Les ministres soutiennent la reprise du transport aérien d’ici le 16 août
Rechercher

Les ministres soutiennent la reprise du transport aérien d’ici le 16 août

Le cabinet du coronavirus, avec à sa tête son nouveau chef Ronni Gamzu, décide d'autoriser les commerces à ouvrir le vendredi et le samedi, évitant le confinement – pour l'instant

Des gens portent des masques de protection en faisant leurs achats au marché Carmel de Tel Aviv, le 8 mai 2020. (Miriam Alster/FLASH90)
Des gens portent des masques de protection en faisant leurs achats au marché Carmel de Tel Aviv, le 8 mai 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Le gouvernement a décidé, mercredi, d’annuler les fermetures imposées aux magasins, centres commerciaux et marchés qui avaient été décidées pour tenter d’entraver la propagation du coronavirus, estimant que cette directive n’avait pas aidé à abaisser le taux d’infection au COVID-19 dans le pays.

Le cabinet dit « du coronavirus » a fait part de cette décision, ajoutant qu’elle entrera en vigueur ce week-end. La réunion, qui a duré plusieurs heures, a également permis aux ministres de convenir de la nécessité d’œuvrer en faveur d’une reprise du trafic aérien d’ici dix jours, et de lever les restrictions sur les activités de loisir dans les parcs publics.

Mais le responsable chargé de la gestion de la réponse à apporter au virus a averti que le pays pouvait encore connaître un confinement national d’ici deux semaines si le taux d’infection – qui s’élève actuellement à environ 2 000 par jour – ne baissait pas.

« Aucun pays dans le monde présentant un taux élevé comme celui d’Israël ne peut prendre en charge une telle crise sans confinement. Le gouvernement israélien est attentif à la situation socioéconomique délicate et aux difficultés rencontrées par le public et il m’a accordé sa confiance pour trouver des moyens qui ne comprendraient pas un confinement tout entier », a déclaré Ronni Gamzu, responsable de la crise du coronavirus, selon un communiqué émis par le bureau du Premier ministre.

Une hôtesse de l’air d’Israir Airlines portant un équipement de protection intégrale (EPI) se prépare pour le décollage de l’aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv vers la ville de villégiature d’Eilat, au sud, pendant la pandémie de la COVID-19, le 16 juin 2020. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

« C’est probablement pour nous la dernière opportunité de faire preuve de modération. Si le taux de morbidité ne baisse pas d’ici deux semaines, nous serons alors dans l’obligation de réfléchir à des restrictions telles que des confinements locaux ou nationaux », a-t-il poursuivi.

De plus, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que le gouvernement allait commencer à appliquer le système de code couleur mis en place dans le cadre de la lutte contre le coronavirus vers le 1er septembre. Cette politique permettra aux villes et aux villages de prendre des mesures en fonction de leurs taux locaux d’infection.

Gamzu a également défini le 1er septembre comme date-cible pour acter une diminution « significative » du nombre de cas quotidiens, a noté le communiqué.

Le communiqué a précisé que Netanyahu soutenait les plans préparés par Gamzu et qu’ils avaient également remporté à l’unanimité l’adhésion des membres du cabinet du coronavirus. Avant la réunion, Gamzu avait indiqué être favorable à l’allègement des restrictions tandis que Netanyahu s’était dit enclin à adopter une approche plus dure pour limiter la propagation du virus.

Ronni Gamzu participe à une réunion de la Commission des Finances de la Knesset alors qu’il est le directeur général du ministère de la Santé, le 7 janvier 2014. (Flash90)

L’instance gouvernementale va également mettre en place un schéma de reprise des transports aériens dans les deux prochaines semaines avec pour objectif d’autoriser à nouveau les vols en date du 16 août. Une annonce qui signale que les exigences, à la frontière, pour les non-Israéliens – interdits dans le pays depuis des mois – seront revues à la baisse.

Ce plan sera ourdi par la ministre des Transports Miri Regev, le ministre de la Santé Yuli Edelstein et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi.

Les vols vers et depuis Israël avaient fortement diminué depuis le début de l’épidémie, au début de l’année. La série la plus récente de restrictions imposées aux commerces a été mise en place il y a trois semaines.

Le cabinet du coronavirus a également décidé de renforcer l’implication gouvernementale dans la lutte contre le virus dans les zones « rouges » qui présentent de forts taux d’infection au COVID-19.

Suite aux pressions exercées par la ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper, les ministres ont également convenu de permettre aux événements culturels en plein air de se tenir dans les villes présentant de bas taux d’infection – catégorisées comme les zones « vertes ».

Les restrictions sur les terrains de jeu seront aussi levées.

Les nouvelles mesures seront approuvées jeudi par la Knesset, a indiqué le bureau du Premier ministre.

Mercredi matin, des informations avaient laissé entendre que Netanyahu était entré en contact avec des conseillers de Gamzu pour persuader ce dernier d’adopter l’approche favorisée par le Premier ministre, qui prône les confinements et d’autres mesures d’ampleur dans le combat contre le coronavirus.

Selon un reportage de la Douzième chaîne qui n’a pas cité ses sources, Netanyahu se serait inquiété de ce que le positionnement adopté par Gamzu face à la pandémie n’entraîne l’apathie des Israéliens, et il aurait donc cherché à le convaincre de soutenir des limitations plus strictes.

Depuis qu’il a pris ses fonctions, Gamzu a promis de mettre un terme aux restrictions « illogiques » et a exprimé son opposition aux mesures de confinement, mettant en garde contre leurs coûts sanitaires, économiques et sociaux.

« Un confinement total, de mon point de vue, n’est pas une option. Nous devons passer à des restrictions ciblées dans les lieux les plus touchés seulement et lever les limitations là où c’est possible », aurait déclaré Gamzu aux ministres avant la réunion, selon les médias. « Un confinement général est le dernier recours. Les malades ne se trouvent pas actuellement dans une situation où ils manquent de soins. Un confinement va entraîner des difficultés économiques et sociales énormes », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein rend visite à des patients dans une unité de coronavirus au centre médical Yitzhak Shamir à Tzrifin, le 23 juillet 2020. (Crédit : ministère de la Santé)

La Douzième chaîne a également indiqué mercredi que Netanyahu était entré en contact avec l’ancien ministre des Finances, Moshe Kahlon, pour lui offrir le poste de superviseur des aspects économiques de la réponse israélienne au coronavirus. Kahlon travaillerait aux côtés de Gamzu, a ajouté la chaîne.

Citant une source qui a voulu conserver l’anonymat et informée de l’offre faite par Netanyahu à Kahlon, le reportage a précisé que cette offre était, dans les faits, une marque de défiance effective de la part du Premier ministre à l’égard du ministre des Finances Israel Katz, et qu’elle pouvait être une tentative de calmer la colère exprimée par le public face à la prise en charge par le gouvernement de la crise économique entraînée par la pandémie.

Kahlon et le bureau du Premier ministre ont démenti cette information, a fait savoir la Douzième chaîne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre des Finances Moshe Kahlon, à Jérusalem, le 11 mars 2019. (Aharon Krohn/Flash90)

Gamzu, ancien directeur-général du ministère de la Santé, cherche à mettre en place des limitations qui se distinguent de ce qu’il qualifie lui-même de « restrictions déraisonnables », qui ont entraîné la colère des entrepreneurs et commerçants. Actuellement, il n’y a que peu de directives sur les commerces qui continuent à s’appliquer pendant la semaine. Seules les salles de spectacle et les importants centres culturels sont fermés. Les députés appartenant à la commission du coronavirus à la Knesset, qui ont d’ores et déjà renversé plusieurs régulations décidées par le cabinet, ont juré de faire rouvrir également ces endroits.

Des habitants de Jérusalem portent des masques pour se protéger du coronavirus, le 2 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mardi, le directeur-général du ministère de la Santé, Chzey Levy, avait déclaré que les ministres pouvaient encore débattre d’un confinement partiel ou complet.

« Le confinement est un outil susceptible de réduire la morbidité ; d’un autre côté, le prix que nous aurons à payer pour un confinement complet nous apparaît clairement à chacun d’entre nous », avait-il dit au micro de la radio militaire.

Les chiffres transmis jeudi par le ministère de la Santé font état de 1 751 nouveaux cas de coronavirus en l’espace de 24 heures.

Il y a eu également quatre décès supplémentaire des suites du COVID-19. En Israël, 569 personnes sont mortes de la maladie.

345 personnes se trouvent dans un état grave et 100 sont placées sous respirateur. 145 personnes sont dans un état modéré et les autres présentent des symptômes légers ou une forme asymptomatique du virus.

Le ministère de la Santé a noté que 25 457 tests de dépistage avaient été effectués mardi. 6,9% d’entre eux ont eu des résultats positifs.

L’Etat juif a lutté, ces derniers mois, pour contenir l’épidémie, avec la confirmation de près de 2 000 nouvelles infections par jour.

Mardi, le ministère de la Santé a annoncé que 15 personnes étaient mortes du coronavirus dans la journée de lundi – le plus lourd bilan enregistré en vingt-quatre heures dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...