Les Russes arrivent… dans les sondages. Les politiciens se réveillent enfin
Rechercher

Les Russes arrivent… dans les sondages. Les politiciens se réveillent enfin

Les statistiques montrent que cette population forte mais négligée a une influence dans les urnes, mais si les partis veulent son vote, ils vont devoir faire des efforts

  • Des anciens combattants israéliens de la Seconde Guerre mondiale des armées alliées d'origine russe participent à un défilé marquant le 71e anniversaire de la victoire alliée sur l'Allemagne nazie, à Jérusalem, le 8 mai 2016. (AFP PHOTO / GALI TIBBON)
    Des anciens combattants israéliens de la Seconde Guerre mondiale des armées alliées d'origine russe participent à un défilé marquant le 71e anniversaire de la victoire alliée sur l'Allemagne nazie, à Jérusalem, le 8 mai 2016. (AFP PHOTO / GALI TIBBON)
  • Le ministre israélien des Affaires étrangères et chef du parti nationaliste israélien Yisrael Beitenu, Avigdor Lieberman, sur un podium avec le slogan du parti, "Notre parole est notre parole", le mardi 3 avril 2012. (Kobi Gideon / FLASH90)
    Le ministre israélien des Affaires étrangères et chef du parti nationaliste israélien Yisrael Beitenu, Avigdor Lieberman, sur un podium avec le slogan du parti, "Notre parole est notre parole", le mardi 3 avril 2012. (Kobi Gideon / FLASH90)
  • Une famille russo-israélienne célèbre le Novi God, le Nouvel An russe, à Jérusalem, le 1er janvier 2016. (Hadas Parush/Flash90)
    Une famille russo-israélienne célèbre le Novi God, le Nouvel An russe, à Jérusalem, le 1er janvier 2016. (Hadas Parush/Flash90)
  • Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, du Likud, s'adresse aux électeurs de la communauté russophone lors de la conférence du parti à Tel Aviv, le 9 février 2015. (Gili Yaari/Flash90)
    Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, du Likud, s'adresse aux électeurs de la communauté russophone lors de la conférence du parti à Tel Aviv, le 9 février 2015. (Gili Yaari/Flash90)

Ce n’est pas pour rien que les immigrants de l’ex-Union soviétique sont parmi les électeurs les plus recherchés de la campagne électorale actuelle en Israël. Selon le Bureau central des statistiques, ce secteur représente 12 % – soit quelque 770 000 personnes – des 6,3 millions d’électeurs éligibles en Israël. Soit l’équivalent de 15 ou 16 sièges à la Knesset.

Des données exclusives obtenues par Zman Yisrael, le site jumeau en hébreu du Times of Israel, révèlent les tendances du vote parmi le public immigrant depuis les élections du 9 avril.

Une série d’études menées par le professeur Zeev Hanin a révélé qu’aux dernières élections, 40,2 % des voix exprimées par les immigrés de l’ex-Union soviétique – près de six sièges – ont été attribuées au parti d’Avigdor Liberman, Yisrael Beytenu. En d’autres termes, les données suggèrent que les cinq mandats que M. Liberman a finalement remportés provenaient de la population immigrante et qu’il n’a reçu aucun soutien électoral de la part d’Israéliens nés en Israël.

Hanin a en outre constaté que le Likud a remporté 26,7 % des voix des immigrés, soit environ quatre sièges à la Knesset ; le parti Kakhol lavan 15,1 %, soit 2,5 de ses 35 sièges ; et le parti Koulanou 5,8 % des voix du secteur, moins d’un mandat sur les quatre remportés par lui.

Le reste des votes a été réparti entre le Parti travailliste (2,3 %), HaYamin HaHadash (3,2 %), le parti ultra-orthodoxe séfarade Shas (1,5 %) – ce qui peut être attribué au soutien qu’il a reçu des immigrants du Caucase et d’Asie centrale – et le parti Zehut qui, avec 4 %, reçoit plus de soutien du secteur immigrant que du grand public mais ne dépasse toujours pas la barre électorale. (Le seuil électoral d’Israël est de 3,25 %, ce qui correspond à environ quatre sièges.)

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, du Likud, s’adresse aux électeurs de la communauté russophone lors de la conférence du parti à Tel Aviv, le 9 février 2015. (Gili Yaari/Flash90)

Hanin, professeur au Département d’études politiques de l’Université Bar Ilan et chargé de cours au Département d’Israël au Moyen Orient et de sciences politiques à l’Université d’Ariel en Judée et Samarie, et ancien analyste politique des médias israélo-russes, se consacre depuis dix ans à la recherche universitaire sur le comportement politique des immigrants.

Les sondages qu’il a menés étaient fondés sur de vastes échantillons de 1 000 participants qui ont été interrogés en personne. Ses données ont montré que, si l’on compare les habitudes de vote du secteur russe entre les élections de 2015 et 2019, il y a eu peu de changement.

La répartition des votes des immigrés entre Yisrael Beytenu et le Likud lors des élections de 2015 était similaire – 42 % ont voté pour Yisrael Beytenu et 29 % pour le Likud. Les études ont révélé que le parti qui a perdu une grande partie du vote russe ces dernières années est le Parti travailliste : aux élections de 2015, il a remporté 6,3 % des voix des immigrés – environ un siège à la Knesset – mais n’a réussi à obtenir que 2,3 % des voix aux élections d’avril.

Les recherches de Hanin révèlent également que si le secteur russe a traditionnellement tendance à voter pour des partis de droite, ses habitudes de vote générales sont relativement similaires à celles du secteur juif en général.

Des immigrants russes assistent à un événement marquant le 25e anniversaire de la grande Alyah russe de l’ex-Union soviétique en Israël, au Centre des congrès de Jérusalem, le 24 décembre 2015. (Hadas Parush / Flash90)

Selon les conclusions de Hanin, 8 % des immigrants de l’ex-Union soviétique ont voté pour des partis de gauche, contre 14 % des Israéliens ; 29 % ont dit avoir voté pour des partis centristes, contre 26 % de la population juive ; et 54 % des immigrants ont voté pour des partis de droite, contre 55 % de la population juive née dans le pays.

La recherche de Hanin, qui a récemment été présentée lors d’un symposium de l’Association for Israel Studies au Kinneret College on the Sea of Galilee, a également révélé que l’année où les immigrants sont arrivés en Israël n’a pas eu d’effet significatif sur leurs habitudes électorales.

La gauche, a-t-il dit, avait de grands espoirs pour les immigrés qui sont venus en Israël ces dernières années, dans ce qu’il est convenu d’appeler l’“immigration de l’ère Poutine” – des individus pro-occidentaux et libéraux, et qui sont venus en Israël depuis les grandes villes russes. Mais ces espoirs ont été rapidement anéantis, car eux aussi préféraient voter pour la droite.

Hanin, qui est également scientifique en chef au ministère de l’Immigration et de l’Intégration, estime que l’idéologie et les habitudes de vote des immigrants sont le résultat de leurs expériences israéliennes et non soviétiques.

Semion Grafman dans une campagne sur la Neuvième chaîne pour promouvoir la fierté russe chez les russophones en Israël. (Instagram)

Les enquêtes montrent que la grande majorité des immigrants s’attendent à ce que les dirigeants se concentrent sur les questions relatives à la sécurité nationale, mais le secteur russe met également l’accent sur l’aide sociale, l’économie, les solutions de logement et les prix des loyers, ainsi que l’amélioration du niveau d’éducation en Israël.

Bien que ces questions intéressent également la société israélienne dans son ensemble, Hanin a expliqué que pour le secteur de l’immigration, elles représentent des problèmes beaucoup plus aigus.

Generation 1.5

D’autres études récentes ont révélé une différence significative entre la génération des parents et des grands-parents et la jeune génération de russophones qui sont venus en Israël dans les années 1990. La jeune génération a peut-être reçu son éducation précoce en URSS, mais ses membres se sont imposés en Israël. Les chercheurs appellent cette génération la « génération transitoire » – génération 1.5.

Immigrants russes arrivant en Israël en 1990. (Moshe Shai/Flash90)

Une récente enquête menée par le professeur Larissa Remennick, directrice du département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Bar Ilan, sur la différence intergénérationnelle au sein de la population immigrée, a révélé que si la génération des parents était unie sur le plan politique de centre-droit, la jeune génération était plus ambiguë.

Selon les conclusions de Remennick, un tiers des jeunes électeurs ont noté que leurs opinions politiques différaient de celles de leurs parents et que leurs habitudes de vote étaient plus diverses : Alors que 80 % de la génération des vétérans a émergé comme faisant partie du centre-droit sur la carte politique et voit Liberman comme une « droite modérée et saine d’esprit », 25 % des jeunes générations se définissent comme de gauche, et 8 % disent être plus radicaux que leurs parents.

Une affiche de campagne électorale montrant Avigdor Liberman, le chef d’Yisrael Beytenu, avec la légende « droite, et laïque aussi » à Jérusalem le 2 avril 2019, avant les élections législatives du 9 avril. (Yonatan Sindel/Flash90)

Bien que Hanin attribue les penchants de droite des électeurs russes à leur expérience israélienne, Mme Remennick pense que cela a plus à voir avec la culture politique dont ils sont issus.

« Les immigrants de l’ex-Union soviétique croient davantage à un leadership fort qu’à l’appareil démocratique, a dit Mme Remennick. « La démocratie en état d’ébriété qu’ils ont connue dans les années 1990 immédiatement après la dissolution de l’Union soviétique était essentiellement le chaos : il n’y avait ni loi et ordre, ni travail, ni rien à manger, c’est pourquoi [le président russe] Vladimir Poutine a pu accéder au pouvoir et y rester pendant 20 ans. Les gens s’accrochent à l’ordre et à la stabilité qu’un leader fort peut apporter. »

Les immigrants de l’ex-Union soviétique croient davantage à un leadership fort qu’à l’appareil démocratique

Bien que le secteur russe soit connu pour exercer un pouvoir politique considérable, la plupart des politiciens et des partis n’ont pas réussi à séduire cet électorat.

« Quand vous parlez du vote russe, je vois un manque d’intérêt réel », a déclaré Lena Russovsky, journaliste, présentatrice à la radio et activiste sociale.

Lena Russovsky, journaliste, animatrice radio et activiste sociale. (Autorisation)

Russovsky, membre de la « génération 1.5 », est considéré comme un leader de l’opinion publique en ce qui concerne la perception qu’a la société israélienne de la population immigrée russe en général, et en particulier des femmes immigrantes.

« Les politiciens israéliens ont enfin compris qu’ils devaient s’adresser à un million de [votants] qui sont ici depuis 30 ans, alors ils leur parlent en russe et portent un toast à Novy God », a-t-elle dit en faisant référence à la veille du nouvel an russe. « Il y a des problèmes aigus qui affligent encore le public [russe] et affectent les générations nées ici, et ces problèmes doivent être reconnus et traités. »

« Les Russes ne parlent pas de difficultés financières, ça ne se fait pas », a dit Mme Russovsky. « Mais mes amis qui élèvent des enfants ici et travaillent dur pour gagner leur vie doivent aider financièrement leurs parents. Il s’avère que la population [d’immigrants russes] est le secteur ayant le plus faible taux d’accession à la propriété en Israël. »

« Ils atteignent l’âge de 75 ans, paient un loyer ou remboursent leur prêt et n’ont pas d’épargne-retraite, alors est-ce un problème uniquement pour la génération âgée ? Non. C’est un problème pour la jeune génération et pour la prochaine génération née ici, parce qu’ils sont privés de ces ressources », a-t-elle dit.

Mais comparer les immigrants russes – un groupe minoritaire – aux secteurs plus établis de la société israélienne qui jouissent d’un statut socio-économique plus élevé, est-ce la meilleure façon d’évaluer leurs progrès et leur position politique ? Russovsky le croit.

Une famille russo-israélienne célèbre le Novi God, le Nouvel An russe, à Jérusalem, le 1er janvier 2016. (Hadas Parush/Flash90)

« Si nous ne parlons pas de processus d’intégration mais de statut socio-économique, il est clair que nous devons les comparer à la situation idéale dans laquelle la population se trouve dans un endroit stable et peut épuiser son potentiel – donc oui, aux secteurs établis », a-t-elle dit. « Parce que si ce n’est pas à eux [les Israéliens de longue date], à qui devrions-nous nous comparer ? Des immigrants français ? Des Israéliens éthiopiens ? Chaque vague d’immigration a ses propres périodes d’arrivée, ses propres caractéristiques, un passé différent et des compétences différentes. »

Comment dit-on Yesh Atid en russe ?

L’un des partis qui tente de tirer les leçons des élections d’avril est Kakhol lavan. Le numéro 2 du parti, Yair Lapid, chef de Yesh Atid, a déjà publié des vidéos sur les réseaux sociaux qui s’adressent aux immigrants en russe. Dans ces vidéos, Lapid promet au secteur russe de veiller à ce que les transports publics et les entreprises locales puissent fonctionner le Shabbat, mais jusqu’à présent, il n’a pas abordé les autres questions qui préoccupent les russophones, à savoir les pensions, l’emploi et le logement.

רומן רוסי, פרק חדש:

פורסם על ידי ‏Yair Lapid – יאיר לפיד‏ ב- יום ראשון, 7 ביולי 2019

En vertu du droit israélien et conformément aux exigences des partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah, les transports publics et le commerce s’arrêtent le jour du Shabbat et les jours fériés afin de ne pas porter atteinte à leur caractère sacré. Ces dernières années, cependant, cette question, qui fait partie du statu quo laïco-religieux, a fait l’objet d’un vif débat public alors que le public laïc s’est irrité contre ce qu’il considère comme une coercition religieuse croissante.

Le député de Yesh Atid, Yoel Razvozov, s’est dit fier des vidéos.

« Je pense que les vidéos sont super. Nous sommes dans une période où une campagne en chasse une autre et c’est agréable de faire quelque chose d’amusant. Ça te fait sourire. Je vois à quel point il [Lapid] travaille dur pour essayer de parler russe. Tout le monde parle de la question de la religion et de l’État, mais ces vidéos leur rappellent [aux électeurs] que nous sommes le seul parti qui a été en mesure d’apporter des changements dans ce domaine », a dit M. Razvozov.

Mais même Razvozov, membre de la « génération de transition » qui détient la 18e place sur la liste de Kakhol lavan pour la Knesset, sait que le secteur russe s’intéresse vraiment aux questions brûlantes et quotidiennes.

Le parti de l’Union sioniste se tourne vers la communauté russophone, 2015. (Tomer Neuberg/Flash90)

« La jeune génération de russophones est désavantagée par rapport aux Sabras (Israéliens de souche), a-t-il dit. « Ils n’ont pas de grand-mère qui leur a laissé un appartement ou un oncle qui sert dans l’armée et qui peut les aider à trouver un emploi. Cette génération doit aussi aider ses parents parce qu’ils n’ont pas d’épargne retraite ou de biens en Israël. »

Razvozov n’a pas besoin de chercher trop loin pour trouver des exemples.

« Mon père est l’exemple classique », dit-il. « Il a 63 ans et il travaille toujours comme ouvrier dans le bâtiment, bien qu’il soit venu ici comme ingénieur avec deux diplômes. Sa future pension de sécurité sociale sera probablement de 700 shekels [175 euros par mois]. Il y a des centaines de gens comme lui, qui n’ont pas de pension et ne possèdent pas d’appartement. Un couple qui vit de la sécurité sociale et doit payer un loyer – avec quoi sont-ils censés vivre ? »

Yesh Atid, a-t-il dit, essaie d’adopter des lois qui soutiennent la population russe vieillissante en Israël.

Au cours des sept années pendant lesquelles j’ai présidé la Commission de l’immigration et de l’intégration de la Knesset, nous avons réussi à promouvoir le statut de « réfugiés de la Shoah » – des Juifs des pays de l’ancienne Union soviétique qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale et reçoivent une rémunération spéciale de l’État », a déclaré Razvozov. « J’ai parlé de la question avec les dirigeants de Kakhol lavan Benny Gantz, Moshe Yaalon et Gabi Ashkenazi, et je leur ai expliqué l’importance de promouvoir des lois qui aideront la population russe âgée”.

Des immigrants russes âgés en train de faire de l’artisanat d’art dans la salle d’art de l’hôtel Diplomat à Jérusalem. L’Hôtel Diplomat était autrefois un hôtel de luxe. Il y a près de 20 ans, l’hôtel a été transformé en centre d’intégration et accueille aujourd’hui 600 immigrants de l’ex-Union soviétique. Le 13 mars 2012. (Miriam Alster/FLASH90)

Yisrael Beytenu s’est également engagé à se battre pour augmenter les pensions des immigrants dans la prochaine Knesset.

« Aider la génération de nos parents a pour effet de soutenir la classe moyenne, qui supporte un fardeau fiscal considérable », a déclaré la députée Evgeny Sova, d’Yisrael Beytenu.

« Nos parents travaillaient 11-12 heures par jour et renonçaient aux voyages et à toute autre forme de luxe pour que leurs enfants ne manquent de rien. Aujourd’hui, nos parents ne reçoivent rien de l’État et ont donc besoin de notre aide, alors que des secteurs entiers ne paient pas d’impôts et reçoivent des budgets et des prestations croissants », a-t-il dit, faisant référence aux importantes prestations de sécurité sociale accordées à la population ultra-orthodoxe.

Rejetant les critiques selon lesquelles Yisrael Beytenu aurait pu exiger un projet de loi sur les retraités pendant les pourparlers de coalition d’avril, mais a choisi de quitter la table des négociations sur la loi de conscription ultra-orthodoxe – une question qui a provoqué des dizaines de crises de coalition au fil des ans – Sova affirme que Yisrael Beytenu veillait aux intérêts de ses électeurs.

Le ministre israélien des Affaires étrangères et chef du parti nationaliste israélien Yisrael Beitenu, Avigdor Lieberman, sur un podium avec le slogan du parti, « Notre parole est notre parole », le mardi 3 avril 2012. (Kobi Gideon / FLASH90)

« Nous n’avons pas trahi le projet de loi sur les retraités et nous sommes le seul parti qui soulèvera la question des pensions comme condition préalable à tout accord de coalition. Certes, ce sera plus difficile parce que le déficit a augmenté, mais nous sommes ici pour protéger une génération frustrée qui constitue un moteur de croissance pour l’économie israélienne », a-t-il dit.

En janvier, le Trésor a mis en garde contre un ralentissement de la croissance économique en 2019, qui se traduirait par une baisse des recettes fiscales et un déficit budgétaire prévu d’environ 10 milliards de shekels (2,5 milliards d’euros). En juin, le Cabinet a approuvé une réduction générale de 1,2 milliard de NIS (300 millions d’euros) destinée à réduire un déficit en forte hausse.

La jeune génération de russophones en Israël « sert dans l’armée. Ils travaillent dur, ils paient des impôts et ils portent tous les autres secteurs qui ne font pas leur part », a dit Sova. « Il est important d’arrêter ceux qui veulent augmenter ce fardeau, augmenter les impôts et réduire les budgets qui profitent [au secteur russe]. Ils peuvent le prendre à quelqu’un d’autre cette fois. »

Cet article a été adapté de la version originale en hébreu de Zman Yisrael, le site jumeau en hébreu du « Times of Israel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...