Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Licenciements prévus par 25 % des firmes tech suite à la chute de la demande en 2022

17 000 emplois vacants fin 2022, contre 32 900 en avril 2022 dans le secteur high-tech ; dû aux incertitudes politiques Israël pourrait être contourné en cas de reprise mondiale

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Travailleurs dans une startup (Crédit : Vadim_Key/iStock by Getty Images)
Travailleurs dans une startup (Crédit : Vadim_Key/iStock by Getty Images)

Alors que la baisse du marché mondial et le ralentissement de l’économie ont perturbé l’écosystème technologique israélien, la demande de travailleurs a presque diminué de moitié en 2022, indique le rapport Israel High-Tech Human Capital de Start-Up Nation Policy Institute (SNPI) et de l’Autorité israélienne de l’Innovation.

La tendance négative du marché de l’emploi israélien dans le secteur de la haute technologie, qui résulte du ralentissement mondial de l’année dernière, s’est intensifiée ces derniers mois en raison de l’incertitude croissante entourant la réforme judiciaire proposée par le gouvernement, explique le rapport Human Capital Report, publié lundi.

Les auteurs du rapport ont averti que la persistance de l’instabilité politique et sociale pourrait avoir pour conséquence qu’en cas de reprise de l’industrie technologique mondiale, l’économie israélienne soit laissée à l’écart.

Fin 2022, il y avait 17 000 postes vacants dans l’industrie, contre 32 900 en avril de la même année, selon le rapport. Ce chiffre reflète la demande d’employés dans le secteur high-tech. Le nombre relativement bas à la fin de l’année dernière était comparable aux niveaux observés pendant la crise du COVID, selon le rapport.

Globalement, le nombre d’employés dans l’industrie de haute technologie a augmenté de 7,4 % en 2022, contre 12 % en 2021.

Une ventilation des données de 2022 révèle qu’au cours du second semestre de l’année, le nombre d’employés dans l’industrie high-tech n’a augmenté que de 1,3 %, et qu’au cours du dernier trimestre, il a diminué de 0,2 %.

L’année dernière a été une année difficile pour l’industrie technologique israélienne, car l’incertitude entourant les coûts d’emprunt et les valorisations élevées ont poussé les entrepreneurs et les investisseurs à adopter une attitude plus attentiste. L’environnement financier et le ralentissement de l’économie mondiale ont mis à mal les actions du secteur technologique sur les marchés mondiaux au cours du second semestre 2022, faisant chuter les valorisations des entreprises, tant dans le secteur public que privé. Le ralentissement du marché a entraîné le licenciement de milliers de travailleurs, déclenchant des retraits de fonds et créant un marché baissier pour les nouvelles offres technologiques.

Ce phénomène surgit alors qu’en 2021, les entreprises technologiques, appelées « licornes », ont levé des capitaux records et recruté des talents dans le domaine de la technologie pour un montant d’un milliard de dollars.

Uri Gabai, PDG du Start-Up Nation Policy Institute (SNPI) Policy Institute. (Crédit : Micha Loubaton)

« Au-delà des effets du ralentissement économique mondial, qui ont également pesé sur les sociétés locales de haute technologie, les quatre derniers mois ont été marqués par une incertitude et une instabilité politiques et sociales croissantes liées à la réforme judiciaire en Israël « , a déclaré Uri Gabai, directeur général de l’institut politique de Start-up Nation Central, au Times of Israel. « Cette combinaison inquiétante a conduit les entreprises à suspendre les recrutements, à renoncer aux actualisations de salaires et à licencier un grand nombre d’employés ».

Une enquête menée le mois dernier auprès d’entreprises du secteur high-tech et citée dans le rapport a révélé que 25 % d’entre elles avaient complètement cessé d’embaucher des employés et qu’un pourcentage similaire prévoyait de continuer les licenciements, un tiers d’entre elles envisageant de réduire leurs effectifs de plus de 5 %. En outre, environ un tiers des entreprises de haute technologie interrogées ont déclaré qu’elles ne prévoyaient pas de revalorisation salariale en 2023.

Au début du mois, l’Autorité israélienne de l’Innovation, une entité gouvernementale qui fournit la majorité des subventions publiques aux startups locales en phase de démarrage pour soutenir les technologies de rupture, s’est inquiétée d’une « scission » entre les marchés mondiaux et israéliens, soulignant un « écart négatif significatif » entre les rendements des actions technologiques négociées à la Bourse de Tel-Aviv et au Nasdaq ces derniers mois.

Depuis le début de l’année 2023, l’indice technologique israélien n’a généré aucun rendement, alors que l’indice Nasdaq 100 a augmenté d’environ 20 % au cours de la même période, selon le rapport. Des études antérieures ont montré une corrélation entre la croissance du Nasdaq et le volume total des investissements en Israël.

Alors que les premiers signes d’une reprise mondiale se font sentir dans le secteur de la haute technologie, il est à craindre que l’écosystème technologique israélien ne participe pas à ce rebond si l’incertitude entourant la réforme judiciaire continue de peser négativement sur le sentiment des investisseurs dans les mois à venir, a précisé Gabai.

« Une reprise mondiale sans qu’Israël en fasse partie est tout à fait inhabituelle », a déclaré M. Gabai. « Si cette tendance négative se poursuit, elle mettra en péril l’attractivité d’Israël et sa position à la tête du secteur de la haute technologie ».

Les employés de la high-tech protestant contre la refonte judiciaire du gouvernement « le temps presse pour la high-tech israélienne », à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Dans un tel scénario, les entrepreneurs et les PDG israéliens devront chercher où développer leur entreprise ou leur carrière, a ajouté Gabai.

« Les talents israéliens dans le domaine de la haute technologie sont très demandés, que ce soit à Londres, à Berlin ou aux États-Unis », a déclaré Gabai. « Le scénario pessimiste est que dans quelques mois, nous pourrions assister au départ d’entreprises, de PDG et d’entrepreneurs d’Israël ».

L’industrie technologique, présentée comme le principal moteur de croissance de l’économie, génère environ 18 % du PIB et est responsable de plus de 50 % des exportations et d’environ 30 % des charges sociales. En outre, le secteur israélien de la haute technologie emploie environ 11 % de la main-d’œuvre du pays.

Au cours du premier trimestre de cette année, les entreprises technologiques israéliennes ont levé 1,7 milliard de dollars de capitaux, soit une baisse de 70 % par rapport aux 5,8 milliards de dollars levés au cours des trois premiers mois de 2022, selon un rapport de l’IVC Research Center et de LeumiTech. Ce trimestre a enregistré les chiffres les plus bas en quatre ans. Cela fait suite au pic, en 2021, des investissements privés dans le secteur local de la haute technologie, avec des investissements d’une valeur stupéfiante de 26 milliards de dollars, lesquels ont chuté à environ 15 milliards de dollars en 2022.

« Le capital humain est la force motrice du succès technologique d’Israël, et contrairement à d’autres écosystèmes qui attirent des talents du monde entier, la haute technologie israélienne s’appuie presque entièrement sur les talents et les institutions locaux », a déclaré Gabai.

Dans le cas où les incertitudes étaient résolues, soit par l’abandon de la réforme judiciaire, soit par un compromis acceptable par la population israélienne, Gabai voit le secteur high-tech israélien émerger de cette crise en bonne santé, comme il l’a fait par le passé, parce que ses fondations sont solides et que les entreprises disposent de réserves datant du pic économique de 2021.

Une autre conclusion du rapport indique que pendant cette période de stagnation de l’industrie high-tech locale, la priorité des entreprises a été de maintenir leur personnel de R&D de base tout en réduisant le personnel de soutien et les autres employés. Selon le rapport, une sur trois, parmi les PME de 51 à 200 employés, et une sur cinq, parmi les grandes entreprises de plus de 200 employés, n’ont licencié que du personnel ne travaillant pas dans le domaine de la recherche et du développement.

Le ralentissement général du secteur high-tech a permis aux nouveaux employés ayant une expérience de niveau junior de trouver des emplois en R&D plus facilement que les années précédentes, mais à salaire moins élevé. Au cours du second semestre 2022, la proportion d’employés juniors occupant des postes de recherche et de développement a augmenté, tant en termes d’emploi global que parmi les employés de recherche et de développement, selon le rapport. Dans l’ensemble, les juniors représentaient 26 % des recrutements en R&D au second semestre 2022, contre 22 % en 2021.

« De nombreuses entreprises semblent avoir choisi de poursuivre leur travail de développement avec des employés moins expérimentés, même si cela se fait au prix d’une baisse de la productivité », conclut le rapport.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.