Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

L’entreprise israélienne XJet cherche à lever 10 M de dollars par son IPO au Nasdaq

2 millions d'actions devraient être mises en vente par le développeur de la technologie à jet d'encre pour l'impression 3D de petites pièces en métal et en céramique

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La société israélienne XJet développe une technologie d'impression 3D pour les pièces en métal et en céramique. (Crédit : Autorisation)
La société israélienne XJet développe une technologie d'impression 3D pour les pièces en métal et en céramique. (Crédit : Autorisation)

La société israélienne XJet, qui développe une technologie à jet d’encre pour l’impression 3D de petites pièces en métal et en céramique, cherche à lever environ 10 millions de dollars grâce à une offre publique initiale (IPO) d’actions sur le Nasdaq.

Installée à Rehovot, XJet prévoit d’offrir 2 millions d’actions à un prix compris entre 4 et 6 dollars par action, indique un document préliminaire déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis le 25 mai. Les actions devraient être négociées sur le Nasdaq Global Market sous le symbole XJET dans les semaines à venir, après la conclusion de la tournée de présentation et du processus d’introduction en bourse.

« Malgré les conditions du marché, nous pensons que l’introduction en bourse est la meilleure plateforme pour nous permettre d’accéder à des capitaux et de développer l’entreprise au fur et à mesure que nos produits sont prêts », a déclaré Yair Alcobi, PDG de XJet, au Times of Israel.

La technologie de XJet vise à permettre aux fabricants d’imprimer de petites pièces en céramique ou en métal avec la même facilité et la même polyvalence que l’impression d’un document sur une imprimante à jet d’encre, mais à grande échelle. La startup a développé une encre liquide à base de nanoparticules de matières premières pour créer des pièces personnalisées à l’aide de sa technologie d’impression 3D.

Sa technologie brevetée repose sur un procédé dit de jet de nanoparticules (NPJ) qui utilise la technologie d’impression à jet d’encre pour créer des couches extrêmement fines de céramique ou de matériau métallique. L’encre NPJ est stockée et livrée dans des cartouches scellées et insérée dans ses imprimantes selon un processus automatisé.

XJet affirme que sa technologie rend possible la production de « pièces géométriques complexes et de haute qualité en métal et en céramique qui sont autrement difficiles ou impossibles à produire ».

XJet développe une technologie à jet d’encre pour l’impression 3D de petites pièces métalliques. (Crédit : Autorisation)

« La plupart des technologies actuelles nécessitent une intervention humaine », a déclaré M. Alcobi. « La technologie de XJet permet d’imprimer en 3D ou de fabriquer de manière additive, en appuyant sur un bouton, des modèles totalement nouveaux qu’il serait difficile de créer avec les méthodes de fabrication traditionnelles. »

Fondée en 2005 par Hanan Gothait, un vétéran de l’industrie, XJet a levé environ 100 millions de dollars à ce jour et emploie une centaine de personnes qui étaient auparavant impliquées dans le développement du PolyJet d’Objet, de l’ElectroInk d’Indigo et de la technologie à jet d’encre grand format de HP Scitex. Ses principaux actionnaires sont Lucion, Alumot, ARCHina et IBI Trust Management

Au cours de l’année se terminant le 31 décembre, XJet a déclaré un chiffre d’affaires de 6 millions de dollars, en hausse par rapport aux 3,4 millions de dollars de revenus générés en 2021, comme l’indique le dossier déposé.

Alcobi a déclaré que XJet utilisera le produit net de l’introduction en bourse pour « la mise à l’échelle, les ventes et le marketing, ainsi que pour la recherche et le développement dans le domaine de la fabrication ».

Le marché mondial de la fabrication additive, ou impression 3D, était estimé à 13,8 milliards de dollars en 2021 et devrait atteindre environ 76 milliards de dollars d’ici 2030, selon une étude de marché réalisée en 2022 par Grand View Research.

La semaine dernière, la société israélienne d’impression 3D Stratasys a annoncé qu’elle allait fusionner avec Desktop Metal, une société américaine, dans un accord portant sur l’ensemble des actions, pour créer une société fusionnée d’imprimantes 3D d’une valeur d’environ 1,8 milliard de dollars. Cette nouvelle société devrait générer un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de dollars en 2025.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.