Rechercher

Liberman dépose une plainte auprès de la police suite à des menaces de mort

Les critiques s'intensifient au sujet du coût élevé de la vie et d'une série de réformes visant les communautés ultra-orthodoxes

Le ministre des Finances Avigdor Liberman dirigeant une réunion de la faction Yisrael Beytenu à la Knesset, le 16 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman dirigeant une réunion de la faction Yisrael Beytenu à la Knesset, le 16 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a déposé une plainte à la police jeudi suite à une série de menaces de mort qu’il a reçues en ligne.

Les menaces ont été proférées sur les réseaux sociaux dans un contexte de recrudescence de critiques intenses à l’encontre de Liberman concernant ses tentatives de faire reculer les avantages particuliers ou les exemptions accordés à la communauté ultra-orthodoxe et aux institutions religieuses.

« Que boirons-nous aux funérailles de Liberman ? Du whisky ou du cognac ? », peut-on lire dans l’un des nombreux messages divulgués à la Douzième chaîne.

Certains messages ont été écrits par des personnes frustrées par le coût élevé de la vie.

« Vous avez ruiné le pays avec ces prix. Je suis prêt à mourir pour vous tuer si jamais je vous croise. Préparez-vous. Est-ce que ce sera avec un couteau ou une hache ? », a écrit un individu sur Instagram.

« Vais-je vous tuer ou tuer votre famille ? », a demandé un autre utilisateur.

Le rabbin Meir Mazuz s’exprime lors d’une conférence de presse du parti politique « Yachad » à Bnei Brak, le 27 mars 2019. (Crédit : Yehuda Haim/Flash90)

« Faites tomber cette grosse crapule. Faites-le tomber pour toujours et à jamais », peut-on lire dans un autre message.

Le mois dernier, le rabbin Meir Mazuz de Bnei Brak a qualifié Liberman et d’autres ministres de traîtres, « pires que les nazis » à la suite d’une série de réformes gouvernementales.

Le directeur de la Yeshiva Kisse Rahamim a fait ces commentaires lors d’une conférence au cours de laquelle il a affirmé que le gouvernement cherchait à « étouffer les étudiants de la Torah » tout en « donnant le plus possible aux Arabes ».

« Nous sommes en présence de mauvaises gens. Nous attendons qu’ils quittent ce monde », a déclaré Mazuz, faisant référence à Liberman, au ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et à d’autres membres du gouvernement.

Liberman s’est particulièrement attiré les foudres après avoir déclaré que certaines yeshivot enseignent principalement « l’oisiveté », menaçant de réduire davantage le financement en raison de leur incapacité à enseigner les matières fondamentales du programme.

Israel Katz, député du Likud et ancien ministre des Finances, a accusé Liberman d’antisémitisme pour ses remarques sur les ultra-orthodoxes.

« Il agit comme les plus grands antisémites de l’histoire, qui ont dit en temps de crise : ‘Frappez les Juifs et sauvez la patrie' », a déclaré Katz.

Des plaintes similaires ont été déposées ces dernières semaines auprès de la police pour des menaces de mort à l’encontre du Premier ministre Naftali Bennett, du président de l’opposition Benjamin Netanyahu et du législateur d’extrême droite Itamar Ben Gvir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...