Les cas de virus chutent à moins de 30 000, nouvelles infections en forte baisse
Rechercher

Les cas de virus chutent à moins de 30 000, nouvelles infections en forte baisse

Seulement 892 nouveaux cas confirmés dimanche avec un taux de positivité de 3,5 %, la morbidité étant à son plus bas niveau depuis fin juin

Des Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 18 octobre 2020. (Miriam Alster/FLASH90)
Des Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 18 octobre 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Le nombre de cas de coronavirus actifs est passé sous la barre des 30 000 lundi matin pour la première fois depuis le 8 septembre, selon les chiffres publiés lundi matin par le ministère de la Santé, les niveaux d’infection par le virus restant faibles alors qu’Israël sort d’un mois de bouclage national.

Le ministère a confirmé 892 nouveaux cas dimanche sur les 25 623 tests effectués, soit un taux de tests positifs de 3,5 %, ce qui indique que la morbidité liée à la COVID-19 dans le pays est la plus faible depuis la fin juin.

Les chiffres ont été publiés alors qu’Israël a commencé dimanche à assouplir un bouclage d’un mois qui est parvenu à réduire les taux d’infection, mais qui a fermé une grande partie de l’économie et paralysé de nombreux aspects de la vie d’une grande partie de la population.

Le taux de positivité a atteint 15 % à la fin du mois de septembre et n’a cessé de baisser depuis. Le 7 octobre, il est passé pour la première fois sous la barre des 10 %, mais ce n’est que samedi qu’il est descendu sous les 4,5 %.

Samedi, seuls 398 cas ont été diagnostiqués sur 14 215 tests, avec un taux de positivité de 2,8 %. Il s’agit des chiffres les plus bas depuis le 26 juin.

Les niveaux de test sont traditionnellement plus faibles le week-end, bien que ces derniers mois, les niveaux de test plus faibles aient généralement coïncidé avec des taux de positivité plus élevés, et non plus faibles.

Le nombre total de cas depuis le début de la pandémie a atteint 303 846. Le nombre de décès s’est élevé à 2 209.

Selon les données, il y avait 29 617 cas actifs en date de lundi matin. Ce chiffre avait atteint un sommet de 72 164 le 2 octobre dernier, avant de commencer à chuter de façon spectaculaire. Cependant, la définition de ceux qui se sont rétablis et de ceux qui sont encore porteurs du virus a fréquemment changé, et le nombre pourrait encore augmenter lorsque de nouveaux décomptes seront publiés plus tard dans la matinée de lundi.

Le nombre de cas graves, qui était de plus de 800 il y a une semaine, est tombé à 619, dont 212 sous respirateur. Dix-sept autres étaient dans un état modéré et les autres présentaient des symptômes légers, voire aucun.

Un employé de l’hôpital du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem fait un prélèvement pour dépister le coronavirus, le 12 octobre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Un rapport d’un groupe de travail de l’armée sur le coronavirus, publié lundi matin, indique que, bien que l’épidémie ait été contenue, les taux d’infection sont encore élevés en chiffres absolus.

Le rapport indique que des centaines de décès supplémentaires ont été identifiés depuis le mois d’août par rapport aux mêmes mois des années précédentes, mais ne fournit pas de données pour détailler cette affirmation.

Les responsables ont averti que les taux d’infection allaient probablement remonter à mesure qu’Israël sortirait du blocus, qui a vu le pays passer de plus de 9 000 nouveaux cas par jour à moins de 1 000 en seulement trois semaines.

Les écoles maternelles et les garderies ont été rouvertes dimanche, le ministère de la Santé ayant, semble-t-il, finalisé ses exigences pour le redémarrage du reste du système scolaire.

Ce plan est né de la crainte que la réouverture du système éducatif ne vienne annuler tous les progrès réalisés lors du second bouclage. Cette situation a été exacerbée par la réouverture illégale d’écoles ultra-orthodoxes dans les villes « rouges » très contaminées, au mépris des restrictions gouvernementales.

Les Israéliens peuvent à nouveau se déplacer à plus d’un kilomètre de chez eux et se rendre chez les autres, à condition de respecter les limites imposées aux rassemblements (10 à l’intérieur, 20 à l’extérieur). Les restaurants sont autorisés à proposer des plats à emporter ; les entreprises qui ne reçoivent pas de clients peuvent ouvrir ; les gens peuvent fréquenter les plages et les parcs nationaux ; et l’esplanade du mur Occidental et le complexe du mont du Temple sont ouverts au culte sous certaines restrictions.

Des hommes ultra-orthodoxes marchent dans le quartier de Sanhedria à Jérusalem, le 18 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’assouplissement de certaines des règles, en vigueur depuis le 18 septembre dans le cadre d’un deuxième bouclage en six mois contre la pandémie, avait été approuvé jeudi par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à condition que les nouveaux cas ne dépassent pas une moyenne de 2 000 par jour pendant une semaine, avec un taux de positivité ne dépassant pas 8 % et un niveau de reproduction de base (Ro) pouvant aller jusqu’à 0,8.

Cette fois, la levée des restrictions devrait se faire en plusieurs étapes jusqu’en février 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...