Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Le bilan des morts du massacre de la rave au kibboutz Reim s’élève désormais à 364

Israël autorise l'entrée quotidienne de 2 camions citernes à Gaza ; des élus fulminent ; Raids de Tsahal à Gaza, des roquettes découvertes, des terroristes éliminés * Tsahal récupère le corps de Noa Marciano, quelques jours après l'annonce de sa mort

  • L'armée israélienne opère dans la bande de Gaza ; photo publiée le 16 novembre. (Crédit : armée israélienne)
    L'armée israélienne opère dans la bande de Gaza ; photo publiée le 16 novembre. (Crédit : armée israélienne)
  • L'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre. (Crédit : Armée israélienne)
    L'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats israéliens inspectent des roquettes Badr-3 fabriquées en Iran dans un avant-poste du Jihad islamique dans le nord de la bande de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
    Des soldats israéliens inspectent des roquettes Badr-3 fabriquées en Iran dans un avant-poste du Jihad islamique dans le nord de la bande de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
  • Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, regardant dans un puits de tunnel, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, regardant dans un puits de tunnel, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président turc Recep Tayyip Erdogan donnant une conférence de presse conjointe avant leurs entretiens, à la Chancellerie, à Berlin, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tobias Schwarz/AFP)
    Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président turc Recep Tayyip Erdogan donnant une conférence de presse conjointe avant leurs entretiens, à la Chancellerie, à Berlin, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tobias Schwarz/AFP)
  • Des représentants des familles israéliennes des personnes tuées et prises en otage par le Hamas le 7 octobre déposent une plainte alléguant que le groupe terroriste palestinien a commis des crimes contre l'humanité, à la Cour pénale internationale de La Haye, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Des représentants des familles israéliennes des personnes tuées et prises en otage par le Hamas le 7 octobre déposent une plainte alléguant que le groupe terroriste palestinien a commis des crimes contre l'humanité, à la Cour pénale internationale de La Haye, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
  • Les familles d'otages marchant sur la Route 1, entre Shoresh et Ein Hemed, le 17 novembre 2023. (Crédit : @sha_b_p)
    Les familles d'otages marchant sur la Route 1, entre Shoresh et Ein Hemed, le 17 novembre 2023. (Crédit : @sha_b_p)
  • Des armes et des équipement du Hamas trouvés par les troupes de Tsahal dans l'école al-Karmel de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Des armes et des équipement du Hamas trouvés par les troupes de Tsahal dans l'école al-Karmel de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • Une carte postée par le groupe pro-palestinien américain Within Our Lifetime détaillant les emplacements des organisations juives à New York, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Instagram : utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Une carte postée par le groupe pro-palestinien américain Within Our Lifetime détaillant les emplacements des organisations juives à New York, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Instagram : utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le guerre « dévaste » la population à Gaza et l’économie régionale – FMI

La directrice-générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva a indiqué que les économies d’Égypte, du Liban, de la Jordanie et de la Cisjordanie souffraient de la guerre qui oppose Israël et le Hamas à Gaza suite à l’assaut barbare qu’a commis le groupe terroriste sur le sol israélien, le 7 octobre.

Georgieva a indiqué à Reuters, en marge de l’APEC, que le conflit « dévaste » Gaza et qu’il a « un grave impact » sur l’économie de la Cisjordanie tout en posant également des difficultés aux pays voisins, qui subissent les effets d’une baisse du tourisme et des coûts de l’énergie plus élevés.

Elle a déclaré que l’organisation « réfléchit sérieusement » à augmenter un programme de prêt à hauteur de trois milliards de dollars à l’Égypte en raison de la situation économique difficile entraînée par la guerre.

Environ 25 roquettes envoyées par Israël depuis le Liban – Tsahal

Ce sont environ 25 roquettes qui ont été tirées depuis le Liban vers le nord d’Israël, dans la matinée, activant les sirènes d’alerte dans les communautés de Sassa et de Shtula, dans le nord du pays, a indiqué l’armée.

Les projectiles sont retombés dans des champs. Il n’y a pas eu de blessés.

L’armée a indiqué avoir procédé à des tirs d’artillerie contre les sites à l’origine du lancement, précisant que des bombardements prennent actuellement pour cible des sites du groupe terroriste chiite libanais Hezbollah.

Elle a précisé qu’elle fournirait rapidement de nouvelles informations sur ces frappes aériennes.

La Tanzanie annonce la mort d’un citoyen qui aurait fait partie des otages à Gaza

Clemence Felix Mtenga. (Autorisation)
Clemence Felix Mtenga. (Autorisation)

Le ministère des Affaires étrangères de Tanzanie annonce le décès de Clemence Felix Mtenga, un citoyen de 22 ans qui aurait fait partie des otages à Gaza.

Mtenga se trouvait en Israël dans le cadre d’un programme de formation à l’agriculture moderne dans la ville de Nir Oz, à la frontière de Gaza. Lui et son compatriote tanzanien Joshua Luito Molal sont portés disparus depuis le 7 octobre.

Le ministère des Affaires étrangères ne fournit aucun détail sur la mort de Mtenga, mais indique qu’il est en contact avec les autorités israéliennes pour que son corps soit rapatrié en Tanzanie afin d’y être enterré.

Mtenga et Molal faisaient partie des quelque 260 jeunes Tanzaniens en Israël dans le cadre du programme de collaboration gouvernementale entre les deux pays.

Suspension d’un soldat ayant lancé une grenade assourdissante dans une mosquée de Cisjordanie

Un soldat israélien s'éloignant après avoir lancé une grenade incapacitante dans une mosquée dans le village de Budrus, en Cisjordanie, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Un soldat israélien s'éloignant après avoir lancé une grenade incapacitante dans une mosquée dans le village de Budrus, en Cisjordanie, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

L’armée israélienne déclare dans un communiqué avoir suspendu un soldat qui a été filmé en train de lancer une grenade incapacitante dans une mosquée du village palestinien de Budrus, près de Ramallah, alors qu’un imam à l’intérieur commençait la prière plus tôt ce matin.

Selon le quotidien Haaretz, cet incident est le dernier exemple en date de soldats qui se filment en train d’humilier des Palestiniens et qui téléchargent les vidéos sur les réseaux sociaux – une tendance qui s’est intensifiée depuis le massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre, qui a fait environ 1 200 morts, pour la plupart des civils.

Washington annonce de nouvelles sanctions contre des milices soutenues par l’Iran

Les États-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre Kata’ib Sayyid al-Shuhada (KSS) et son secrétaire général, Hashim Finyan Rahim al-Saraji.

« Les activités terroristes du KSS ont menacé la vie des États-Unis et du personnel de la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique en Irak et en Syrie », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un communiqué.

Six individus affiliés à la milice Kata’ib Hezballah (KH), pro-Iran, ont également été sanctionnés par le département du Trésor américain.

« L’Iran, à travers le Corps des Gardiens de la révolution islamique et sa force d’opérations extérieures connue sous le nom de Force Qods, a soutenu le KSS, le KH et d’autres milices alignées sur l’Iran avec une formation, un financement et des armes sophistiquées – y compris des systèmes aériens sans pilote de plus en plus précis et mortels. », dit Blinken.

« Le KSS, travaillant parfois avec d’autres organisations désignées par les États-Unis, notamment le KH et Harakat al-Nujaba, a planifié et soutenu des attaques contre le personnel américain. »

« L’Iran est le principal État soutenant le terrorisme au monde. Les États-Unis restent déterminés à utiliser tous les outils disponibles pour contrer le soutien de l’Iran au terrorisme et pour amoindrir et perturber la capacité des groupes soutenus par l’Iran à mener des attaques terroristes », ajoute Blinken.

Tsahal cible des sites du Hezbollah dans le sud du Liban

Des avions de combat et des hélicoptères de combat israéliens ont mené ce soir des frappes aériennes contre des sites du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse aux attaques répétées de missiles et de roquettes sur le nord d’Israël.

L’armée israélienne affirme que les cibles comprenaient des infrastructures appartenant au groupe terroriste, des centres de commandement et des postes d’observation.

Une roquette a également été tirée ce soir depuis le Liban sur la région du mont Dov, à la frontière nord, sans faire de blessés.

L’armée israélienne affirme avoir bombardé la source des tirs.

Un lycée juif de Toronto et le JCC de Vaughan reçoivent une alerte à la bombe

Illustration : La police de Montréal sur une scène de crime, à Montréal, au Québec, le 13 novembre 2020. (Crédit : Andrej Ivanov/AFP)
Illustration : La police de Montréal sur une scène de crime, à Montréal, au Québec, le 13 novembre 2020. (Crédit : Andrej Ivanov/AFP)

La police de Toronto a ouvert une enquête après qu’une alerte à la bombe a été lancée ce matin à l’Académie hébraïque communautaire Tanenbaum, rapporte CTV News.

La menace semble être infondée mais le lycée a été évacué par précaution, selon la police.

Le directeur de l’école secondaire juive a informé les parents dans un courriel que la menace concernait une allégation selon laquelle « des explosifs avaient été placés » sur le site.

Cette affaire survient quelques heures après une autre alerte à la bombe visant un centre communautaire juif (JCC) à Vaughan, en Ontario, selon CTV News.

Le prince héritier de Bahreïn dénonce la situation « intolérable » à Gaza, exige que le Hamas libère les otages

Le prince héritier et Premier ministre de Bahreïn, Salman bקn Hamad Al Khalifa, à Washington, le 2 mars 2022. (Elizabeth Frantz/Pool via AP)
Le prince héritier et Premier ministre de Bahreïn, Salman bקn Hamad Al Khalifa, à Washington, le 2 mars 2022. (Elizabeth Frantz/Pool via AP)

Le prince héritier et Premier ministre de Bahreïn, Salman ben Hamad Al Khalifa, dénonce la situation « intolérable » à Gaza et appelle le Hamas à libérer immédiatement les quelque 240 otages détenus dans l’enclave.

« Je ne pense pas qu’un dirigeant arabe ait appelé le Hamas à faire cela… C’est donc le moment de parler franchement », a déclaré Khalifa avant le sommet annuel sur la sécurité baptisé Dialogue de Manama.

Il propose à Israël de libérer les femmes et les adolescentes non combattantes actuellement emprisonnées en Israël en échange des otages de Gaza.

Le prince héritier note que le Coran et la Torah « interdisent tous deux le meurtre de civils ».

Les lignes rouges de Bahreïn sont les suivantes : aucun déplacement forcé de Palestiniens de Gaza « maintenant ou jamais » ; pas de réoccupation de Gaza par Israël ; aucune réduction du territoire de Gaza par Israël après la guerre ; et aucune tolérance à l’idée que Gaza soit utilisée comme rampe de lancement pour le terrorisme visant Israël.

Il soutient que l’invasion russe de l’Afghanistan a conduit à la création d’Al-Qaïda et que l’invasion américaine de l’Irak a conduit à la création de l’EI. Khalifa prévient que l’invasion actuelle de Gaza par Israël pourrait avoir le même effet.

« Pensez à ce que cela va créer à l’ère des médias sociaux. Je pense que les 20 prochaines années seront bien plus difficiles », dit-il.

Khalifa ajoute que le rôle des États-Unis est « indispensable » pour faire avancer une solution à deux États après la guerre.

Un couple ayant chacun perdu une jambe le 7 octobre entame un long chemin vers la guérison

Gali Segal et Ben Binyamin marchant dans un hôpital où ils sont en rééducation après avoir perdu chacun leur jambe droite lors de l'attaque du 7 octobre, dans une vidéo diffusée par la Douzième chaîne, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Gali Segal et Ben Binyamin marchant dans un hôpital où ils sont en rééducation après avoir perdu chacun leur jambe droite lors de l'attaque du 7 octobre, dans une vidéo diffusée par la Douzième chaîne, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

La Douzième chaîne diffuse une séquence sur Ben Binyamin et Gali Segal, qui s’étaient fiancés une semaine avant l’assaut du 7 octobre.

Ils assistaient au festival de musique de Reim, près de la frontière de Gaza, lorsque le massacre a commencé.

Lorsque les tirs de roquettes ont commencé, le couple et un ami ont fui les lieux et ont vu un officier de police qui leur a fait signe d’entrer dans un  miklat – un abri antiatomique – situé en bord de route, près de la jonction d’Alumim, où d’autres participants à la rave s’étaient réfugiés.

Peu après, des terroristes sont arrivés sur les lieux et ont commencé à tirer sur l’entrée du miklat. Binyamin et Segal se trouvaient à l’arrière et n’ont pas été touchés. Mais les terroristes ont lancé une grenade à l’intérieur de l’abri, et ils ont tous les deux perdu connaissance.

Lorsque Segal s’est réveillée, elle a réalisé que sa jambe droite avait été arrachée et s’est mise à hurler. Binyamin, en état de choc similaire après avoir subi presque la même blessure, l’a embrassée et l’a exhortée à économiser son énergie.

Un policier est arrivé sur les lieux peu après et a aidé à sécuriser la zone. Il a fait signe aux voitures qui évacuaient les blessés d’emmener les deux à l’hôpital.

Binyamin – qui est joueur de football professionnel dans l’équipe Maccabi Shaarayim – a été brièvement séparé pendant l’évacuation, mais a été réuni à l’hôpital plus tard dans la journée.

Le couple est toujours hospitalisé et entame ensemble le long chemin de la guérison.

Israël autorise la livraison de 17 000 litres de carburant à Gaza pour les télécommunications

L’Autorité palestinienne en charge du terminal de Rafah, qui relie l’Égypte à la bande de Gaza, a annoncé vendredi soir que 17 000 litres de carburant avaient été livrés dans le petit territoire pour alimenter les générateurs de la compagnie de télécommunications.

Jeudi, la compagnie palestinienne des télécommunications Paltel avait annoncé une « suspension de tous les services de télécommunications » faute de carburant.

Vendredi, des responsables israéliens ont indiqué que le cabinet de guerre avait autorisé l’entrée quotidienne de deux camions de carburant dans le territoire afin de « se conformer à la demande des États-Unis ».

Nissim Vaturi, le vice-président de la Knesset appelle à brûler Gaza sur X

Le vice-président de la Knesset, le député du Likud Nissim Vaturi, lors d'une discussion et d'un vote sur le projet de loi de la coalition sur le caractère raisonnable lors du plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le vice-président de la Knesset, le député du Likud Nissim Vaturi, lors d'une discussion et d'un vote sur le projet de loi de la coalition sur le caractère raisonnable lors du plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un député du parti du Likud, également vice-président de la Knesset, appelle « à brûler Gaza ».

« Toute cette préoccupation pour savoir s’il y a ou non Internet à Gaza montre que nous n’avons rien appris. Nous sommes trop humains. Brûlez Gaza maintenant, rien de moins ! », tweete Nissim Vaturi après que le cabinet de guerre a approuvé l’entrée de deux camions de carburant par jour pour éviter l’effondrement du système de traitement des eaux usées, qui risquait de provoquer une épidémie de masse.

« N’autorisez pas l’entrée du carburant, n’autorisez pas l’entrée de l’eau tant que les otages n’ont pas été rendus », ajoute-t-il.

Biden s’entretient de nouveau avec l’émir du Qatar au sujet des otages

L'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, attendant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à Lusail, le 13 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/POOL/AFP)
L'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, attendant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à Lusail, le 13 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/POOL/AFP)

Le président américain Joe Biden s’est de nouveau entretenu aujourd’hui avec l’émir du Qatar Tamim bin Hamad al-Thani au sujet des négociations menées sous la médiation de Doha en vue d’obtenir la libération des quelque 240 otages retenus par le Hamas et des civils de Gaza, a indiqué la Maison Blanche.

Au cours de la réunion du cabinet de guerre d’hier soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a téléphoné à Biden et l’a exhorté à faire pression sur l’émir du Qatar pour qu’il augmente le nombre d’otages à inclure dans l’accord négocié par Doha entre Israël et le Hamas, a rapporté la Douzième chaîne plus tôt dans la soirée.

Tsahal, à la recherche d’info sur les otages, trouve plus d’infrastructures sous al-Shifa

Un tunnel du Hamas découvert par l'armée israélienne dans le complexe de l'hôpital al-Shifa, à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un tunnel du Hamas découvert par l'armée israélienne dans le complexe de l'hôpital al-Shifa, à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que les soldats avaient trouvé des infrastructures souterraines supplémentaires à l’hôpital al-Shifa aujourd’hui, et qu’elles continuent de fouiller le complexe à la recherche d’informations sur les otages.

« Nous continuons à approfondir notre activité opérationnelle à l’hôpital Shifa », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse dans la soirée. « Aujourd’hui, nous avons découvert davantage d’infrastructures souterraines et nous recueillons toutes les informations sur les otages. »

« Nos troupes opèrent dans la région et enquêtent sur les puits de tunnel découverts dans l’hôpital », a-t-il ajouté.

Il faudra cinq ans pour réparer les dégâts à Gaza, selon Israël

De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 12 novembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)
De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 12 novembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)

Il faudra cinq ans pour réparer les dégâts causés à la bande de Gaza par les combats de la guerre actuelle entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, selon l’évaluation actuelle de l’establishment de la Sécurité israélienne rapportée par la Douzième chaîne.

Le bilan du massacre de Nova s’élève à 364 morts, soit un tiers des victimes du 7 octobre

Des festivaliers fuyant la rave party attaquée par le Hamas, près du kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Crédit : Shye Weinstein)
Des festivaliers fuyant la rave party attaquée par le Hamas, près du kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Crédit : Shye Weinstein)

L’enquête policière en cours sur le massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas du festival de musique de Reim, le 7 octobre, a permis d’actualiser le nombre de morts à 364, ce qui représenterait près d’un tiers de l’ensemble des personnes tuées lors de l’assaut en Israël, a rapporté la Douzième chaîne.

Les chiffres précédents faisaient état de 270 morts au Festival Supernova.

Les agences de sécurité estiment actuellement que le Hamas n’était pas au courant de la tenue du festival de musique avant le massacre, selon la Douzième chaîne.

Netanyahu demande à Biden de faire pression sur le Qatar pour libérer plus d’otages – média

Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)
Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)

Au cours de la réunion du cabinet de guerre d’hier soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a téléphoné au président américain Joe Biden et l’a exhorté à faire pression sur l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, pour qu’il augmente le nombre d’otages à inclure dans l’accord négocié par Doha entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, a rapporté la Douzième chaîne.

Le chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, est déjà en contact avec les Qataris, mais Netanyahu voulait faire monter la pression d’une autre source, selon le reportage.

Après les précédentes propositions d’accord sur les otages, qui auraient vu des parents d’otages être séparés de leurs enfants enlevés avec eux à Gaza, le cabinet de guerre a informé les médiateurs qu’il n’accepterait en aucun cas de telles séparations.

Alors que divers organes de presse continuent de publier des informations affirmant que des accords de libération d’un certain nombre d’otages sont en cours, aucun d’entre eux ne s’est concrétisé et Israël continue d’exhorter la population à ne pas se fier à de telles rumeurs.

Netanyahu : Tsahal n’a pas l’intention de maintenir des soldats dans Gaza après la guerre

Des troupes de la 14e brigade de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de la 14e brigade de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué que Tsahal ne prévoyait pas de garder des soldats à l’intérieur de Gaza après la guerre, même si Israël maintiendra le contrôle de la sécurité sur la bande dans un avenir prévisible.

« Je ne suis pas sûr de maintenir des troupes à l’intérieur. Et en réalité, ce n’est pas particulièrement nécessaire parce que c’est très petit », a déclaré Netanyahu à la National Public Radio (NPR).

Quant à savoir qui gouvernera Gaza après la guerre, « nous avons besoin d’un changement culturel dans toute administration civile à Gaza. Elle ne peut pas s’engager à financer le terrorisme », a déclaré Netanyahu, dans une attaque contre l’Autorité palestinienne (AP).

Il a affirmé qu’Israël ne pourra accepter personne qui partage les objectifs du groupe terroriste palestinien du Hamas et qui inculque aux enfants palestiniens l’idée qu’Israël doit être détruit.

« Pour l’avenir à court terme, Israël sera responsable sur le plan militaire. Mais il faut aussi qu’il y ait un gouvernement civil sur place », a-t-il précisé.

Le chef du Commandement du Sud : Une présence évidente du Hamas dans tous les hôpitaux

Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, regardant dans un puits de tunnel, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, regardant dans un puits de tunnel, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, a effectué une évaluation à l’hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza aujourd’hui, a indiqué l’armée.

« Nous constatons la présence du Hamas dans tous les hôpitaux, une présence évidente. Ils utilisent les hôpitaux de manière cynique, comme ici, au cœur de Shifa », a déclaré Finkelman aux troupes présentes sur les lieux, où les soldats israéliens ont découvert l’entrée d’un tunnel du groupe terroriste palestinien du Hamas et une cache d’armes.

Tsahal a publié de nouvelles images montrant l’ouverture du tunnel découvert dans le complexe hospitalier.

Musk fustigé par la Maison Blanche pour avoir approuvé un message antisémite

Elon Musk, PDG de X, la société autrefois connue sous le nom de Twitter, resserrant sa cravate à son arrivée à une réunion à huis clos des principaux PDG du secteur technologique pour discuter des priorités et des risques liés à l'intelligence artificielle et de la manière dont elle devrait être réglementée, au Capitole à Washington, le 13 septembre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)
Elon Musk, PDG de X, la société autrefois connue sous le nom de Twitter, resserrant sa cravate à son arrivée à une réunion à huis clos des principaux PDG du secteur technologique pour discuter des priorités et des risques liés à l'intelligence artificielle et de la manière dont elle devrait être réglementée, au Capitole à Washington, le 13 septembre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)

La Maison Blanche a fustigé Elon Musk après que le patron de X a approuvé un message antisémite sur les réseaux sociaux qui accusait les Juifs de pousser à la haine contre les Blancs.

« Vous avez dit l’exacte vérité », avait tweeté Musk en réponse à un autre utilisateur de X qui avait écrit : « Les communautés juives [sic] ont poussé le type exact de haine dialectique contre les Blancs qu’ils prétendent vouloir que les gens cessent d’utiliser contre eux. Je suis profondément désintéressé par le fait que les populations juives occidentales se rendent compte que ces hordes de minorités qui soutiennent l’inondation de leur pays ne les aiment pas vraiment beaucoup. »

Cette théorie du complot avait notamment été reprise par l’auteur de l’attentat dans une synagogue de Pittsburgh en 2018, qui avait fait 11 morts.

« Il est inacceptable de répéter le mensonge hideux derrière l’acte d’antisémitisme le plus fatal de l’histoire américaine à n’importe quel moment, et encore moins un mois après le jour le plus meurtrier pour le peuple juif depuis la Shoah », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Andrew Bates, dans une réponse à l’attention de Musk.

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette odieuse promotion de la haine antisémite et raciste, qui fait obstacle à nos valeurs fondamentales en tant qu’Américains », a déclaré Bates.

« Nous avons tous la responsabilité de rassembler les gens contre la haine et l’obligation de nous élever contre toute personne qui porte atteinte à la dignité de ses concitoyens et compromet la sécurité de nos communautés. »

Les familles des victimes du 7 octobre déposent plainte pour crimes contre l’humanité à la CPI

Des représentants des familles israéliennes des personnes tuées et prises en otage par le Hamas le 7 octobre déposent une plainte alléguant que le groupe terroriste palestinien a commis des crimes contre l'humanité, à la Cour pénale internationale de La Haye, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des représentants des familles israéliennes des personnes tuées et prises en otage par le Hamas le 7 octobre déposent une plainte alléguant que le groupe terroriste palestinien a commis des crimes contre l'humanité, à la Cour pénale internationale de La Haye, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Eyal Waldman, dont la fille et son compagnon ont été assassinés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, et d’autres représentants de familles de personnes décédées ou prises en otage, ont déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

La plainte allègue que des crimes contre l’humanité ont été perpétrés le 7 octobre par le Hamas et d’autres habitants de Gaza, a expliqué Waldman à la Douzième chaîne.

La plainte contient des preuves de ce qui s’est passé ce jour-là, a précisé Waldman, entrepreneur chevronné dans le secteur de la high-tech.

Waldman a souligné que les représentants des familles avaient également demandé au tribunal d’émettre des mandats d’arrêt à l’encontre des dirigeants du Hamas, afin de les empêcher de voyager, comme l’a fait le tribunal en mars dans le cas du président russe Vladimir Poutine, pour crimes de guerre en Ukraine.

Eyal Waldman, l’un des représentants des familles israéliennes des personnes tuées et prises en otage par le Hamas le 7 octobre, après avoir déposé une plainte alléguant que le Hamas a commis des crimes contre l’humanité, à la Cour pénale internationale de La Haye, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Selon Waldman, les familles ont été reçues « avec beaucoup de professionnalisme » et de courtoisie par le procureur général de la Cour et son équipe, qui ont écouté attentivement leur présentation.

« Il comprend que des crimes contre l’humanité ont été commis. Il a dit qu’une enquête était en cours contre les chefs du Hamas », a dit Waldman, faisant apparemment référence au procureur de la CPI, Karim Khan.

Danielle Waldman, à gauche, et son partenaire Noam Shaï, sur une photo non datée de la page Facebook de son père Eyal Waldman. (Crédit : Facebook ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Waldman a expliqué que la CPI avait demandé à Israël d’inviter son équipe à se rendre sur place pour faire avancer l’enquête, mais il a noté qu’il n’était pas certain qu’Israël accepte de le faire car « Israël n’a pas confiance en cette Cour internationale ».

« Mais ce qui était important, c’était de présenter les documents relatifs aux crimes commis, aux crimes contre l’humanité et aux efforts déployés pour obtenir des mandats d’arrêt à l’encontre des chefs du Hamas », a-t-il expliqué.

Erdogan en visite en Allemagne : « Les attaques d’Israël à Gaza doivent cesser »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, portant une écharpe avec les drapeaux palestinien et turc, sur scène lors d'un rassemblement organisé par son parti au pouvoir, l'AKP, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, à Istanbul, le 28 octobre 2023. (Crédit : Bureau de presse de la présidence turque/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, portant une écharpe avec les drapeaux palestinien et turc, sur scène lors d'un rassemblement organisé par son parti au pouvoir, l'AKP, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, à Istanbul, le 28 octobre 2023. (Crédit : Bureau de presse de la présidence turque/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a souligné vendredi la nécessité de mettre fin aux « attaques d’Israël » à Gaza lors de son entretien avec le chef de l’État allemand Frank-Walter Steinmeier à Berlin, selon un communiqué de la présidence turque.

« Le président Erdogan a affirmé qu’il fallait mettre fin aux attaques d’Israël dans les territoires de la Palestine et que la réaction qui pourrait venir du monde entier concernant les violations des droits de l’Homme était importante », a précisé la présidence turque.

Le Portugal appelle Eli Cohen au sujet de 3 citoyens tués par une frappe à Gaza

Des soldats israéliens dans le camp d'al-Shati, dans le nord de la bande de Gaza, lors d'une opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des soldats israéliens dans le camp d'al-Shati, dans le nord de la bande de Gaza, lors d'une opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère des Affaires étrangères du Portugal a publié une déclaration disant que trois de ses citoyens et deux de leurs parents avaient été tués dans un bombardement de l’armée israélienne à Gaza.

Les citoyens portugais étaient un parent et deux enfants, a précisé le ministère des Affaires étrangères, ajoutant que le plus haut diplomate du pays, Augusto Santos Silva, avait fait part à son homologue israélien, Eli Cohen, du « dégoût » de Lisbonne face à cet incident.

Le ministère des Affaires étrangères du Portugal a indiqué que les cinq personnes tuées figuraient sur une « liste prioritaire » remise à Israël et à l’Égypte de 16 citoyens portugais et de leurs proches qui étaient censés pouvoir évacuer Gaza.

Silva a déclaré dans un communiqué que ces décès étaient une nouvelle preuve qu’Israël « n’est pas sur la bonne voie » dans cette guerre. « Nous devons mettre fin à ces bombardements maintenant. »

Au début du mois, le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a été filmé en train d’être interpellé par l’envoyé palestinien dans le pays au sujet de la contre-offensive israélienne à Gaza.

« Je sais, je sais que vous blâmez les Israéliens, mais cette fois-ci, c’est quelqu’un de votre côté qui a commencé », a répondu Rebelo de Sousa. « Vous ne pouvez pas blâmer Israël, vous n’auriez pas dû le faire. »

Le Hamas diffuse une vidéo qui suscite des inquiétudes quant à la santé d’un otage

Aryeh Zalmanovich. (Autorisation)
Aryeh Zalmanovich. (Autorisation)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a publié une vidéo montrant Aryeh Zalmanovich, 86 ans, l’un des otages détenus à Gaza.

Cette vidéo suscite des inquiétudes quant à l’état de santé de M. Zalmanovich.

Comme c’est le cas pour les vidéos d’otages diffusées par les groupes terroristes ces dernières semaines, les médias israéliens ne les diffusent pas par respect pour les familles des otages et pour ne pas prêter main forte à la guerre psychologique menée par le Hamas et le Jihad islamique palestinien.

Aryeh Zalmanovich a été pris en otage au kibboutz Nir Oz le 7 octobre et n’a pas donné de nouvelles depuis. Avant d’être kidnappé, il avait réussi à envoyer un SMS à l’un de ses fils pour l’informer que des terroristes s’étaient infiltrés dans le kibboutz.

Il est l’un des membres fondateurs du kibboutz de Nir Oz, qui borde la bande de Gaza, et y travaille comme agriculteur depuis des décennies.

Il a deux fils et cinq petits-enfants.

Hanegbi : L’entrée de carburant à Gaza est essentielle pour empêcher la propagation de maladies

Le président du Conseil de sécurité nationale (NSC), Tzachi Hanegbi, a déclaré que le cabinet de guerre avait accepté hier soir une « demande spéciale » des États-Unis pour permettre à deux camions de carburant d’entrer à Gaza chaque jour afin de faire fonctionner le système de traitement des eaux usées de la bande, qui est sur le point de s’effondrer.

Selon Hanegbi, l’effondrement du système risquerait d’entraîner une propagation massive de maladies à Gaza, ce qui aurait des répercussions à la fois sur les civils palestiniens de l’enclave et sur les milliers de soldats israéliens qui y opèrent.

« Si la peste se déclarait, nous devrions arrêter la guerre », a déclaré Hanegbi, expliquant que Tsahal ne pourrait pas poursuivre ses opérations dans un contexte de crise humanitaire et que le tollé international atteindrait de nouveaux sommets.

Dans un effort apparent pour partager la responsabilité de la décision, Hanegbi a indiqué que le cabinet de guerre avait demandé aux chefs de la sécurité, lors de la réunion d’hier soir, si le fait de répondre positivement à la demande de l’administration Biden n’allait pas nuire aux objectifs militaires de Tsahal dans la bande de Gaza.

Le président du NSC a affirmé que les ministres avaient été informés par les chefs de la sécurité qu’il était possible d’autoriser l’entrée du carburant, qui ne représente que 2 à 4 % de ce qui aurait normalement été acheminé quotidiennement avant la guerre.

Pressé de répondre aux critiques du ministre des Finances Bezalel Smotrich concernant la décision du cabinet de guerre d’autoriser l’entrée quotidienne de camions de carburant dans la bande de Gaza, Hanegbi a affirmé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait appelé le ministre d’extrême-droite et lui avait expliqué les circonstances qui ont conduit à l’approbation de cette décision.

« Je suppose qu’il n’était pas au courant de ces questions », a déclaré Hanegbi.

Smotrich a qualifié la décision « d’illégale », car elle va à l’encontre de la politique précédemment définie par le cabinet de sécurité élargi. Hanegbi a rejeté cette affirmation, affirmant que le cabinet de guerre de haut niveau était autorisé à prendre de telles décisions et que les autres ministres pourront exprimer leur opinion sur la question lorsque le cabinet de sécurité se réunira demain.

Un journaliste a noté qu’Israël avait progressivement reculé sur plusieurs points concernant la fourniture d’aide humanitaire à Gaza, après avoir initialement affirmé qu’aucune aide ne serait autorisée tant que les otages ne seraient pas libérés.

Hanegbi a répondu qu’Israël devait maintenir sa capacité de manœuvre diplomatique sur la scène internationale et qu’il ne pouvait inciter plus d’un million de Palestiniens à fuir vers le sud de la bande de Gaza sans leur fournir des services « minimaux » sur place.

Il a précisé que « pas une goutte » d’eau ou de carburant n’avait atteint le nord de Gaza, où les troupes terrestres combattent le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le président du NSC a également noté qu’Israël avait fait fi de la pression internationale depuis le début de la guerre, en lançant une incursion terrestre, en atteignant le cœur de Gaza City et en bombardant les institutions dirigeantes malgré les avertissements répétés de nombreux dirigeants mondiaux qui ont appelé à la retenue et à un cessez-le-feu.

Hanegbi esquivant la question de l’après-guerre, dit que Tsahal se concentre sur l’élimination du Hamas

Le président du Conseil de sécurité nationale (NSC), Tzahi Hanegbi, a été interrogé lors d’une conférence de presse sur la stratégie d’Israël pour Gaza après la guerre.

Mais comme le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant lui, Hanegbi a évité de répondre à la question, répétant plutôt les objectifs à court terme d’Israël.

« Le plan de guerre consiste à éliminer le Hamas. C’est le seul moyen de s’assurer qu’après [la guerre], nous ne serons plus menacés par Gaza, ce qui est l’objectif numéro un que le cabinet a demandé à l’armée d’atteindre », a déclaré Hanegbi en anglais.

« Le deuxième objectif, qui est aussi sacré que le premier, est de libérer les otages », a poursuivi Hanegbi, précisant qu’il ne pouvait entrer dans les détails mais insistant sur le fait que « nous sommes déterminés à libérer tous les otages et nous ne nous tairons pas tant que nous n’aurons pas atteint cet objectif ».

Depuis un mois, les États-Unis demandent publiquement à Israël de prévoir qui dirigera Gaza si Tsahal réussit son objectif de guerre, à savoir l’élimination du groupe terroriste palestinien du Hamas, arguant que l’absence de préparation préalable risquait de conduire Israël à s’enliser indéfiniment dans l’enclave.

Israël n’a pas encore commenté publiquement l’avenir de Gaza, si ce n’est que Netanyahu a déclaré que Tsahal conserverait le contrôle de la sécurité de la bande de Gaza pendant une période indéterminée après la guerre – une position à laquelle Blinken s’est opposé jeudi.

Une source familière de la question a déclaré au Times of Israel cette semaine qu’Israël avait des fonctionnaires qui travaillent discrètement sur des plans pour le « jour d’après » et a tendu la main aux États-Unis pour lancer un dialogue commun sur la question.

Arrivées à Jérusalem, les familles des otages organisent un office de Shabbat devant la Knesset

Les familles des otages organisant une cérémonie de Kabbalat Shabbat devant la Knesset, à Jérusalem, le 17 novembre 2023. (Autorisation)
Les familles des otages organisant une cérémonie de Kabbalat Shabbat devant la Knesset, à Jérusalem, le 17 novembre 2023. (Autorisation)

Les familles des otages partis à pied de Tel Aviv en début de semaine sont arrivées à Jérusalem et organisent actuellement un service de Kabbalat Shabbat devant la Knesset, alors qu’elles continuent d’appeler le gouvernement à agir pour obtenir la libération de leurs proches.

Les familles d’otages marchant sur la Route 1, entre Shoresh et Ein Hemed, le 17 novembre 2023. (Crédit : @sha_b_p)

L’anniversaire d’Emily Hand, 9 ans, et de Raz Ben Ami, 57 ans, célébré Place des otages, à Tel Aviv

La célébration de l'anniversaire de deux otages Raz Ben Ami, 57 ans, et Emily Hand, 9 ans, sur la "Place des otages", à Tel Aviv, le 17 novembre 2023. (Crédit : Dana Reany)
La célébration de l'anniversaire de deux otages Raz Ben Ami, 57 ans, et Emily Hand, 9 ans, sur la "Place des otages", à Tel Aviv, le 17 novembre 2023. (Crédit : Dana Reany)

L’anniversaire de Raz Ben Ami, 57 ans, et d’Emily Hand, 9 ans, détenus à Gaza depuis le 7 octobre, est actuellement « célébré » sur la « Place des otages » à Tel Aviv.

Hanegbi : « Tous les objectifs fixés à Gaza sont atteints et ce n’est que le début »

L'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre. (Crédit : Armée israélienne)
L'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre. (Crédit : Armée israélienne)

Le président du Conseil de sécurité nationale (NSC), Tzaci Hanegbi, a déclaré que cela faisait trois semaines que l’armée israélienne a lancé son incursion terrestre à Gaza et qu’elle opérait maintenant au cœur de Gaza City, frappant toutes les cibles en vue.

Des milliers de terroristes ont été tués, y compris des membres de la direction du Hamas.

« Tous les objectifs fixés par le cabinet de sécurité ont été atteints et, comme l’a dit le Premier ministre, ‘ce n’est que le début’. »

« Nous sommes déterminés à atteindre la fin de la bataille, et la fin de la bataille sera la fin du Hamas », a-t-il déclaré.

« Nous ne nous arrêterons pas tant que toutes les capacités armées et de direction du Hamas et du Jihad islamique palestinien n’auront pas été éradiquées », a ajouté Hanegbi.

Il semble que ce soit l’une des premières fois que le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien soit inclus dans de telles déclarations concernant les objectifs de guerre d’Israël.

Trois Israéliens blessés par un missile antichar tiré par le Hezbollah

Photo prise du côté libanais de la frontière montrant une colonne de fumée en train de s’élever des collines près de la ville israélienne de Metula, suite à une frappe apparemment en provenance du Liban, le 11 novembre 2023. (Crédit : Hassan Fneich/AFP)
Photo prise du côté libanais de la frontière montrant une colonne de fumée en train de s’élever des collines près de la ville israélienne de Metula, suite à une frappe apparemment en provenance du Liban, le 11 novembre 2023. (Crédit : Hassan Fneich/AFP)

Trois Israéliens ont été blessés dans une attaque de missiles guidés antichars du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah depuis le Liban sur une zone proche de la communauté de Menara, dans le nord du pays, ont indiqué les médias israéliens. Leur état de santé n’est pas encore clair.

Le Hezbollah a revendiqué plus de 10 attaques de missiles et de mortiers sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Tsahal a répondu par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs, et des avions de chasse ont frappé des sites du Hezbollah.

Tsahal a précédemment déclaré que des soldats avaient abattu un drone, soupçonné d’être chargé d’explosifs, après qu’il a franchi la frontière entre le Liban et Israël près de Metula.

Hanegbi : Même si cessez-le-feu il y a, il sera court et limité et en échange d’un grand nombre d’otages

Le conseiller à la Sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, s'adressant aux médias sur la base de Kirya, à Tel Aviv, le 31 octobre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le conseiller à la Sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, s'adressant aux médias sur la base de Kirya, à Tel Aviv, le 31 octobre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le président du Conseil de Sécurité Nationale (NSC), Tzahi Hanegbi, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’Israël n’acceptera un cessez-le-feu qu’en échange de la libération d’un nombre « massif » d’otages, et non d’une « libération manipulatrice » faite par le groupe terroriste palestinien du Hamas à des fins de relations publiques.

« Ce n’est qu’à cette condition que nous accepterons un cessez-le-feu, et il sera très limité et de courte durée, car nous continuerons ensuite à avancer vers nos objectifs de guerre », a déclaré Hanegbi.

Le président du NSC a affirmé que le cabinet de guerre était uni dans sa stratégie pour faire avancer la libération des otages, indiquant que les ministres pensaient que cela ne se produira que si le Hamas se sent acculé et sous pression, rejetant l’affirmation des médiateurs qataris selon laquelle l’incursion terrestre de Tsahal complique les pourparlers.

Selon Hanegbi, lors de ses conversations avec le président américain Joe Biden et d’autres dirigeants mondiaux, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a résisté aux appels lancés à Israël pour qu’il accepte des cessez-le-feu et des pauses humanitaires sans libération d’otages.

« Nous en sommes au 42e jour de la guerre, et nous n’avons pas accepté d’ordonner à Tsahal d’arrêter son avancée ne serait-ce qu’une minute », a affirmé Hanegbi.

Israël a toutefois accepté des pauses humanitaires de quatre heures dans différents quartiers du nord de Gaza chaque jour pour permettre aux Palestiniens de fuir vers le sud en empruntant les corridors humanitaires mis en place par l’armée israélienne.

Hanegbi a expliqué qu’après la libération de quatre otages – deux le 20 octobre et deux de plus le 22 octobre – il a été proposé de libérer 10 otages – dont huit travailleurs thaïlandais – et une autre proposition a eu lieu pour libérer 15 otages.

Cependant, ces propositions ont été rejetées par Netanyahu et le cabinet de guerre, a expliqué Hanegbi, qui a ajouté qu’Israël n’acceptera pas un cessez-le-feu temporaire pour un si petit nombre d’otages alors qu’au moins 240 d’entre eux se trouvent toujours à Gaza.

« Aucun compromis sur cette question », a affirmé Hanegbi.

Les sirènes retentissent à Tel Aviv pour la première fois depuis mardi ; aucun blessé signalé

Illustration : Le Dôme de fer interceptant un missile tiré depuis Gaza près de Tel Aviv. (Crédit : Oded Balilty/AP)
Illustration : Le Dôme de fer interceptant un missile tiré depuis Gaza près de Tel Aviv. (Crédit : Oded Balilty/AP)

Les sirènes de roquettes en approche ont retenti à Tel Aviv et dans d’autres villes du centre d’Israël, pour la première fois depuis mardi.

Plusieurs missiles-intercepteurs du Dôme de fer ont été aperçus au-dessus de la zone.

L’attaque n’a vraisemblablement pas fait de blessés ni de dégâts.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas aurait stocké un arsenal de roquettes en vue d’une longue guerre, mais il a des difficultés à mener ses attaques face à l’incursion terrestre de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

Tsahal localise une cache de mortiers à l’intérieur d’une crèche dans le nord de Gaza

Des armes et des équipement du Hamas trouvés par les troupes de Tsahal dans l'école al-Karmel de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Des armes et des équipement du Hamas trouvés par les troupes de Tsahal dans l'école al-Karmel de la ville de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes de la brigade Bislamach de Tsahal ont localisé une cache de mortiers à l’intérieur d’une crèche dans le nord de Gaza, selon des images publiées par l’armée.

L’armée israélienne indique que l’unité de reconnaissance de la Brigade Golani a fait une descente dans l’école al-Karmel dans la ville de Gaza, où elle a trouvé des armes à feu, des lance-grenades et du matériel militaire.

Par ailleurs, les troupes du 12e bataillon de la 7e brigade blindée ont identifié un groupe de terroristes du Hamas dans la ville de Gaza, et ont tenté de les poursuivre. Alors que les hommes armés s’enfuyaient, les troupes ont fait appel à un drone pour les éliminer.

Critiqué pour le transfert de carburant, Netanyahu réunira le cabinet de sécurité demain

Le cabinet de sécurité se réunira samedi soir, selon le bureau du Premier ministre, alors que certains de ses ministres les plus radicaux sont furieux de la décision du cabinet de guerre restreint d’approuver le transfert quotidien de deux camions de carburant dans la bande de Gaza.

Cette décision a été prise sous la pression des États-Unis, car le manque de carburant dans la bande de Gaza a pratiquement entraîné l’arrêt des opérations humanitaires, risquant ainsi d’aggraver la propagation des maladies de masse et de la famine. Les États-Unis et même Israël soutiennent que l’autorisation de l’aide dans le pays accroît la marge de manœuvre diplomatique de Jérusalem pour poursuivre ses opérations militaires dans la bande de Gaza.

Mais Israël s’est également prononcé contre l’autorisation de l’aide humanitaire, tant que le Hamas et d’autres groupes terroristes continueront à détenir environ 240 otages.

Les ministres d’extrême droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir ont fustigé la décision du cabinet de guerre concernant le carburant et l’ancien ministre a écrit au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour demander que chaque parti soit représenté au sein du cabinet de guerre composé de cinq membres.

Smotrich demande que chaque parti de la coalition soit représenté au cabinet de guerre

Après avoir exprimé son indignation face à la décision d’autoriser l’entrée quotidienne de deux camions de carburant dans la bande de Gaza, le ministre des Finances Bezalel Smotrich exige une modification de la composition du cabinet de guerre.

Citant cette décision « bizarre », Smotrich écrit au Premier ministre pour lui demander que chaque parti de la coalition soit représenté au sein du cabinet de guerre – qui ne comprend actuellement que Benjamin Netanyahu, Yoav Gallant et Benny Gantz.

Liberman sur les livraisons de carburant à Gaza : « Arrêtez immédiatement cette imprudence »

Avigdor Liberman, chef de Yisrael Beytenu, parti membre de l’opposition, écrit sur X : « Arrêtez d’alimenter les nazis du Hamas ! Les déclarations selon lesquelles ‘pas une goutte de carburant’ n’entrerait dans la bande de Gaza se sont transformées en une autorisation unilatérale de milliers de litres, sans qu’aucun geste humanitaire ne soit fait pour nos otages.

« J’appelle à mettre fin immédiatement à cette insouciance ».

Ben Gvir et Smotrich dénoncent l’entrée de carburant à Gaza : « C’est un signe de faiblesse »

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, lors d'une conférence de presse, à la Knesset, le 5 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, lors d'une conférence de presse, à la Knesset, le 5 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, conteste la décision du cabinet de guerre d’autoriser l’entrée de petites quantités de carburant dans la bande de Gaza.

Ben Gvir déclare que le panel – composé du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Yoav Gallant, du ministre Benny Gantz et de plusieurs observateurs – « conduit Israël vers une politique erronée ».

« Tant que nos otages ne reçoivent même pas la visite de la Croix-Rouge, il n’y a aucun sens à donner à l’ennemi des cadeaux humanitaires. »

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, estime que l’autorisation d’importation de carburant « est une grave erreur et contredit la décision du cabinet ».

Une telle décision « témoigne d’une faiblesse, donne de l’oxygène à l’ennemi et permet au chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, de s’asseoir confortablement dans son bunker climatisé, de regarder les informations et de continuer à manipuler la société israélienne et les familles des personnes enlevées ».

« Nous n’oublierons pas et nous ne pardonnerons pas », dit la mère de Noa Marciano

Lors des funérailles de la caporale Noa Marciano, sa mère, Adi, a déclaré que sa fille faisait toujours passer les autres en premier, « et toi en dernier, voire pas du tout ».

Noa Marciano était observatrice dans un poste de Tsahal à la frontière sur la base de Nahal Oz lorsque celle-ci a été envahie par le Hamas lors de son assaut meurtrier sur le sud d’Israël le 7 octobre. Elle a été enlevée à Gaza et le Hamas a enregistré une vidéo d’elle alors qu’elle était encore en vie. Cependant, son corps a été retrouvé par les troupes de Tsahal dans le nord de la bande de Gaza et rapatrié en Israël hier.

En sanglotant, Adi raconte que « lors de notre dernier appel téléphonique [alors que l’attaque se déroulait], tu n’as pas dit « Que va-t-il m’arriver, comment vais-je survivre ? » mais plutôt « Que va-t-il arriver aux nouveaux observateurs qui sont arrivés il y a seulement deux jours ? ». C’est à cela que tu pensais dans ces moments de terreur ».

« Tout le monde souffre de ton départ… Tu as laissé derrière toi de nombreuses marques d’amour », a-t-elle ajouté.

« Tu te reposes maintenant, mais nous ne nous arrêterons pas. Nous n’oublierons ni ne pardonnerons. »

Elle remercie « tous les soldats qui étaient là et qui m’ont ramené Noa ».

 

Israël tente d’intégrer les Israéliens mobilisés qui étudient la médecine à l’étranger

Le ministère de la Santé demande aux doyens des écoles de médecine israéliennes de se préparer à intégrer les Israéliens qui étudient la médecine à l’étranger et qui ont été appelés au service militaire pendant la guerre. Quelque 200 de ces étudiants en médecine pourraient avoir du retard dans leur programme, du fait que leur année universitaire à l’étranger a déjà commencé.

Le début de l’année universitaire dans les établissements d’enseignement supérieur israéliens ayant été repoussé au moins jusqu’à la fin du mois de décembre, le ministère estime qu’il serait possible d’accueillir ces étudiants avec une préparation adéquate en termes d’enseignement, d’infrastructure et de personnel enseignant. Le ministère a proposé d’aider les universités à procéder à ces ajustements et de travailler avec les hôpitaux pour organiser tous les stages cliniques nécessaires aux étudiants.

« Nous promettons aux étudiants en médecine qui servent actuellement au front que l’État d’Israël ne les laissera pas tomber. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour leur fournir les outils dont ils ont besoin pour réussir après la guerre, en signe de reconnaissance et dans le cadre de l’effort national », déclare le ministre de la Santé, Uriel Busso.

Le directeur général du ministère de la Santé, Mosher Bar Siman Tov, a affirmé que le pays avait un devoir moral envers les étudiants en médecine qui ont été appelés au service militaire, et que leur intégration dans les écoles de médecine israéliennes s’inscrivait dans le cadre d’un effort continu visant à augmenter le nombre de places dans les universités du pays pour ceux qui souhaitent faire des études de médecine.

Le ministère de la Santé demande aux étudiants en médecine de l’étranger dont les études ont été interrompues à cause de la guerre de remplir ce questionnaire afin qu’il puisse planifier en conséquence.

Israël autorise l’entrée de deux camions-citernes par jour à Gaza

Israël a accepté d’autoriser l’entrée de deux camions de carburant par jour dans la bande de Gaza pour répondre aux besoins de l’ONU, ainsi qu’à ceux des réseaux d’eau et d’égouts, selon un responsable israélien.

Cette mesure vise à « permettre l’entretien minimal nécessaire des réseaux d’eau, d’égouts et d’assainissement afin d’éviter des pandémies qui pourraient se répandre dans toute la région, blesser les habitants de la bande de Gaza ainsi que nos propres forces, et potentiellement se propager en Israël également ».

Le fonctionnaire affirme que cette initiative « offrira à Israël la marge de manœuvre diplomatique nécessaire pour éliminer le Hamas ».

Il ajoute qu’Israël suivra la livraison du carburant pour s’assurer qu’il ne parvient pas au groupe terroriste.

Tsahal publie des images de frappes contre des membres du Hamas à Gaza

Des images publiées par Tsahal montrent des frappes sur des membres du Hamas dans une position d’observation dans la région de Beit Hanoun, au nord de Gaza.

Une autre vidéo montre une frappe sur trois terrorsites du Hamas munis de lance-roquettes et de fusils d’assaut, également à Beit Hanoun.

Les deux frappes ont été menées après que les cellules du Hamas ont été identifiées par la 636e unité d’observation d’élite du Corps de défense des frontières.

Le Hezbollah tire des roquettes sur des postes de Tsahal à la frontière du Liban ; l’armée riposte

Plusieurs roquettes ont été tirées par le groupe terroriste Hezbollah depuis le Liban sur les positions de l’armée israélienne à la frontière, près des communautés de Malkia et de Menara, dans le nord du pays.

Aucun blessé n’a été signalé dans ces attaques.

L’armée israélienne affirme avoir bombardé les sources de ces tirs avec son artillerie.

En outre, Tsahal indique que des avions de combat ont frappé un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban, y compris un dépôt d’armes.

Les troupes ont également frappé une cellule terroriste au Sud-Liban qui préparait une attaque près du village d’Arab al-Aramshe, dans le nord du pays.

Un responsable du Hamas, Ahmad Bahar, tué lors d’une frappe israélienne à Gaza

Des médias palestiniens indiquent qu’un dirigeant du Hamas, Ahmad Bahar, a été tué lors d’une frappe israélienne à Gaza.

Bahar, 76 ans, était auparavant vice-président du Conseil législatif palestinien.

Israël n’a pas confirmé qu’il avait été visé ou tué.

Des hommes armés ouvrent le feu sur des troupes près de Hébron et sont abattus

Une mitraillette utilisée lors d'une attaque contre des soldats de Tsahal près de Hébron, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Une mitraillette utilisée lors d'une attaque contre des soldats de Tsahal près de Hébron, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Tsahal déclare que des Palestiniens ont ouvert le feu à partir d’un véhicule sur des troupes opérant à une intersection près de la ville de Hébron en Cisjordanie.

Les réservistes du 8106e bataillon ont riposté, tuant le tireur et le conducteur, selon Tsahal.

Aucun soldat n’a été blessé.

La mitraillette de fortune utilisée lors de l’attaque a été saisie par les troupes, ajoute l’armée israélienne.

La police arrête 5 personnes soupçonnées d’avoir volé la sono d’un homme tué à Nova

La police a arrêté cinq personnes soupçonnées d’avoir volé le matériel de sonorisation d’un homme assassiné lors du festival de musique Supernova, dans le sud d’Israël, le 7 octobre.

Le matériel, d’une valeur d’environ 2 millions de shekels, a été restitué au père de Matan Lior. Les suspects ont été arrêtés à Qalansawe, Isfiya et Daliyat al-Karmel.

On pense qu’ils sont arrivés sur les lieux du massacre près de Reim après la fin des violences et qu’ils ont profité du chaos pour s’emparer du matériel coûteux que le preneur de son Lior, 35 ans, avait apporté à la fête.

Lior a été massacré avec des centaines d’autres fêtards lorsque les terroristes du Hamas ont pris d’assaut la zone et assassiné près de 260 participants.

 

La marche vers Jérusalem pour le retour des otages se poursuit

Des milliers de personnes marchent vers Jérusalem au quatrième jour de la marche pour le retour des otages israéliens à Gaza, avant un rassemblement prévu devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem demain soir.

L’ambassadeur d’Allemagne en Israël, Steffen Seibert, s’est joint aux marcheurs près de Latrun et appelle à la libération inconditionnelle de tous les captifs. Il affirme que Berlin déploie des efforts en ce sens.

« Nous sommes avec vous dans nos cœurs et dans nos esprits depuis le 7 octobre. Nous ressentons la douleur avec vous. Nous prions et espérons toute la journée et toute la nuit pour la libération de tous », a-t-il déclaré.

Les résidents d’implantations violents sont un petit noyau de centaines de personnes maximum – responsable israélien

Des agents de la Police des frontières empêchent des habitants d'implantations israéliennes d'entrer dans la ville palestinienne de Turmus Ayya, en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)
Des agents de la Police des frontières empêchent des habitants d'implantations israéliennes d'entrer dans la ville palestinienne de Turmus Ayya, en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Alors que les États-Unis mettent en garde contre la montée de la violence commise par des résidents d’implantations en Cisjordanie, une source israélienne au fait du dossier affirme au Times of Israel qu’un « petit noyau estimé à quelques centaines d’extrémistes, tout au plus » est responsable de l’instigation de la violence, mais que le cabinet en a discuté et a pris des mesures pour réprimer le phénomène.

La semaine dernière, Netanyahu a déclaré que si la plupart du demi-million de résidents d’implantations de Cisjordanie sont des personnes respectueuses de la loi qui apportent une contribution importante au pays, « il y a une toute petite poignée de personnes… qui prennent la loi entre leurs mains… Nous ne sommes pas prêts à tolérer cela ».

La source israélienne affirme que ce phénomène est lié à la recrudescence des attentats terroristes palestiniens en Cisjordanie. « Cela ne justifie pas la violence des résidents d’implantations, mais ce n’est pas isolé ».

L’AP pourrait gouverner Gaza si elle subissait des « réformes significatives » – reponsable israélien

Des bâtiments endommagés et des troupes israéliennes dans le nord de la bande de Gaza, le 16 novembre 2023 (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Des bâtiments endommagés et des troupes israéliennes dans le nord de la bande de Gaza, le 16 novembre 2023 (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Le fonctionnaire israélien qui s’est adressé au Times of Israel a déclaré que Jérusalem n’avait pas exclu l’idée que l’Autorité palestinienne revienne un jour à la tête de la bande de Gaza, comme le souhaitaient les États-Unis.

Il a déclaré que les commentaires du Premier ministre Benjamin Netanyahu la semaine dernière, qui laissaient entendre cela, indiquaient seulement que l’Autorité palestinienne « devra subir des réformes significatives pour y parvenir ».Les États-Unis ont publiquement exhorté Israël à anticiper la gouvernance de Gaza si Tsahal parvient à éliminer le Hamas, arguant que l’absence de préparation préalable risque d’entraîner l’enlisement d’Israël dans l’enclave pour une durée indéterminée.

Israël ne s’est pas encore prononcé publiquement sur l’avenir de Gaza, si ce n’est que Netanyahu a déclaré que les forces israéliennes maintiendraient le contrôle de la sécurité de la bande de Gaza pendant une période indéterminée après la guerre, une position à laquelle le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est opposé jeudi dernier.

Une source familière de la question précise que des responsables israéliens planchent actuellement, en privé, sur des plans pour le « jour d’après » et qu’il a tendu la main aux États-Unis afin d’entamer un dialogue commun sur la question.

Cependant, la source indique au Times of Israel qu’il y a eu un certain désordre à Washington, avec des fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département d’Etat travaillant sur la question, « mais nous ne savons toujours pas qui va diriger cela au sein de l’administration ».

Tsahal annonce avoir éliminé 5 terroristes armés à Jénine pendant la nuit

L’armée israélienne déclare que les troupes ont affronté des hommes armés au cours d’un raid dans la ville de Jénine en Cisjordanie et dans le camp de réfugiés adjacent pendant la nuit. Les troupes ont capturé des armes et chassé des terroristes qui tentaient de se cacher dans un hôpital.

L’opération dans le camp de Jénine a été menée par la Brigade Kfir, et visait à découvrir des engins explosifs appartenant à des groupes terroristes locaux.

Tsahal indique qu’un drone a frappé un groupe d’hommes armés qui tiraient sur les forces au cours du raid. Les soldats israéliens ont également ouvert le feu sur des Palestiniens qui lançaient des explosifs.

Les troupes ont tué au moins cinq Palestiniens armés et capturé six fusils d’assaut dans le camp de Jénine. Les médias palestiniens ont fait état de trois morts, et on ignore, à l’heure actuelle ce qui explique cette différence de chiffres

Par ailleurs, la police des frontières déclare que des officiers ont arrêté sept Palestiniens recherchés à Jénine, dont Qasem Jabari, membre d’un groupe terroriste local.

La police et l’armée israélienne affirment qu’un groupe d’hommes armés s’est enfui à bord de voitures et d’une ambulance en direction de l’hôpital Ibn Sina pour s’y cacher. Les agents de la police des frontières ont réussi à arrêter l’une des voitures à l’extérieur de l’hôpital et à appréhender l’un des hommes armés. À l’intérieur de la voiture, les officiers ont trouvé trois fusils d’assaut, comme le montrent les images.

Tsahal déclare avoir également mené des opérations à Hébron pendant la nuit, afin de cartographier les maisons des trois terroristes palestiniens qui ont ouvert le feu à un poste de contrôle près de Jérusalem hier, un attentat qui a couté la vie à Avraham Fetena, 20 ans, un soldat de la police militaire, avant leur démolition potentielle.

Israël n’a pas l’impression que la fenêtre de Washington sur Gaza se referme

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'exprimant lors d'une réunion avec le président Isaac Herzog, à l'hôtel Watergate, à Washington, le 18 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'exprimant lors d'une réunion avec le président Isaac Herzog, à l'hôtel Watergate, à Washington, le 18 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

Bien que l’administration Biden ait progressivement intensifié sa rhétorique sur l’importance de la protection des civils à Gaza au cours des dernières semaines, l’impression à Jérusalem, basée sur des conversations avec des responsables américains, est que la fenêtre d’Israël pour opérer dans l’enclave dirigée par le Hamas avec l’aide de Washington ne se referme pas, selon un responsable israélien.

« Il y a eu quelques déclarations publiques qui donnent l’impression que les États-Unis prennent une direction différente, mais je ne pense pas que ce soit le cas », déclare le fonctionnaire au Times of Israel.

Le fonctionnaire précise que les États-Unis ont des préoccupations concernant les « dommages collatéraux et les questions humanitaires » qu’ils continuent de soulever, et qu’Israël y est attentif. « Nous les écoutons vraiment et nous faisons ce que nous pouvons [pour répondre à leurs préoccupations], tant que cela ne nuit pas à notre capacité d’opérer militairement sur le terrain. »

Le fonctionnaire rappelle que 1 000 camions d’aide humanitaire sont entrés à Gaza ces dernières semaines, et insiste sur le fait que ce nombre augmentera progressivement. Il souligne également les couloirs humanitaires mis en place par l’armée israélienne pour permettre aux Palestiniens de fuir vers le sud, loin des zones de combat les plus intenses.

Israël facilite également la mise en place d’hôpitaux de campagne par des gouvernements étrangers dans le sud de la bande de Gaza, ainsi que d’hôpitaux flottants au large des côtes égyptiennes. Un navire envoyé par le gouvernement français devrait arriver dans les prochains jours, tandis que les Émirats arabes unis et la Turquie sont en pourparlers pour établir leurs propres hôpitaux de campagne dans le sud de la bande de Gaza.

« Ces hôpitaux pourront accueillir des patients des hôpitaux du nord », précise le responsable, ajoutant qu’Israël coordonne ses efforts avec l’ONU et l’Égypte.

Tsahal effectue un raid sur des sites du Hamas et du JIP à Gaza

Des soldats israéliens inspectent des roquettes Badr-3 fabriquées en Iran dans un avant-poste du Jihad islamique dans le nord de la bande de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Des soldats israéliens inspectent des roquettes Badr-3 fabriquées en Iran dans un avant-poste du Jihad islamique dans le nord de la bande de Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

L’armée israélienne annonce que les opérations dans la bande de Gaza se sont poursuivies cette nuit, et que des avions de combat ont ciblé des sites du Hamas et des troupes affrontant des hommes armés du Hamas.

Tsahal déclare avoir mené des frappes aériennes contre de « nombreux » sites du Hamas, y compris des installations de stockage d’armes, ainsi que contre des terroristes.

Par ailleurs , les troupes de la brigade Bislamach et de l’unité d’élite de génie de combat Yahalom ont effectué un raid sur un avant-poste du Jihad islamique dans le nord de la bande de Gaza. Ils ont localisé des roquettes Badr-3, des drones et d’autres armes fabriquées par l’Iran.

La roquette Badr-3 aurait une portée de 160 kilomètres et une tête explosive de 250 kilogrammes. Certaines des roquettes ont été apportées en Israël à des fins de recherche. L’avant-poste du Jihad islamique a été détruit par la suite.

Les troupes de la brigade d’infanterie de Givati ont, de leur coté, combattu des agents du Hamas retranchés dans une école, selon Tsahal. Plusieurs hommes armés ont été tués au cours des combats, et les troupes ont ensuite récupéré des armes.

Les troupes de la brigade d’infanterie Nahal, de la brigade de parachutistes et de la 460e brigade blindée ont effectué des raids sur de nombreux autres sites du Hamas au cours de la nuit. Ils ont saisi des fusils d’assaut, des engins explosifs, des lance-grenades, des lanceurs de missiles antichars et d’autres équipements, selon Tsahal.

Tsahal récupère le corps de la caporale Noa Marciano à Gaza, quelques jours après avoir annoncé sa mort

Cpl. Noa Marciano (Crédit : Tsahal)
Cpl. Noa Marciano (Crédit : Tsahal)

L’armée israélienne annonce avoir récupéré le corps de la caporale Noa Marciano dans la bande de Gaza, trois jours après avoir annoncé qu’elle avait été tuée en captivité par le Hamas.

Le corps de Noa Marciano a été récupéré hier par les troupes du 603e bataillon de la 7e brigade blindée dans un bâtiment adjacent à l’hôpital Shifa, suite à des informations fournies par l’agence de sécurité Shin Bet.

Son corps a ensuite été transporté en Israël pour identification. Ses funérailles sont prévues dans la journée.

Cette découverte intervient alors que les troupes continuent de fouiller des infrastructures terroristes dans le complexe hospitalier.

Marciano, 19 ans, membre de la 414e unité du Corps de Collecte des Renseignements, servait sur la base de Nahal Oz de Tsahal lorsque celle ci a été envahie par les terroristes lors de leur assaut meurtrier sur le sud d’Israël le 7 octobre. Elle vivait à Modiin et était l’aînée d’une fratrie de trois enfants.

Lundi soir, le Hamas a publié une vidéo de propagande de Marciano, la montrant s’adressant à la caméra quatre jours après avoir été prise en otage, s’identifiant et récitant les noms de ses parents et de sa ville natale. La vidéo montre ensuite le corps de la jeune femme.

Les groupes terroristes de Gaza détiendraient quelque 240 personnes en otage après les avoir prises en otage dans le sud d’Israël le 7 octobre. Le Hamas a affirmé à plusieurs reprises, sans fondement, que certains otages avaient été tués par des frappes aériennes israéliennes sur Gaza.

Hier, Tsahal également retrouvé le corps de Yehudit Weiss, enlevée par le Hamas le 7 octobre, également près de Shifa.

2 Palestiniens auraient été tués lors d’affrontements avec Tsahal à Jénine

Deux Palestiniens ont été tués lors d’affrontements avec les troupes israéliennes dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, Wafa.

Le reportage indique que les deux ont été tués par un drone.

Les forces israéliennes auraient également arrêté un certain nombre de suspects à Jénine.

Blinken évoque la violence des résidents d’implantations avec Gantz

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le ministre Benny Gantz, à Tel Aviv, le 3 novembre 2023. (Crédit : Département d'État)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le ministre Benny Gantz, à Tel Aviv, le 3 novembre 2023. (Crédit : Département d'État)

Lors d’un appel téléphonique avec le ministre Benny Gantz, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a souligné la nécessité pour Israël de prendre « des mesures positives pour désamorcer les tensions en Cisjordanie, y compris en faisant face aux niveaux croissants de violence des résidents d’implantations extrémistes », selon le département d’État américain.

La décision de Blinken d’appeler Gantz peut surprendre, étant donné que son homologue israélien est le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, et que les États-Unis respectent généralement le protocole en ce qui concerne les contacts entre les fonctionnaires et leurs homologues à l’étranger.

Mais Gantz fait partie du cabinet de guerre le plus important et est considéré comme une force plus modérée au sein du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avec lequel l’administration Biden aura probablement plus de facilité à travailler.

Gantz a rencontré Blinken lors de la visite du secrétaire d’État en Israël au début du mois.

Cohen n’a ni rencontré ni parlé à Blinken depuis que Gantz a accepté de rejoindre le gouvernement de Netanyahu le 12 octobre. Le ministre des Affaires étrangères devrait également être remplacé à la tête de la diplomatie israélienne par le ministre de l’énergie, Israël Katz, du Likud, à la fin de l’année.

Au cours de leur entretien d’aujourd’hui, qui s’est largement concentré sur la guerre entre Israël et le Hamas, Gantz et Blinken ont « discuté des efforts visant à augmenter et à accélérer le transit de l’aide humanitaire essentielle vers Gaza », selon le communiqué des États-Unis.

Les deux hommes ont également discuté des efforts visant à obtenir la libération des otages, selon le département d’État.

Netanyahu: Israël cherche à minimiser les pertes civiles, mais malheureusement nous n’y parvenons pas

Dans une interview accordée à CBS News, le Premier ministre Benjamin Netanyahu est interrogé sur les perspectives d’un accord permettant au Hamas de libérer certains des otages qu’il a capturés lors des massacres du 7 octobre, en échange d’une pause de plusieurs jours dans les combats qui se déroulent actuellement dans la bande de Gaza.

« Nous sommes plus près du but qu’avant le début de l’action terrestre », déclare-t-il. « L’action terrestre a fait pression sur le Hamas pour qu’il obtienne un cessez-le-feu. Nous aurons un cessez-le-feu temporaire si nous pouvons récupérer nos otages. Je ne pense pas qu’il soit utile que je m’étende davantage sur ce sujet ».

Netanyahu souligne que le retour des quelque 240 otages pris par les terroristes palestiniens lors de l’attaque dévastatrice du mois dernier est l’un des principaux objectifs d’Israël dans la guerre, au même titre que la destruction du Hamas et la garantie que « la menace terroriste ne se lèvera plus jamais de Gaza, et que Gaza aura un avenir différent ».

Le Premier ministre refuse de dire s’il accepterait de libérer les prisonniers des services de sécurité palestiniens en échange de la liberté des otages israéliens.

« Il y a certaines choses que nous gardons confidentielles jusqu’à ce que nous ayons quelque chose à dire », a-t-il déclaré.

Netanyahu a déclaré qu’Israël disposait de « preuves concrètes » de l’utilisation de l’hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza à des fins terroristes, affirmant que des dirigeants du groupe terroriste et des « sous-fifres terroristes » avaient fui l’établissement médical à l’approche des forces israéliennes.

« Nous agissons avec beaucoup de précaution parce que nous essayons de faire ce qui est moral, ce qui est juste, de priver le Hamas d’une zone de sécurité dans un hôpital, mais en même temps de neutraliser son utilisation comme centre de commandement pour la terrorisme. Et jusqu’à présent, nous y sommes parvenus », déclare-t-il.

Le Premier ministre souligne les efforts déployés par Israël pour minimiser les pertes civiles à Gaza, tout en affirmant que le Hamas « se moque éperdument » des Palestiniens.

« Nous essaierons de terminer ce travail en minimisant les pertes civiles, c’est ce que nous essayons de faire, minimiser les pertes civiles, mais malheureusement nous n’y parvenons pas », a-t-il déclaré.

Netanyahu a également déclaré qu’Israël souhaitait avoir « la responsabilité militaire globale d’empêcher la réapparition du terrorisme » à Gaza, mais pas de réoccuper l’enclave côtière.

Par ailleurs, on lui demande si les résidents d’implantations israéliens de Cisjordanie qui se livrent à des violences contre les Palestiniens seront tenus pour responsables.

« Nous considérons que quiconque se fait justice lui-même ou commet des actes de violence d’autodéfense est hors jeu, nous ne pouvons pas l’accepter », affirme-t-il.

Les médias d’État syriens affirment qu’Israël a frappé près de Damas

L’armée syrienne a activé ses défenses aériennes en réponse à une attaque israélienne près de la capitale Damas, selon les médias d’État syriens.

L’agence de presse SANA rapporte que les frappes israéliennes ont causé des dommages, sans donner plus de détails.

Le rapport affirme également que certains missiles lancés par Israël ont été interceptés .La Syrie affirme régulièrement qu’elle a abattu des missiles israéliens, mais les analystes militaires doutent de ces affirmations.

2 Palestiniens grièvement blessés lors de heurts entre hommes armés et Tsahal à Jénine

Les forces israéliennes ont affronté des Palestiniens armés à Jénine lors d’une opération antiterroriste dans la ville du nord de la Cisjordanie.

L’agence de presse Wafa de l’Autorité palestinienne indique que deux Palestiniens ont été grièvement blessés au cours des affrontements. Elle précise également que les troupes israéliennes étaient accompagnées de bulldozers militaires.

L’armée israélienne n’a pas encore communiqué sur cette information.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.