement n’a jamais envisagé d’annuler.

La diplomatie exige d’avoir parfois à discuter avec des « partenaires difficiles » avec lesquels « nous devons nous expliquer », a justifié le porte-parole du chancelier Steffen Hebestreit. L’exercice s’annonce particulièrement délicat pour le chancelier, fervent défenseur d’Israël, et soucieux d’éviter de donner au président turc une tribune.

L’Allemagne, où vit en outre une diaspora turque de près de 3 millions de personnes, offre « une scène idéale » susceptible d’être utilisée par Erdogan pour attaquer de nouveau l’État hébreu et « souligner ses ambitions de leadership dans le monde arabe », estime notamment le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Des manifestants lors du rassemblement « Free Palestine », à Istanbul, le 15 octobre 2023. (Crédit : Yasin Akgul/AFP)

Interlocuteur incontournable 

Si Erdogan a conservé sa ligne très autoritaire adoptée depuis la tentative de putsch contre son gouvernement en 2016, son influence accrue au niveau géopolitique en fait néanmoins un interlocuteur incontournable pour Berlin.

Dans la guerre en Ukraine, lancée le 24 février 2022 par la Russie, il fut notamment un artisan de l’accord garantissant l’exportation de céréales ukrainiennes via la mer Noire, avant que Moscou ne le dénonce cet été.

Les puissances occidentales lui prêtent un rôle à jouer pour éviter un embrasement du conflit au Proche-Orient et la libération des otages israéliens retenus par le Hamas dans la bande de Gaza, ce qui, selon la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock, rend le dialogue encore « plus important et plus urgent ».

L’Allemagne, comme l’UE dans son ensemble, a aussi besoin de lui pour renouveler le pacte signé en 2016 afin de contenir l’arrivée des migrants, alors que l’Europe connaît une nouvelle vague d’arrivées en provenance d’Afghanistan ou de Syrie. Celle-ci nourrit – notamment en Allemagne – une envolée de l’extrême-droite dans les sondages d’opinion.

Le président turc pourrait de son côté évoquer lors des entretiens l’achat envisagé de 40 avions de combat Eurofighter Typhoon. La Grande-Bretagne et l’Espagne y sont favorables et essaient de « convaincre » l’Allemagne, impliquée dans sa production et dont l’accord est indispensable, a dit jeudi le ministre de la Défense turc.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.