Rechercher

L’israélien DeserTech et l’ONU vont aider l’Afrique à bâtir la « Grande Muraille verte »

La start-up a dit vouloir mettre au point des technologies permettant de relever les défis mondiaux et de faire du Néguev un pôle mondial des technologies du désert

De gauche à droite : Sinai Gohar Barak, Développement international des écosystèmes, DeserTech, Toumany Diallo, directeur de l'agence malienne de la Grande Muraille verte, Tal Biran Ben Gal du programme DeserTech Innovation Leaders, Modibo Kone, ministre malien de l'Environnement et du Développement durable, Nicole Hod Stroh, directrice exécutive de la Fondation Merage Israël, Andrea Meza, secrétaire exécutive adjointe de la CCD, et Sarah Toumi de l'accélérateur de la Grande Muraille verte. (Crédit : Desertech)
De gauche à droite : Sinai Gohar Barak, Développement international des écosystèmes, DeserTech, Toumany Diallo, directeur de l'agence malienne de la Grande Muraille verte, Tal Biran Ben Gal du programme DeserTech Innovation Leaders, Modibo Kone, ministre malien de l'Environnement et du Développement durable, Nicole Hod Stroh, directrice exécutive de la Fondation Merage Israël, Andrea Meza, secrétaire exécutive adjointe de la CCD, et Sarah Toumi de l'accélérateur de la Grande Muraille verte. (Crédit : Desertech)

CHARM EL-CHEIKH, Égypte – DeserTech, une plateforme israélienne de technologies climatiques adaptées aux climats secs et désertiques, a lancé jeudi un programme de partenariat avec le Mécanisme mondial de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et les 11 pays africains à la tête du mouvement de la « Grande Muraille verte ».

La Grande Muraille verte est une initiative de l’Union Africaine visant à réhabiliter 100 hectares de terres dégradées dans la région du Sahel d’ici 2030, à créer des millions d’emplois et à capter et stocker 250 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Le lancement du programme israélien a été accueilli par le pavillon du Sénégal lors de la conférence des Nations unies sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, devant un public africain composé des ministres de l’Environnement du Mali et de la Mauritanie et d’un membre du Parlement du Tchad.

Sinai Gohar Barak, responsable du développement de l’écosystème de DeserTech, a déclaré que le projet avait deux objectifs : développer et mettre en œuvre des technologies permettant de relever les défis mondiaux, et faire du Néguev un centre mondial des technologies du désert.

Chaud et sec, le Sahel – qui s’étend entre le désert du Sahara au nord et la savane au sud – est non seulement l’une des régions les plus pauvres de la planète, mais aussi l’une des plus exposées aux effets dévastateurs du dérèglement climatique. Ces effets comprennent la sécheresse, les pénuries alimentaires, les conflits pour les ressources naturelles et les migrations massives.

La terre a perdu sa fertilité en raison de la surexploitation agricole, du surpâturage et de la surpopulation, combinés à l’érosion naturelle des sols. Depuis le lancement du projet de la Grande Muraille verte il y a plus de dix ans, près de 18 millions d’hectares de terres dégradées ont été restaurés et 350 000 emplois ont été créés.

DeserTech, basée à Beer Sheva, dans le Néguev, est une initiative conjointe de la Fondation Merage Israël, de l’Institut israélien de l’innovation, du ministère de l’Environnement et de l’université Ben Gurion du Néguev.

Elle rassemble des décideurs politiques, des entrepreneurs, des sociétés de technologie, des entreprises, des investisseurs, des universitaires et des ONG pour développer, commercialiser et promouvoir les technologies du désert dans les domaines du climat extrême, de l’eau, de la dégradation des sols et de la vie dans les endroits reculés.

L’organisation a récemment recensé plus de 300 start-ups et entreprises israéliennes développant des technologies spécifiquement adaptées ou potentiellement adaptables aux environnements désertiques.

« Il fait de plus en plus chaud et la terre se dégrade de plus en plus. Nous partageons les mêmes problèmes et nous devons apprendre les uns des autres sur les défis et les solutions », a déclaré à son auditoire Nicole Hod Stroh, directrice exécutive de la Fondation Merage.

DeserTech a travaillé avec les Nations unies et invite les innovateurs des pays de la Grande Muraille verte à s’inscrire au programme au cours duquel ils identifieront ensemble les besoins les plus urgents liés au désert, étudieront les technologies appropriées et collaboreront à la conception de propositions concrètes liées à la technologie à présenter à de potentiels investisseurs.

Les participants prendront part à sept réunions hebdomadaires en ligne, partageront leurs défis avec les nombreuses entreprises de high-tech liées à DeserTech et se réuniront en personne pour un séminaire dans le Néguev. En avril 2023, ils prendront part à un atelier en ligne d’une journée consacré à la conception de projets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...